Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





60.000 dinars pour un faux certificat de résidence à Annaba
LE TRAFIC BOOSTE LA DEMANDE DE LOGEMENT SOCIAL
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2011

Les constructions illicites dans la wilaya de Annaba sont un nouveau moyen d'enrichissement.
Le barème pour définir les bénéficiaires du logement social est-il équitable? 19 points sont attribués pour un chômeur. Cela lui permet d'obtenir un logement social même s'il n'est pas en mesure de payer son loyer. Une mesure qui ne profite pas aux fonctionnaires percevant un salaire. Cette politique dans l'attribution des logements sociaux est à l'origine de plusieurs subterfuges des demandeurs. La plupart présentent de faux documents à l'image du certificat de résidence qui se vend à Annaba entre 40.000 et 60.000 DA. Quand à l'attestation de non-activité, elle est délivrée sur la base d'une déclaration au niveau des APC.
Durant les années 1990, les occupants des habitations précaires, situées notamment à la Colonne Beni m'Hafeurs, la place d'Armes, Sidi Salem et autres anciens quartiers de la commune de Annaba, obtenaient, après une longue attente, un logement. Malgré les projets du gouvernement en matière de réalisation de logement social, les opportunistes venus de tous bords y ont trouvé un filon pénalisant ainsi les vrais demandeurs nécessiteux. Certains attendent depuis plus de 40 ans dans l'espoir de bénéficier un jour d'un toit. Il est à noter que les efforts des pouvoirs publics se focalisent, dans leur majorité, sur les cas des postulants occupant des constructions illicites.
Des milliers de baraquements ont surgi sur le territoire de la wilaya de Annaba ces 5 dernières années. A Sid Harb, ils sont venus de différentes wilayas du pays dans le but de décrocher un logement social. Sidi Salem, pour sa part, ne comptait que 4000 habitants, aujourd'hui il avoisine les 7000 âmes et Djemaâ Hocine et Boukhadra, dans la daïra d'El Bouni, sont à forte concentration de constructions illicites. Pour rappel, les 50% des occupants de ces bidonvilles ont été relogés.
Quelques bénéficiaires ont vendu et sont retournés sur les lieux demandant une deuxième et même une troisième fois un logement. Les autres ont été ramenés par des proches, eux-mêmes habitant des constructions illicites, afin de leur permettre de bénéficier du logement social.
Une réalité qui n'est un secret pour personne, encore moins pour les services concernés, à savoir les APC et la police urbaine. Au moment où les constructions illicites prolifèrent chaque jour un peu plus, notamment au niveau de Oued Forcha, le Pont-Blanc, où les occupants des logements Beney El Asker, s'approprient les trottoirs et les espaces verts, les services de l'APC ferment les yeux et la police urbaine est indifférente. On a relevé pas moins de 500 constructions illicites rien que dans la commune de Annaba. Le plus grand nombre de cas est constaté à Sidi Salem, sur les décombres des anciennes constructions et dont les occupants ont été relogés il y a moins d'une année. Le même constat est pour le bidonville de Djemaa Hocine et Boukhadra.
Certains ont détourné des parcelles à vocation agricole pour implanter leurs baraques. Le reste sur des assiettes foncières que les pouvoirs publics peinent à récupérer. Profitant de l'absence sur le terrain des services en charge de la lutte contre les constructions illicites, des baraquements ont essaimé ici et là. Le phénomène des constructions illicites dans la wilaya de Annaba n'est pas généré par les familles nombreuses ou celles vivant dans la précarité. c'est devenu un nouveau moyen d'enrichissement.
Dans la wilaya de Annaba, les constructions illicites ne sont pas un phénomène résultant de la période coloniale ou encore de l'industrialisation des zones Nord qui a provoqué un exode effréné des populations rurales à la recherche de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.