Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La consommation atteindra un ''pic'' de 9.900 mégawatts en février prochain
Electricité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 12 - 2012

La consommation en électricité devrait atteindre son ''pic'' au mois de février prochain, soit 9.900 mégawatts et sera totalement satisfaite, a annoncé dimanche le directeur général de l'Opérateur système, filiale de Sonelgaz, M. Abdelaali Baddache. La consommation en électricité durant cet hiver devrait atteindre 8.650 mégawatts en décembre, 9.400 mégawatts en janvier et le pic de 9.900 mégawatts en février, a indiqué M. Baddache, qui écarte tout délestage au cours de cette période grâce aux moyens de production suffisants.
La capacité électrique actuelle permet de couvrir la demande à venir. Si des perturbations surviennent elles sont souvent dues aux intempéries qui endommagent les câbles, a-t-il dit à la radio nationale. Concernant les difficultés d'approvisionnement en électricité rencontrées dans la région du sud-est du pays,
elles sont essentiellement causées par les problèmes d'acheminement vers ces localités, a-t-il expliqué. Pour lui, les coupures sont dues aux conditions socio-économiques qui contribuent à faire grimper la demande résidentielle et à saturer le réseau de distribution d'une part et aux retards enregistrés dans les ouvrages en cours de réalisation, d'autre part. " Actuellement, nous sommes face au challenge de doubler notre capacité de production réalisée depuis 50 ans d'ici cinq ans et l'amener au consommateur', a-t-il précisé.
Il s'agit de développer les lignes de transports à travers le pays, soit 12.000 à 15.000 km à réaliser et une cinquantaine de postes et développer les postes de distribution.
"Le programme de réalisation des 10 centrales arrêté jusqu'en 2017 devrait couvrir la croissance de la demande et non la consommation actuelle sachant qu'il y a 300.000 nouveaux raccordements chaque année", explique M. Baddache. "Pour couvrir la demande à long terme, nous devons disposer de 12.000 mégawatts d'ici 2017 avec une réserve légalement arrêtée à 20% de la capacité disponible production".
Le programme d'investissements en matière de développement de la capacité sur les cinq années à venir, porte sur la réalisation du double des installations existantes, développer les lignes de transports à travers le pays, soit 12.000 à 15.000 km à réaliser et près de 50 postes de distribution à développer .
Dans le cadre de ce programme, la centrale de Terga a d'ores et déjà été réceptionnée alors que celle de Koudiet Draoueche enregistre des retards pour des raisons d'essais techniques et devrait être livrée durant l'été 2013, souligne le même responsable.
Quant au montant nécessaire aux moyens de production, il dépasse les 12 milliards de dollars d'ici 2017, avec 2 milliards de dollars pour le réseau de transport, et le même montant pour l'infrastructure, soit un coût approximatif de 20 milliards de dollars à engager, selon M. Badache. La mobilisation de ces investissements passe par des mesures adaptées dont la maîtrise de la demande par une consommation rationnelle, avec toutefois la révision possible de la tarification, a-t-il affirmé.
Par ailleurs, le programme des énergies renouvelables ne pourra remplacer l'énergie classique à court terme car les conditions d'investissements au niveau du pays ne sont pas encore réunies, a précisé M. Baddache. Pour l'importation et l'exportation d'électricité, elle est minime, a-t-il souligné, soit de l'ordre de 100 à 150 mégawatts et souvent occasionnelle, dans le cadre de contrats d'échanges entre les pays du Maghreb. Dans ce domaine l'Algérie est excédentaire en bilan global avec plus d'exportations que d'importations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.