31e semaine de manifestation pacifique : Un vendredi particulier    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Mode d'action du hirak : La mobilisation enfle à Béjaïa    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    La surenchère est contreproductive pour les élections    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La consommation atteindra un ''pic'' de 9.900 mégawatts en février prochain
Electricité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 12 - 2012

La consommation en électricité devrait atteindre son ''pic'' au mois de février prochain, soit 9.900 mégawatts et sera totalement satisfaite, a annoncé dimanche le directeur général de l'Opérateur système, filiale de Sonelgaz, M. Abdelaali Baddache. La consommation en électricité durant cet hiver devrait atteindre 8.650 mégawatts en décembre, 9.400 mégawatts en janvier et le pic de 9.900 mégawatts en février, a indiqué M. Baddache, qui écarte tout délestage au cours de cette période grâce aux moyens de production suffisants.
La capacité électrique actuelle permet de couvrir la demande à venir. Si des perturbations surviennent elles sont souvent dues aux intempéries qui endommagent les câbles, a-t-il dit à la radio nationale. Concernant les difficultés d'approvisionnement en électricité rencontrées dans la région du sud-est du pays,
elles sont essentiellement causées par les problèmes d'acheminement vers ces localités, a-t-il expliqué. Pour lui, les coupures sont dues aux conditions socio-économiques qui contribuent à faire grimper la demande résidentielle et à saturer le réseau de distribution d'une part et aux retards enregistrés dans les ouvrages en cours de réalisation, d'autre part. " Actuellement, nous sommes face au challenge de doubler notre capacité de production réalisée depuis 50 ans d'ici cinq ans et l'amener au consommateur', a-t-il précisé.
Il s'agit de développer les lignes de transports à travers le pays, soit 12.000 à 15.000 km à réaliser et une cinquantaine de postes et développer les postes de distribution.
"Le programme de réalisation des 10 centrales arrêté jusqu'en 2017 devrait couvrir la croissance de la demande et non la consommation actuelle sachant qu'il y a 300.000 nouveaux raccordements chaque année", explique M. Baddache. "Pour couvrir la demande à long terme, nous devons disposer de 12.000 mégawatts d'ici 2017 avec une réserve légalement arrêtée à 20% de la capacité disponible production".
Le programme d'investissements en matière de développement de la capacité sur les cinq années à venir, porte sur la réalisation du double des installations existantes, développer les lignes de transports à travers le pays, soit 12.000 à 15.000 km à réaliser et près de 50 postes de distribution à développer .
Dans le cadre de ce programme, la centrale de Terga a d'ores et déjà été réceptionnée alors que celle de Koudiet Draoueche enregistre des retards pour des raisons d'essais techniques et devrait être livrée durant l'été 2013, souligne le même responsable.
Quant au montant nécessaire aux moyens de production, il dépasse les 12 milliards de dollars d'ici 2017, avec 2 milliards de dollars pour le réseau de transport, et le même montant pour l'infrastructure, soit un coût approximatif de 20 milliards de dollars à engager, selon M. Badache. La mobilisation de ces investissements passe par des mesures adaptées dont la maîtrise de la demande par une consommation rationnelle, avec toutefois la révision possible de la tarification, a-t-il affirmé.
Par ailleurs, le programme des énergies renouvelables ne pourra remplacer l'énergie classique à court terme car les conditions d'investissements au niveau du pays ne sont pas encore réunies, a précisé M. Baddache. Pour l'importation et l'exportation d'électricité, elle est minime, a-t-il souligné, soit de l'ordre de 100 à 150 mégawatts et souvent occasionnelle, dans le cadre de contrats d'échanges entre les pays du Maghreb. Dans ce domaine l'Algérie est excédentaire en bilan global avec plus d'exportations que d'importations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.