L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aït Ahmed, le grand absent
LE 5E CONGRÈS DU FFS S'OUVRE DEMAIN À ALGER
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2013


Il n'assistera pas au 5e congrès du parti
C'est le médecin qui a recommandé à Hocine Aït Ahmed de ne pas se déplacer dans l'immédiat, selon les responsables du parti.
La nouvelle ne sera certainement pas joyeuse pour les militants et sympathisants du Front des forces socialistes (FFS): le président du parti, Hocine Aït Ahmed, n'assistera pas au 5e congrès du parti, dont les travaux débuteront demain à Zéralda (Alger).
Cette information a été annoncée, hier, lors d'une conférence de presse par le président du comité d'éthique et coprésident de la commission nationale de préparation du congrès, Mohand Amokrane Chérifi.
Ce dernier a démenti, par la même occasion, les informations qui ont circulé ces deux derniers jours à propos de l'entrée du leader du FFS en Algérie.
Le conférencier a expliqué que l'absence de Hocine Aït Ahmed au 54e congrès du parti lui a été recommandée par son médecin. «Si l'Hocine ne viendra pas pour une raison simple: il revient d'un voyage éprouvant au Maroc pour raison familiale, le décès de sa soeur et de son cousin. Il en est revenu très fatigué; son médecin lui a recommandé formellement de ne pas se déplacer dans l'immédiat», a indiqué Mohand Amokrane Chérifi.
L'absence d'Aït Ahmed, ajoutée à son annonce de quitter la présidence du parti aura, à coup sûr, des conséquences sur le moral des congressistes et même des cadres du parti qui disent le regretter.
Il serait aussi difficile au vieux parti de l'opposition de combler ce départ qui a toutes les chances d'imposer au FFS une période de transition qui sera éventuellement matérialisée par la désignation d'une direction collégiale durant le congrès. «Personne ne peut remplacer Aït Ahmed. Il nous faut une phase de transition», a indiqué le premier secrétaire national, Ali Laskri, ajoutant que «Si l'Hocine appartient à tous les Algériens et non seulement au FFS».
M.Laskri a abordé, dans son intervention, les questions liées à l'organisation du congrès de son parti, soulignant que les congressistes débattront des questions politiques, économiques et organiques en toute liberté et démocratie.
Il a indiqué que le FFS a invité ses amis de l'étranger et ses amis en Algérie. Il a précisé que parmi les invités algériens, il y a des syndicats autonomes, des organisations de la société civile et des personnalités. «Nous n'avons invité aucun parti politique», a-t-il précisé.
M.Laskri qui n'a pas voulu s'étaler sur les questions politiques a toutefois répondu à certaines questions des journalistes.
D'abord, à propos de l'élection présidentielle de 2014 et des supposées ou réelles tractations menées par le FFS et l'ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche en vue de soutenir la candidature de ce dernier. «Le FFS n'a fait aucun contact avec personne sur l'élection présidentielle de 2014», a-t-il indiqué, ajoutant que M.Hamrouche est un «ami du parti». M.Laskri a souligné que le FFS n'a rencontré aucun autre parti politique en prévision de ces échéances. A propos de la santé du chef de l'Etat, le conférencier s'est contenté de dire que son parti attend de faire la lumière sur la maladie de Bouteflika. Sur un autre plan, Ali Laskri a estimé que les réformes politiques de 1990 sont meilleures que les réformes de 2012 qui servent, selon lui, le système actuel. Il a plaidé, dans ce sens, pour une alternative pacifique et démocratique à travers la «reconstruction d'un consensus national» afin de dépasser le statu quo actuel et en finir avec le «pouvoir pourri».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.