ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Si Mohand U M'hand
4E FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA POESIE À PARIS
Publié dans L'Expression le 29 - 09 - 2010

Poète de légende et poète universel, il sera célébré aujourd'hui, à 20h au Centre culturel algérien, en France.
Dans le cadre du 4e Festival international de la poésie à Paris, organisé par l'association «Poètes à Paris», un hommage sera donné, ce mercredi 29 septembre au Centre culturel algérien (CCA) au poète Si Mohand U M'hand poète et philosophe kabyle de la tribu des At Yiraten de Kabylie (Algérie), né entre 1840 et 1845 à Icheraiouen, l'actuelle Larbaâ Nath Irathen (caserne), et mort le 28 décembre 1905 à Michelet.
Sa vie de «rebelle» a depuis été portée à l'écran par le truchement d'un superbe film signé Liazid Khodja et intitulé Si Mohand U M'hand, l'insoumis (2007). Un film qui nous dévoilà la vie de ce barde du XIXe siècle qui disait par les mots toute la révolte de la Kabylie et de l'Algérie contre le joug colonial mais aussi l'amour, la misère et l'errance des âmes en peine. Déraciné et seul, Si Mohand deviendra en effet un poète errant. Il emprunte à son expérience les thèmes de l'exil, de l'amour de sa terre natale, de l'amour et du destin. Le poète aurait par ailleurs juré de ne jamais répéter le même poème, de sorte que seule la mémoire populaire a permis de conserver son oeuvre.
De nombreux poètes de France nés en France ou dans le monde vont rendre à Si M'hand aujourd'hui un vibrant hommage à travers leurs propres paroles nomades, accompagnés par des comédiens (les élèves comédiens du conservatoire d'art dramatique de Nice et Frédérique Wolf Michaux) qui, eux, disent les poèmes de ce poète de légende. Parmi les artistes invités, on citera Yvan Tetelbom (France), né en Algérie à Azeffoun.
Sa destinée ressemble étrangement à celle de Si M'hand l'errant vu qu'elle a été bercée de souffrance et de nostalgie mais aussi d'écriture, tel un poète qui dit, psalmodie, apostrophe, harangue, tantôt sous les traits d'un artiste, tantôt sous les traits d'un agitateur humaniste. Comme autres invités on retiendra Nazand Begikhani du Kurdistan (Irak), la poètesse algérienne Fadéla Chaim Allami qui vient de publier Sur ma terrasse algéroise:d'aimer, c'est un peu vivre aux Editions Lazhari Labter, Jean-Louis Châles, comédien et metteur en scène français, Kamel Yahaoui poète, artiste algérien, originaire d'Azeffoun et ayant grandi dans la Casbah d'Alger.
Sa réflexion s'épanche sur les violences raciales, coloniales et ethniques; plusieurs poètes ont inspiré ses oeuvres: Kateb Yacine, Ibn Arabi, Si Mohand, Mahmoud Darwich, Adonis, Paul Eluard, Jacques Prévert. D'autres artistes mais aussi écrivains, philosophes, et sociologues prendront pas à cette manifestation qui s'étalera jusqu'au 3 octobre. Notons que ce spectacle lecture qui sera donné au Centre culturel algérien en l'honneur du poète Si Mohand U M'hand, sera en tournée en Kabylie du 4 octobre au 8 ou 9 octobre à Azeffoun, aux Aghribs, et à Tizi Ouzou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.