Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des solutions existent pour relancer l'industrie du cuir mais...*
Alors que 70 millions de paires de chaussures sont importés annuellement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 11 - 2012

«La prise en charge de la filière cuir devra se faire à l'amont, car le marché de la matière première est totalement désorganisé en raison, principalement, de la mauvaise collecte du produit brute», a estimé Amar Takjout, secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs du textile et cuir, affiliée à l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA).
Pour mettre de l'ordre, le gouvernement doit commencer par l'encouragement de la création des micro-entreprises pour la collecte des peaux, à l'image de la filière lait où cette activité est assurée par des petites entreprises. Des dizaines d'emplois pourront être créés.
Pour leur garantir un cahier des charges, les usines de production de cuir pourront signer des conventions avec eux, ce qui garantira aux deux parties le maintien de l'activité. La dissolution, en 2007, de l'entreprise publique de collecte des peaux brutes sans prévoir d'alternatives a causé un préjudice à la filière. La disparition de cette entreprise a laissé place à la commercialisation clandestine du cuir brut.
Les cinq tanneries publiques travaillent difficilement et souffrent de grandes difficultés à cause de la baisse des quantités de la matière première commercialisée légalement. «Il n'y a pas de contrôle car les quantités vendues ne sont pas
facturées», a fait remarquer M. Takjout, proposant la réorganisation des abattoirs, comme premier pas pour récupérer une activité créatrice de richesses. En prenant en main la gestion des abattoirs, les APC pourront rentabiliser la collecte des peaux et utiliser les recettes au profit de la collectivité, a-t-il proposé.
Mais, a-t-il estimé, «il faut une volonté politique pour relancer le secteur du cuir». A défaut, ce sont les importateurs qui tireront profit de cette situation car l'absence d'une production locale favorisera davantage les importations des chaussures, vêtements et autres produits fabriqués à base de cuir. Hormis quelques fabricants et artisans, notre pays accuse un énorme déficit dans le domaine de la fabrication de la chaussure.
L'Algérie importe annuellement une moyenne de 70 millions de paires de chaussures et ne produit qu'un million de paires. C'est dire que seul 1,5 % de la demande nationale est couvert par la production locale. Paradoxalement, la matière première est exportée de manière frauduleuse et réimportée sous forme de produits finis moyennant de grandes sommes en devises. La situation actuelle de la filière «favorise la spéculation, l'informel, la vente et l'exportation illégale».
Selon certains spécialistes de la filière, la matière première est actuellement disponible car il y a un surplus sur le marché après le retrait des Syriens qui achetaient clandestinement la matière première et l'exportaient frauduleusement vers l'Europe, via la Tunisie principalement.
«Trois tiers de la matière première sont exportés frauduleusement en produits semi-finis.» Du fait qu'il s'agit de tanneries clandestines, les normes de production ne sont pas respectées causant un danger pour l'environnement car elles ne prévoient pas de moyens pour traiter les eaux utilisées et les déchets de cuir sont jetés dans la nature. En l'absence de données sur l'ampleur du phénomène, la nappe phréatique est menacée par les rejets des eaux contenant des déchets toxiques, ont averti des professionnels de la filière.
Sans pouvoir fournir de preuves, les professionnels reconnaissent qu'ils ont tiré des conclusions en observant ce qui se passe au niveau des abattoirs.
En l'absence d'un système de récupération professionnel, la qualité des peaux collectées est parfois mauvaise, causant des déperditions.
Durant l'Aïd El Adha, une moyenne de quatre millions de têtes est sacrifiée annuellement, mais les peaux sont jetées, en grande partie, dans la nature et ne sont pas récupérées. Pourtant, c'est une source considérable qui permettra de faire tourner trois grandes entreprises de production de cuir pendant une année. M. Takjout a proposé la création de dépôts dans les communes qui se chargeront de vendre ces peaux aux tanneries. Même si le dépeçage des moutons est mal fait, il sera toujours possible de récupérer au moins un million de peaux à exploiter par la filière cuir et la maroquinerie.
Il y a une vingtaine d'années, le marché du cuir était florissant grâce aux entreprises de fabrications de chaussures et autres produits comme les vestes et les sacs. Mais depuis la fermeture de la majorité de ces entreprises, ce sont les importations massives de produits chinois qui ont pris le relais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.