GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    RND : Seddik Chihab dément la démission de Ouyahia    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    ORAN : 3 voleurs de bétail arrêtés et 128 têtes récupérées    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Quel avenir pour le basket-ball algérien ?    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tizi-Ouzou : évocation du parcours de Si Moh U M'hand
Publié dans L'Expression le 29 - 12 - 2012

Un vibrant hommage a été rendu vendredi au célèbre poète Si Moh U M'hand, ciseleur de verbe hors pair, par la maison de la culture de Tizi-Ouzou l'association culturelle éponyme.
Décédé, le 28 décembre 1905, Si Moh U M'hand a marqué d'une empreinte indélébile la poésie kabyle.
Cet hommage rendu à ce poète de l'exil et de la souffrance qui a vécu durant la seconde moitié du XIXéme siècle, a donné lieu au fleurissement de sa tombe, par une délégation d'hommes de culture, dont notamment des poètes, située au lieudit « Assekif Ntmana » (le toit protecteur, sur les hauteurs de la commune de Ain El Hammam, à une cinquantaine de km au sud- est de Tizi-Ouzou.
Le parcours de ce troubadour infatigable, qui a sillonné, à pied, l'Algérie d'ouest en est, a fait de lui un témoin privilégié des événements douloureux et tumultueux vécus par le pays en cette période d'expansion coloniale, est également restitué par la projection d'un film intitulé, "Si Moh U Mhand, linsoumis", réalisé par Lyazid Khodja.
Les adeptes de la poésie kabyle ancienne, versifiée dans la pure tradition du maître de la métaphore et de la réplique que fut Si Moh U Mhand, ont eu également la possibilité de se délecter de poèmes déclamés oralement ou exposés dans des recueils étalés dans le hall de la maison de la culture.
Si Moh U Mhand, ou Mohand Hamadouche de son vrai nom, est présumé né en 1845 au village Icheraiouene, dans la localité de Tizi- Rached, wilaya de Tizi- Ouzou.
Témoin de son temps, sa poésie constituait un miroir fidèle dans lequel se reconnaissaient ses concitoyens, surtout les plus humbles et les plus souffrants sous le joug colonial.
Il goûta à l'amertume du déracinement, dès sa plus tendre enfance, lorsque ses parents durent fuir le village natal dIcharaiouene, rasé en 1857 par le maréchal Randon, pour y fonder le « Fort Napoléon' », lactuel Larbaa Nath Irathène.
Suite à linsurrection de 1871, la Kabylie fut soumise à des expéditions punitives. Les Ath Hamadouche, comme beaucoup de familles rebelles, payèrent un lourd tribut, consistant en l'exécution de son père Mohand Améziane, et la déportation de son oncle paternel cheikh Arezki en Nouvelle Calédonie, ainsi que la séquestration de ses biens.
Cet amer destin a affecté profondément l'âme sensible du poète qui, mûri par tant d « épreuves douloureuses, fit de sa souffrance, indissociable de celle de ces concitoyens, une source d'inspiration pour exprimer la révolte des siens contre l'ordre colonial , en versifiant des poèmes épiques s'échappant limpidement, goutte à goutte, de son cœur creusé par l'érosion du temps ».
Errant au gré du hasard avec son bâton de pèlerin, sans autre but que celui de déclamer ses poèmes pour consoler ses semblables, Si Moh se déplaçait constamment, à pied, à travers les différentes régions du pays, arrivant jusqu' en Tunisie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.