La campagne électorale de Bouteflika a coûté 11 000 milliards !    PRESIDENTIELLE 2019 : Début du vote des nomades aujourd'hui    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    Mihoubi: la présidentielle, un scrutin "décisif" pour "raffermir" la stabilité du pays    INTEGRATION DES BENEFICIAIRES DU DAIP : 2667 contractuels concernés par la titularisation à Mostaganem    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    HADJ 2020 - 2021 : Début des inscriptions mercredi    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Des peines allant jusqu'à 20 ans de prison ferme requises à l'encontre d'anciens responsables et hommes d'affaires pour corruption    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Tayeb Bouzid appelle à l'élaboration d'une stratégie nationale pour faire face aux défis du numérique    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Présidentielle du 12 décembre: l'ANIE déterminée à protéger les voix du peuple    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Skikda, Tlemcen et Oum El Bouaghi: Marches de soutien au scrutin du 12 décembre    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Premier débat télévisé entre candidats à la présidentielle: Des réformes urgentes pour dépasser la situation difficile    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Journées d'information à la CNAS: Des allègements en faveur des personnes aux besoins spécifiques    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al-Sissi, nouvel "homme fort" sans partage?
L'ELECTION PRESIDENTIELLE EN EGYPTE LES 26 ET 27 MAI
Publié dans L'Expression le 01 - 04 - 2014

L'ex-maréchal, Abdel Fatah al-Sissi, qui a annoncé sa candidature de la fin de mai prochain, va sans douter écraser le scrutin présidentiel
Celui qui est devenu l'homme fort du pays en avisant le 3 juillet de l'éviction du seul président jamais élu démocratiquement d'Egypte, a annoncé la semaine dernière qu'il serait candidat.
L'élection présidentielle en Egypte aura lieu les 26 et 27 mai, près de onze mois après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée, dont l'ex-chef Abdel Fatah al-Sissi est donné grand favori. Celui qui est devenu l'homme fort du pays en avisant le 3 juillet de l'éviction du seul président jamais élu démocratiquement d'Egypte, a annoncé la semaine dernière qu'il serait candidat. Les experts prédisent qu'il sera confortablement élu à l'issue du scrutin, dont la date a été fixée dimanche par la commission électorale. Pour pouvoir officiellement annoncer sa candidature, le maréchal Sissi a dû prendre mercredi sa retraite de l'armée, et a quitté ses fonctions de vice-Premier ministre et ministre de la Défense des autorités intérimaires installées et dirigées de facto par l'armée.
Le dépôt des candidatures s'ouvrait hier, jusqu'au 20 avril, tandis que la campagne se tiendra du 3 au 23 mai. Les électeurs du plus peuplé des pays arabes sauront au plus tard le 5 juin s'ils doivent se rendre aux urnes pour un second tour (16 et 17 juin), a précisé la commission électorale, auquel cas, les résultats seront publiés le 26 juin au plus tard. La présidentielle, qui doit être suivie d'un scrutin parlementaire, doit doter le pays d'un pouvoir élu après dix mois de gouvernement intérimaire et clore la «transition démocratique» promise par l'armée le 3 juillet. Depuis cette date toutefois, les partisans de M.Morsi dénoncent un «coup d'Etat militaire» et manifestent régulièrement en dépit d'une sanglante répression qui a fait, selon Amnesty International, au moins 1.400 morts. En outre, quelque 15.000 personnes ont été arrêtées, selon des responsables de la police, dont la quasi-totalité des dirigeants de la confrérie de M.Morsi, les Frères musulmans qui, à l'instar du président destitué, encourent la peine de mort dans divers procès. Implacable dans la répression des islamistes pro-Morsi, comme de toute opposition - notamment celle venue de la jeunesse en pointe de la révolte de 2011 puis du combat contre les procès militaires de civils -, M. Sissi s'est attiré une popularité inégalée dans le pays. Il n'a pour le moment qu'un seul adversaire déclaré, le leader de gauche Hamdeen Sabbahi, qui n'a que très peu de chance d'engranger un nombre significatif de voix, selon les experts. En annonçant sa candidature, M. Sissi a promis de «débarrasser l'Egypte du terrorisme», alors que les attaques sont désormais quasi-quotidiennes, le gouvernement affirmant qu'elles ont fait près de 500 morts, en très grande majorité des soldats et des policiers. Les autorités intérimaires font porter la responsabilité de ces attaques aux Frères musulmans, qui ont démenti toute implication mais déjà prévenu qu'il n'y aurait «ni sécurité ni stabilité sous une présidence Sissi». Dimanche encore, un étudiant a été tué à l'université islamique d'Al Azhar dans des heurts entre manifestants et forces de sécurité, a rapporté le quotidien Al Ahram sur son site internet. Et dans la péninsule du Sinaï, un soldat a été abattu par des islamistes présumés, selon des sources policières.
Quelques heures plus tard, des hommes masqués ont ouvert le feu sur un colonel de l'armée à la retraite le tuant sur l'autoroute reliant Le Caire à la ville d'Ismaïlia, sur le canal de Suez, selon des responsables. Ces meurtres surviennent alors que le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim, a fait état de l'arrestation de dirigeants du groupe jihadiste Ansar al-Chari'â, ayant pris des policiers pour cible dans la région du Delta du Nil. Vendredi, cinq personnes, dont une journaliste, avaient été tuées dans des affrontements entre manifestants islamistes et forces de police au Caire. C'est ce «chaos», qui règne depuis la révolte de 2011 selon une large partie de la population, sur lequel M. Sissi entend capitaliser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.