Le pacte de l'alternative démocratique s'organise    Le Président préside un Conseil des ministres    Baptême de feu international pour Tebboune    Les Verts pour terminer premiers    70 % des cas subissent une amputation    Une centaine de harraga ont pris le large vers l'Italie !    Vers l'interdiction du téléphone portable dans les écoles algériennes !    Conférence internationale sur la Libye: arrivée du président Tebboune à Berlin    A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    FFS : la réconciliation compromise ?    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    Large vague d'indignation    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un créneau lucratif
CONSTRUCTIONS ILLICITES À ANNABA
Publié dans L'Expression le 03 - 06 - 2012

Baraquements de fortune aux fins de bénéficier d'un logement social
L'heure n'est plus aux concessions, mais à la rigueur dans l'application des textes de loi. Telles sont les mesures de lutte contre la prolifération des constructions illicites à Annaba.
La prolifération des constructions illicites ne cesse de s'amplifier dans la wilaya de Annaba, devenue depuis plus de 20 ans la plaque tournante d'un créneau de plus en plus lucratif. En effet, la crise du logement dans cette wilaya n'est pas liée à la surpopulation, mais plutôt à l'esprit mercantiliste de ceux qui cherchent à faire fortune en recourant à plus d'un subterfuge, dont celui de l'installation de baraquements de fortune en guise d'habitation aux fins de bénéficier d'un logement social.
Cette activité illégale est à l'origine de la prolifération des bidonvilles dans la wilaya de Annaba. Ces constructions illicites, installées ici et là sur des assiettes foncières appartenant à l'Etat, mettent ce dernier devant le fait accompli, mais surtout dans une situation délicate, notamment en matière de réalisation des différents programmes de logements, comme c'est le cas à Annaba, où la gangrène des bidonvilles a pris des proportions démesurées au point d'échapper à tout contrôle.
A ce titre, les pouvoirs publics de la wilaya de Annaba, tentent de reprendre le contrôle sur une situation qui, si rien n'est fait, risque de provoquer une secousse, pour ne pas dire un séisme social, notamment ai sein des demandeurs de logements sociaux, dont le nombre s'accroît de jour en jour. Dans ce cas de figure, il convient de signaler que les prétendants aux logements sociaux, sont en majorité de faux demandeurs. Venus des wilayas limitrophes dans le but de se faire attribuer un logement, ces tricheurs sont prêts à tout, même à occuper un taudis dans l'un des bidonvilles de Annaba, comme celui de Sidi Harb, dans le chef-lieu de la commune de Annaba, où encore ceux de Sarouel et Oued Al Nil dans la daïra d'El Bouni, sans pour autant oublier celui fraîchement implanté en face du nouvel hôpital dans la commune d'El Hadjar. Ces occupants de baraquements sont en quête collective et commune d'un logement, qui serait le premier pas vers un pactole, après la vente de cet acquis, décroché au détriment de vrais ayants droit, tels les occupants de maisons menaçant ruine, dans les vieux quartiers de Annaba, la Colonne, la cité Ausas, Bourmet El Gaz entre autres quartiers où la vie des occupants est en permanence menacée par les effondrements d'habitations relevant à 90% de l'ère coloniale. En outre, il convient de noter que des demandes de logement remontant à plus de 20 ans demeurent insatisfaites, suite à la confusion créée par les faux postulants; ces derniers étant à l'origine de la crise du logement dans la wilaya de Annaba.
Ainsi, dans le but de débusquer tous les spéculateurs et faux demandeurs, notamment ceux non recensés, et par conséquence non concernés par une éventuelle attribution de logements, les autorités locales ont adopté une politique de lutte à même de dénicher les faux demandeurs.
Le dispositif mis en place vient d'être entamé en grande pompe, touchant entre autres constructions illicites: Madame Beek, Soltana et Skoufi, dans la commune d'El Hadjar, où la vente des terrains de l'Etat et de bicoques, est devenue un filon d'or pour un commerce lucratif, atteignant les 35 millions de centimes pour la pièce d'un mètre carré.
Les occupants de ces nouveaux bidonvilles ont, sans autorisation de construire, érigé des habitations sur des espaces étatiques, à proximité de la RN 129. Dans le cadre de la lutte contre ce phénomène, les éléments de la Gendarmerie nationale de la daïra d'El Hadjar, ont initié une vaste opération de contrôle, à travers laquelle ils ont saisi les pièces d'identité des occupants de ces constructions illicites, pour débusquer les nouveaux arrivés dans cette commune, leur lieu de résidence et provenance notamment, afin de les renvoyer vers leurs lieux de résidence d'origine, s'ils ne sont pas portés sur les listes de recensement. Outre ce contrôle, l'opération porte sur les mesures prévues par les textes de loi, la démolition de ces habitations et l'expulsion de ces occupants vers leurs lieux de provenance.
Les familles portées sur les listes du recensement de la daïra d'El Hadjar seront délocalisées, bénéficieront de logements sociaux, après étude au cas par cas. Ainsi, il convient de noter que la récupération de cette assiette foncière permettra à la daïra d'El Hadjar, qui enregistre un manque criard en matière d'assiettes de terrains, de s'engager dans la réalisation de plusieurs autres infrastructures, dont une annexe de la direction des impôts et un centre d'hémodialyse pour les insuffisants rénaux, des projets restés en stand-by depuis plusieurs années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.