Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Que devient Mme Fafa ?    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    La surenchère est contreproductive pour les élections    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat plus près de chez vous!
NOUVEAU DECOUPAGE ADMINISTRATIF
Publié dans L'Expression le 10 - 05 - 2014

Le Sud constitue la dimension stratégique de l'Algérie de par les potentialités énormes dont il dispose
Principale promesse de campagne du président, il vient d'instruire son gouvernement de procéder à ce nouveau découpage en donnant la priorité aux villes du Sud et des Hauts-Plateaux.
Comment rapprocher l'administration du citoyen? Tel est la problématique que se propose de résoudre le nouveau découpage administratif promis par le chef de l'Etat. En gestation depuis plus d'une décennie, le projet verra enfin le jour. C'est désormais officiel, de nouvelles communes, daïras, et wilayas verront bientôt le jour! Principale promesse de campagne du président Bouteflika, il n'a pas tardé à la mettre sur les rails. En effet, dès le premier conseil des ministres du 4e mandat, il a instruit son gouvernement de procéder à ce nouveau découpage. Cela en donnant la priorité aux villes du Sud et des Hauts- Plateaux!
La priorité a été accordée à ces régions «où le facteur des distances rend urgent un rapprochement de l'administration territoriale de ses administrés», a souligné le chef de l'Etat lors du Conseil des ministres. Il s'agit d'un découpage inscrit au programme 2015-2019 sur la base des concertations nationales et locales entreprises depuis quelques années, rappelle-t-on dans la mesure où une réflexion a été engagée de manière concrète dans ce sens après les élections législatives de 2012. En fait, l'annonce de ce découpage a été faite dès la fin de l'année 2006 par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Noureddine Yazid Zerhouni. Depuis, il y a eu un «silence radio» sur une question qui préoccupait experts, administrateurs, comme le simple citoyen. Un découpage administratif, c'est avant tout une meilleure maîtrise de la gestion du territoire qui permet une planification du développement plus en phase avec les moyens existants, en sus de rapprocher le citoyen de l'administration, notamment dans les vastes régions du Sud. Il s'agit aussi, à travers ce nouveau découpage administratif, de lutter contre la bureaucratie et de rapprocher l'administration du citoyen. Abdelmalek Sellal en sa qualité de directeur de campagne du président de la République, avait déclaré à partir de plusieurs wilayas du pays, lors de la campagne électorale pour la présidentielle 2014, que plusieurs daïras dans le Sud et les Hauts-Plateaux sont concernées par ce nouveau découpage. Il avait souligné que le nouveau découpage administratif était devenu une «nécessité» exigée par de nombreux facteurs. En ce sens, il avait promis d'élever, entre autres, El Ménéa (wilaya de Ghardaïa), In Salah (Tamanrasset) et Touggourt (Ouargla) au rang de wilayas lors du nouveau découpage administratif, faisant observer que le Sud constitue la dimension stratégique de l'Algérie de par les potentialités énormes dont il dispose. Il a fait la même promesse pour Frenda (Tiaret) et El Eulma (Sétif) de la région des Hauts-Plateaux. Le découpage administratif a été déjà recommandé lors des assises nationales sur le développement local, organisées en 2011 par le Conseil national économique et social (Cnes). Au terme de plusieurs consultations au niveau régional, il a été recommandé d'aller vers un découpage administratif à même de booster le développement local notamment.
La plate-forme de ces recommandations avait été soumise au président de la République et introduite dans le programme national des réformes, initiées par le chef de l'Etat. Ces recommandations étaient le fruit de rencontres locales tenues entre le 5 septembre et le 1er novembre 2011, puis les assises régionales sur le développement local du 13 au 28 novembre 2011, suivies des Assises nationales les 29 et 30 décembre de la même année. Le découpage administratif actuel date de 1984.
La loi n° 84-09 du 4 février 1984 relative à l'organisation territoriale du pays modifiée et complétée (JO n° 6 du 7 février 1984) a fixé à 48 le nombre de wilayas ainsi que la liste des communes qui sont rattachées à chacune d'entre elles. Bref, un nouveau découpage, c'est certes bien. Mais sommes-nous prêts pour cette révolution? Avons-nous les moyens matériels, mais surtout humains pour mener à bien ce découpage? A première vue oui, car ce découpage, qui avait été projeté par Bouteflika lors de son premier mandat, a été mûrement mijoté. Depuis une décennie environ, la subdivision territoriale fait l'objet de débat de la politique algérienne comme bien entendu dans sa considération d'une meilleure procédure de gestion du pays.
Le président a ainsi reporté à plusieurs reprises ce projet qui, pourtant, lui tenait à coeur afin de lui tisser un terrain favorable. C'est ce qu'il a fait avec la révision des lois des communes et des wilayas. Maintenant, tout est prêt pour laisser place à ces nouvelles communes et wilayas et cela pour permettre aux citoyens d'avoir l'administration plus près de chez eux!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.