Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 4e mandat divise les partis
A UNE ANNEE DE LA PRESIDENTIELLE DE 2014
Publié dans L'Expression le 08 - 04 - 2013

Des partis politiques comme le MPA et le TAJ se disent pour un quatrième mandat de Bouteflika, alors que d'autres se mobilisent pour contrecarrer cette option.
Alors que les partis politiques sont suspendus à la décision du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, de
briguer ou pas un autre mandat, la classe politique est divisée entre partisans et opposants à un quatrième mandat. Si la position du FLN et du RND, qui sont des partis du pouvoir et qui soutiennent un 4e mandat de Bouteflika est naturelle, il n'en est pas de même pour les autres partis nouvellement créés.
Le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, a réitéré, avant-hier à Constantine, son soutien au chef de l'Etat s'il décide de se porter candidat. «Si le président décide de reconduire sa candidature, nous allons le soutenir comme nous l'avons toujours fait, s'il renonce, une réunion du parti s'impose et de là, nous déciderons de ce qu'il faut faire», a indiqué M. Benyounès. Le président du parti Tadjamoua Amel El Djazaïr (TAJ), Amar Ghoul a, lui aussi, affirmé son soutien à un 4e mandat de Bouteflika. «En démocratie, chacun est libre de se porter candidat. Notre parti soutiendra la candidature du président Bouteflika dans le cas où il se présenterait à un 4e mandat», a souligné M. Ghoul, lors de la cérémonie d'installation des bureaux communaux et de wilaya dans la région de Tlemcen. Le Parti des travailleurs (PT) ne s'oppose pas à un autre mandat du chef de l'Etat. La secrétaire générale du parti, Louisa Hanoune, considère que la limitation du nombre de mandats présidentiels, est contraire à la démocratie. Elle n'est contre la candidature de personne, y compris celle du chef de l'Etat. Mme Hanoune plaide pour le principe de la révocabilité du mandat par le peuple quand celui-ci juge que le président élu n'a pas honoré ses engagements. Mais un 4e mandat pour Bouteflika ne fait pas l'unanimité et plusieurs autres partis se disent contre. Le parti Jil Jadid de Sofiane Djilali et l'ancien chef de gouvernement, Ahmed Benbitour, ainsi que Mohamed Mechati, membre du groupe des 22, ont constitué un front contre un 4e mandat. Estimant que le bilan de Bouteflika durant ses 15 années de règne est «désastreux», les initiateurs de ce front appellent les autres forces politiques à les rejoindre. Il y a plusieurs semaines, un autre groupe constitué de 11 partis politiques a appelé le chef de l'Etat à partir de la présidence de la République. De son côté, le RCD a appelé à la destitution de Bouteflika en vertu d'un article constitutionnel.
Pour sa part, le secrétaire général de l'Union des forces démocratiques et sociales (Ufds), a indiqué, avant-hier, qu'un 4e mandat pour Bouteflika est «un mandat de trop», au vu de la conjoncture que traverse le pays empreinte de «scandales de corruption, de malaise social et de renversement des valeurs». Toutes ces positions sont exprimées alors que le concerné n'a rien encore dit sur la question. Mais les observateurs estiment que Bouteflika ne briguera pas un autre mandat. Plusieurs éléments d'analyse confirment cette thèse, à commencer par le discours prononcé à Sétif, le 8 mai 2012, dans lequel il a proclamé: «Ma génération est finie.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.