Le spectre de la sécheresse s'éloigne    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le président Ahmad Ahmad suspendu 5 ans par la FIFA    Les laboratoires privés pointés du doigt    Le "ministère de la Santé n'a pas le pouvoir de prendre cette décision"    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Milan AC : Nouveau match solide de Bennacer lors du succès face à Naples    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Le MCO dans la ligne de mire    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Les précisions de Linde Gas Algérie    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le verdict attendu le 30 novembre    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al-Sissi, nouvel "homme fort" sans partage?
L'ELECTION PRESIDENTIELLE EN EGYPTE LES 26 ET 27 MAI
Publié dans L'Expression le 01 - 04 - 2014

L'ex-maréchal, Abdel Fatah al-Sissi, qui a annoncé sa candidature de la fin de mai prochain, va sans douter écraser le scrutin présidentiel
Celui qui est devenu l'homme fort du pays en avisant le 3 juillet de l'éviction du seul président jamais élu démocratiquement d'Egypte, a annoncé la semaine dernière qu'il serait candidat.
L'élection présidentielle en Egypte aura lieu les 26 et 27 mai, près de onze mois après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée, dont l'ex-chef Abdel Fatah al-Sissi est donné grand favori. Celui qui est devenu l'homme fort du pays en avisant le 3 juillet de l'éviction du seul président jamais élu démocratiquement d'Egypte, a annoncé la semaine dernière qu'il serait candidat. Les experts prédisent qu'il sera confortablement élu à l'issue du scrutin, dont la date a été fixée dimanche par la commission électorale. Pour pouvoir officiellement annoncer sa candidature, le maréchal Sissi a dû prendre mercredi sa retraite de l'armée, et a quitté ses fonctions de vice-Premier ministre et ministre de la Défense des autorités intérimaires installées et dirigées de facto par l'armée.
Le dépôt des candidatures s'ouvrait hier, jusqu'au 20 avril, tandis que la campagne se tiendra du 3 au 23 mai. Les électeurs du plus peuplé des pays arabes sauront au plus tard le 5 juin s'ils doivent se rendre aux urnes pour un second tour (16 et 17 juin), a précisé la commission électorale, auquel cas, les résultats seront publiés le 26 juin au plus tard. La présidentielle, qui doit être suivie d'un scrutin parlementaire, doit doter le pays d'un pouvoir élu après dix mois de gouvernement intérimaire et clore la «transition démocratique» promise par l'armée le 3 juillet. Depuis cette date toutefois, les partisans de M.Morsi dénoncent un «coup d'Etat militaire» et manifestent régulièrement en dépit d'une sanglante répression qui a fait, selon Amnesty International, au moins 1.400 morts. En outre, quelque 15.000 personnes ont été arrêtées, selon des responsables de la police, dont la quasi-totalité des dirigeants de la confrérie de M.Morsi, les Frères musulmans qui, à l'instar du président destitué, encourent la peine de mort dans divers procès. Implacable dans la répression des islamistes pro-Morsi, comme de toute opposition - notamment celle venue de la jeunesse en pointe de la révolte de 2011 puis du combat contre les procès militaires de civils -, M. Sissi s'est attiré une popularité inégalée dans le pays. Il n'a pour le moment qu'un seul adversaire déclaré, le leader de gauche Hamdeen Sabbahi, qui n'a que très peu de chance d'engranger un nombre significatif de voix, selon les experts. En annonçant sa candidature, M. Sissi a promis de «débarrasser l'Egypte du terrorisme», alors que les attaques sont désormais quasi-quotidiennes, le gouvernement affirmant qu'elles ont fait près de 500 morts, en très grande majorité des soldats et des policiers. Les autorités intérimaires font porter la responsabilité de ces attaques aux Frères musulmans, qui ont démenti toute implication mais déjà prévenu qu'il n'y aurait «ni sécurité ni stabilité sous une présidence Sissi». Dimanche encore, un étudiant a été tué à l'université islamique d'Al Azhar dans des heurts entre manifestants et forces de sécurité, a rapporté le quotidien Al Ahram sur son site internet. Et dans la péninsule du Sinaï, un soldat a été abattu par des islamistes présumés, selon des sources policières.
Quelques heures plus tard, des hommes masqués ont ouvert le feu sur un colonel de l'armée à la retraite le tuant sur l'autoroute reliant Le Caire à la ville d'Ismaïlia, sur le canal de Suez, selon des responsables. Ces meurtres surviennent alors que le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim, a fait état de l'arrestation de dirigeants du groupe jihadiste Ansar al-Chari'â, ayant pris des policiers pour cible dans la région du Delta du Nil. Vendredi, cinq personnes, dont une journaliste, avaient été tuées dans des affrontements entre manifestants islamistes et forces de police au Caire. C'est ce «chaos», qui règne depuis la révolte de 2011 selon une large partie de la population, sur lequel M. Sissi entend capitaliser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.