réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Coup de projecteur sur Brahim Tsaki
CYCLE CINEMATOGRAPHIQUE ALGERO-BELGE
Publié dans L'Expression le 26 - 12 - 2011

Toujours dans le cadre de sa mission de promouvoir la culture algérienne en général et le cinéma en particulier, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel s'est associé à l'Ambassade de Belgique pour lancer sa première édition de rétrospective des oeuvres cinématographiques de cinéastes algériens formés en Belgique.
Ce sont, en effet, de nombreux cinéastes algériens qui ont été formés dans des écoles de cinéma en Belgique et ont contribué et contribuent toujours à l'enrichissement de la filmographie algérienne. Pour «mettre en valeur ce lien, à la fois artistique et humain», souligne-t-on l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel sous tutelle du ministère de la Culture et la délégation Wallonie-Bruxelles à Alger, ont décidé, conjointement, de la création d'un cycle cinématographique périodique qui, à chacune de ses manifestations, mettra en valeur un de ces cinéastes.
Sa première édition est consacrée au réalisateur et scénariste algérien Brahim Tsaki à la filmographie aussi bien riche mais très peu vue ou encore mal connue.
S'il s'est fait remarquer en 2008 avec son long métrage Ayriwen, Brahim Tsaki possède une filmographie éclectique souvent liée à l'enfance dans un contexte sociocritique donné de notre époque.
Ses films se démarquent aussi par une certaine aura dans la qualité des images, un univers vaporeux bien mystérieux, une distanciation voulue dans le regard des personnages sans pour autant s'éloigner des préoccupations du moment, ce qui fait particulièrement l'universalité de son oeuvre à (re)découvrir absolument.
Né en 1946 à Sidi Bel Abbès, ce cinéaste a été formé par l'Insas de Bruxelles (Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion). Il a obtenu en 1972 son diplôme de réalisateur.
En 1978, il a été recruté par l'Oncic (Office national du commerce et de l'industrie cinématographiques) à Alger et a commencé à écrire et réaliser des films de fiction qui lui ont valu un palmarès remarquable de prix dans les festivals internationaux.
La vision et le style de Brahim Tsaki ont été salués par les critiques de cinéma pour leur sensibilité et leur originalité et, en dépit d'une diffusion limitée, ont impressionné les cinéphiles algériens et étrangers.
Cinq films seront présentés au cours de ce «Zoom sur Brahim Tsaki» qui bénéficie du soutien actif de la Ciné-mathèque algérienne (CAC), du Cnca (Centre national de la cinématographie algérienne) et de l'association des cinéastes Lumières.
Parmi ces films on citera Gare de triage (court métrage, 1775, 16 mn), qui sera projeté aujourd'hui, Les Enfants du vent, une trilogie composée d'histoires d'enfants issus des milieux les plus humbles. (long métrage, 1980, 35 mm, sera projeté demain Ndlr), Histoire d'une rencontre, celle de deux adolescents sourds muets, elle fille d'un ingénieur américain et lui fils d'un paysan algérien (1983, 35 mm, programmé pour ce mercredi Ndlr), Les enfants du néon (long métrage 1990, 35 mm, au menu jeudi Ndlr) et enfin son tout dernier film Ayriwen (2007, 53 mm) qui clôturera en beauté ce cycle. Toutes les projections auront lieu en présence du réalisateur pour des débats et échanges discussions sans doute passionnants avec ses anciens admirateurs et les jeunes qui découvriront son oeuvre, rapporte le communiqué de présentation de cet évènement.
Aussi, dans l'esprit de ce cycle qui fait honneur à la pédagogie artistique et au principe de transmission d'expérience entre générations, deux ateliers d'initiation auront lieu durant les 5 jours de cette manifestation.
Le premier est consacré à l'écriture du scénario et sera animé par Brahim Tsaki. Le second, portant sur le montage-vidéo, sera animé par Habib Tsaki, fils du réalisateur, cinéaste en pleine affirmation et expert des logiciels de montage.
Le «Zoom sur Brahim Tsaki» connaîtra en 2012 une prolongation à la Cinémathèque algérienne de Sidi Bel Abbès (5-9 janvier) et d'Oran (5-9 février). Un régal pour les cinéphiles en somme, à ne pas rater sous aucun prétexte!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.