Lieux Saints: Aissa rencontre les chefs des sections de la Mission algérienne du hadj    Mali: report à jeudi de l'annonce des résultats de la présidentielle    Pas de résidence surveillée au du pasteur américain    Ghaza : réouverture d'un point de passage vital pour marchandises fermé depuis début juillet    Accidents de la route : 7 morts et 16 blessés ces dernières 24 heures    Ligue des champions d'Afrique (5e j) : l'ESS pour rester en vie, le MCA en conquérant au Maroc    AS Monaco : L'avis de Courbis sur la piste Brahimi    CRB : Chettouf «Le CSA a trouvé un accord avec Medouar»    JSK : Hamroune et Amaouche d'attaque face au MOB    Tout le programme LPA lancé    Usine de montage de Peugeot à Oran: Le projet délocalisé    Bouira - Université : plus de 3.450 nouveaux inscrits et 102 postes pour les doctorants    Italie: 30 morts dans l'effondrement d'un pont à Gênes    Constantine - Risque de propagation de la fièvre aphteuse: Les marchés à bestiaux fermés juste après l'Aïd El Adha    Egalité, dites-vous!    Transport durant L'Aïd: Un programme spécial pour les trains voyageurs de grandes lignes    Skikda : La sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation d'internet, cheval de bataille de la Sûreté nationale    Yémen : Le bilan de l'attaque contre un bus d'enfants s'alourdit    L'Algérienne Boukholda admise dans le tableau final    A quelques jours de l'Aïd El Adha : Qui oserait acheter avec cette flambée des prix ?    Rentrée professionnelle 2018 : 7 nouvelles spécialités pour une inscription en Technicien supérieur    Permanence durant l'Aïd El Adha : Réquisition de près de 51 000 commerçants    De Rousseau à Taos Amrouche    «Les artistes algériens ont besoin d'appui, de soutien et de parrainage»    Alger à l'heure du Gharnati et du Malouf    Le MCA veut se racheter au Maroc    "Je n'imaginais pas inscrire 7 buts en un seul match"    Lancement de la 78ème édition des Portes ouvertes sur la Sûreté Nationale    La bureaucratie au mois d'août et à Bouira    Les vigiles de la République    Des archives témoignent que le Sahara occidental n'est pas marocain    Le rapport de l'ONU qui fait peur    Les médications de Benkhelfa    Un défi à relever pour le tourisme    La crise de l'eau persiste    Les "vagues" de la rentrée    Une cache contenant un fusil mitrailleur et des munitions découverte à Bordj Badji Mokhtar    Début en mode derby pour Lopetegui    Le film "En Eaux troubles" en tête    Réouverture du musée d'Idleb    Lila Borsali ressuscite Grenade    Un jeune estivantpoignardé à mort    Damas révèle combien les pays arabes ont payé pour "détruire la Syrie"    Les Journées d'El Bahia du court métrage du 18 au 20 août    Changement de stratégie    Malaise dans les rangs    Le divorce au prix fort    La LADDH appelle à lever les contraintes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des effondrements en cascade dans les immeubles vétustes
Oran
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 11 - 2012

voit ses murs s'effriter et des effondrements en cascade sont enregistrés depuis le début de cette année dans les vieux quartiers de la ville.
Au total, les services de la Protection civile ont recensé plus d'une trentaine d'interventions dans des immeubles vétustes classés généralement dans la catégorie rouge par les services techniques de la commune. Des dizaines de familles sinistrées se sont ainsi retrouvées du jour au lendemain dans la rue, avec comme seule «consolation» des affectations provisoires de logements en cours de construction !
Avec l'arrivée de l'hiver, ces familles sinistrées, avec femmes et enfants, grelottent de froid dans des tentes érigées souvent en plein rue. Les premières victimes de cette situation désolante sont les enfants et en particulier ceux scolarisés dont nombreux n'arrivent plus à poursuivre leur scolarité.
A la rue Philippe, dans le quartier de Sidi El Houari, une vingtaine de familles sont depuis juin dernier dans la rue après l'effondrement de l'immeuble qui les abritait.
Une habitante de cet immeuble a été blessée lors de cet effondrement. Elle montait les escaliers lorsque l'effondrement s'est produit. Cet immeuble est de ceux classés menaçant ruine à travers les vieux quartiers d'Oran. Les 20 familles de la rue Philippe ne sont pas les seules à vivre cette situation.
D'autres dans des quartiers populaires, à l'exemple de Jules Ferry, Hamri et autres courent les mêmes risques, car les immeubles en ruine qu'elles habitent se sont dégradés davantage.
Dans le quartier de Bel-Air, des familles occupant l'immeuble n°27 au quartier Belhouari El-Houari vivent dans le même désarroi. La bâtisse qui les abrite, occupée depuis plus de 50 ans, représente un danger pour elles : des murs lézardés, des plafonds qui risquent de tomber à n'importe quel moment, des escaliers branlants, sans parler des infiltrations d'eau de pluie durant cette saison hivernale.
Cet immeuble a été sujet à des effondrements partiels à plusieurs reprises. Récemment, d'autres immeubles se sont écroulés dans plusieurs quartiers populaires de la ville, à l'exemple de celui de la rue de Carthage à Sananès où une bâtisse classée en péril depuis 2004 s'est effondrée.
Huit familles se sont retrouvées dans la rue et 14 autres familles ont dû évacuer leurs domiciles par peur d'effondrement.
Qu'attendent les autorités locales pour reloger ces familles ? Le chef de l'exécutif a certes promis de reloger 2000 sinistrés avant la fin de l'année, mais de nombreuses familles restent sceptiques puisque les opérations de relogement ont été reportées à maintes reprises ces derniers mois par les autorités locales. Et en attendant, Oran continue de prier et de guetter la moindre goutte d'eau tombée du ciel, synonyme de danger d'effondrement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.