DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dépistage au coeur de la prévention
LUTTE CONTRE LE VIH SIDA
Publié dans L'Expression le 01 - 12 - 2014


Sida, le mal du siècle
Faute de traitement efficace, le meilleur moyen d'éviter cette maladie est de se protéger contre tous les risques quotidiens.
Qualifiée par les spécialistes en la matière de «maladie communautaire», la maladie du VIH Sida, a enregistré une moyenne de 8000 à 10.000 cas atteints du virus. Le dernier chiffre évoqué en termes de tests d'identification du VIH sida parle de 22.000 identifications qui ont permis de faire un état des lieux dans le pays, a-t-on indiqué hier, lors du forum El Moudjahid. Mohamed Boufnissa, président de l'association Aids, qui a commencé à travailler dans le cadre du mouvement associatif depuis les années 1980, a souligné que le problème de la population algérienne, «réside dans l'autocensure» et non pas dans la méconnaissance de la maladie. «Tout le monde connaît ce que c'est le VIH sida. Mais, très peu de personnes parlent de leur maladie, afin d'éviter leur rejet et mise en quarantaine par leur proche entourage et autre environnement social et professionnel. La moyenne d'âge qui est touchée par le virus VIH sida, se situe chez les jeunes qui ont moins de 35 ans, après avoir été de moins de 45 ans. Les moyens de communication et les réseaux sociaux qui se développent, ont rendu le contact plus facile entre les catégories de jeunes vulnérables. La transmission du VIH sida par voie sexuelle non protégée à l'aide des préservatifs, est située en première catégorie, avant de voir avec d'autres canaux de contamination par seringue, transmission sanguine ou entre la maman et son bébé. Dr Zemit Fatma Zohra, médecin spécialiste à l'établissement hospitalier El Kettar, qui a abordé le sujet de manière technique, a insisté longuement sur la nécessité du dépistage précoce, afin d'éviter la contamination du VIH sida et des hépatites. Tout en appelant à éviter les mauvaises fréquentations et le mauvais comportement, selon Dr Zemit, le silence des personnes sur cette maladie dangereuse se transmet d'une personne à une autre sans le savoir. Par ailleurs, le test de dépistage est devenu une obligation pour les nouveaux couples qui vont passer la nuit nuptiale afin d'éviter tout risque à l'avance.
Au-delà des relations sexuelles non protégées qui enregistrent le taux le plus élevé, la transmission du VIH sida, s'effectue via d'autres moyens comme l'utilisation d'une seringue par plusieurs personnes, notamment chez les drogués et les cabinets dentaires, l'utilisation des lames Gillette chez les coiffeurs et les blessures. Les dons de sang, n'est pas une menace dans la mesure où toutes les dispositions sont prises à l'avance afin d'éviter tout risque. Tenant compte de la gravité et de son avancée, le travail de sensibilisation doit être une affaire de toute la société civile, les médias, les mosquées, la famille, le milieu professionnel et tous les moyens qui peuvent éviter la contamination du VIH sida, qui a fait son apparition en Algérie depuis les années 1980.Malgré le développement de la recherche scientifique et médicale, aucun traitement ne peut arrêter sa propagation, sauf les derniers traitements qui ne permettent que d'endormir le virus avant de revenir activer et détruire l'immunité du patient. La personne séropositive, peut survivre entre 8 à 10 ans sous traitement. Afin d'éviter tout risque, la prévention et la sensibilisation permanente, constituent le meilleur moyen d'éviter tout risque. «Dès lors, vaut mieux prévenir que guérir», a-t-on averti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.