Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Morsi va poursuivre en justice les "auteurs du coup d'Etat"
DE SA PRISON, LE PRESIDENT DECHU EGYPTIEN REVIENT À LA CHARGE
Publié dans L'Expression le 14 - 11 - 2013

A l'ouverture de son procès le 4 novembre, M.Morsi a récusé l'autorité de ses juges et martelé qu'il était le seul président légitime. L'audience a été ajournée au 8 janvier.
Mohamed Morsi, le président islamiste égyptien destitué et arrêté par l'armée début juillet, va poursuivre les nouvelles autorités installées par les militaires et réclamer à la justice l'annulation de ce qu'il considère comme un «coup d'Etat», a annoncé son avocat hier. Le premier chef de l'Etat élu démocratiquement en Egypte est emprisonné et jugé notamment pour «incitation au meurtre» de manifestants opposés à son gouvernement en 2012 alors que le gouvernement intérimaire mis en place et dirigé de facto par l'armée a lancé mi-août une implacable et sanglante répression visant ses partisans. «Le président envisage d'engager une procédure judiciaire contre le coup d'Etat et cela sera la tâche de l'équipe de ses défenseurs dans un avenir proche», a déclaré à la presse Mohamed al-Damati, qui dirigeait un groupe d'avocats ayant rendu visite à M.Morsi en prison lundi. «Des plaintes seront déposées devant le procureur général pour démontrer que ce qui s'est passé est un crime», a-t-il poursuivi. Des recours seront également déposés devant la justice administrative pour faire «annuler l'action conduite par le général Abdel Fattah al-Sissi», a conclu l'avocat. Le général Sissi, commandant en chef de l'armée, vice-Premier ministre et ministre de la Défense, est considéré comme le nouvel homme fort du régime. Il avait annoncé le 3 juillet la destitution et l'arrestation de M.Morsi et confié à un président et un gouvernement intérimaires - qu'il a nommés - la mission de réviser la Constitution et d'organiser des élections législatives et présidentielle début 2014.
«L'Egypte ne connaîtra pas de retour à la stabilité sans annulation de ce coup d'Etat», a assuré M.Morsi dans une lettre lue par M.al-Damati. Il a également pressé ses partisans qui manifestent quotidiennement de rester «fermes». «Je salue le peuple qui s'est révolté dès les premières heures contre le coup d'Etat et qui continuent de se révolter chaque jour dans tout le pays», a-t-il conclu. Pour justifier la destitution de M.Morsi, les militaires avaient invoqué les manifestations le 30 juin de millions d'Egyptiens réclamant le départ du chef de l'Etat qu'ils accusaient d'accaparer la totalité des pouvoirs au profit de sa confrérie des Frères musulmans et de vouloir islamiser à marche forcée la société égyptienne. Depuis, le nouveau gouvernement, mais surtout le général Sissi, jouissent d'un fervent soutien d'une partie importante de l'opinion publique et des médias quasi-unanimes, accusant les Frères musulmans d'être des «terroristes». Le 14 août, soldats et policiers ont dispersé dans un bain de sang les manifestations des pro-Morsi au Caire, tuant plusieurs centaines d'entre eux, et plus d'un millier de manifestants ont péri depuis. Parallèlement, plus de 2 000 Frères musulmans, qui avaient remporté haut la main les législatives fin 2011, ont été arrêtés depuis mi-août, dont la quasi-totalité de leurs leaders. A l'instar du président déchu, ces derniers sont jugés pour leur implication présumée dans la mort de manifestants anti-Morsi quand ils étaient au pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.