Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plongeon des cours du pétrole va exacerber les tensions géopolitiques en 2015
Publié dans L'Expression le 15 - 12 - 2014

Après une année exceptionnelle marquée par un plongeon de presque 50% des cours, 2015 devrait rester agitée pour l'or noir avec des prix bas propres à exacerber les tensions géopolitiques. Déjà en forte baisse depuis l'été, les prix du baril ont souffert de la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), en novembre, de conserver son plafond de production à 30 millions de barils par jour (mbj): ils ont chuté à leur plus bas niveau depuis 2009, autour de 60 dollars.
En adoptant le statu quo, le cartel a voulu envoyer un message: il ne supportera plus seul le fardeau d'une réduction de la production pour soutenir
les prix de l'or noir, déprimés par une offre beaucoup plus abondante que la demande.
Révolution du pétrole de schiste aux Etats-Unis où la production explose, retour sur le marché de plusieurs pays producteurs comme la Libye, consommation mitigée sur fond de croissance économique moins dynamique en Chine voire absente en Europe... Les facteurs se sont conjugués pour faire baisser les cours.
En 2015, le prix du brut devrait rester faible à cause d'une offre mondiale toujours surabondante, ce qui pourrait nourrir les disputes entre les pays
producteurs, à commencer au sein de l'Opep. Le Venezuela milite par exemple pour que le cartel diminue sa production, tandis que l'Arabie saoudite s'y oppose, lasse de devoir supporter en grande partie les promesses de réduction de l'organisation. La faiblesse des cours devrait en outre aiguiser les tensions à l'intérieur des pays dépendants des revenus pétroliers, comme l'Irak où la coalition gouvernementale qui tente de stopper l'organisation Etat islamique pourrait souffrir d'une économie dégradée, estime Richard Mallinson, expert géopolitique chez Energy Aspects.
L'éventuelle remontée en puissance de l'Iran risque par ailleurs de complexifier l'échiquier. "L'Iran gagne de l'influence en Irak et ensemble ces deux pays pourraient concurrencer la production de l'Arabie saoudite dans les prochaines années", note l'expert Olivier Jakob, de Petromatrix.
Cela reste toutefois encore hypothétique car le Congrès américain pourrait accentuer encore les sanctions internationales qui pèsent sur Téhéran et l'ont contraint à exporter deux fois moins de barils.
- Rééquilibrage -
==================
Un rééquilibrage pourrait néanmoins s'amorcer si la baisse des cours commençait à peser sur l'offre et à stimuler la demande. La chute des cours devrait notamment pousser les producteurs à réexaminer leurs investissements. La baisse des prix va "sérieusement mettre à l'épreuve la profitabilité de beaucoup de producteurs (américains)", soulignent les experts de Commerzbank.
La production américaine s'est envolée ces dernières années grâce au pétrole de schiste, plus cher à extraire. Le nombre de nouveaux permisd'extraction aurait déjà commencé à reculer cet automne, même si l'on devrait davantage constater un ralentissement de la croissance de l'offre plutôt qu'une baisse.
En revanche, "une réduction de la production de l'Opep n'est pas à exclure", selon M. Mallinson, à condition que d'autres pays producteurs (hors
Opep) fassent de même. Opep ou pas, des coupures de production imprévues sont possibles. Au Venezuela, la chute des revenus pétroliers a ainsi fortement tendu le climat social et politique. Quant à la Russie, déjà affaiblie par les sanctions occidentales et par un effondrement du rouble, elle pourrait devoir se résoudre à pomper moins, faute d'investissement.
- Une demande ravivée -
========================
Quant à la consommation, le repli des cours devrait stimuler la demande et doper le trafic routier et aérien - quitte à élever les émissions de gaz à
effet de serre, avant une négociation internationale cruciale sur le réchauffement climatique à Paris fin 2015. La banque Barclays table en outre sur une augmentation plus rapide de la demande de la Chine l'année prochaine, le premier consommateur mondial de brut profitant de la baisse des prix pourgonfler ses stocks.
Mais globalement, "il pourrait se passer quelques mois, voire une année avant que les effets de la baisse des prix sur l'économie mondiale se voient",avertit Fawad Razaqzada de Forex.com, d'autant que de lourdes incertitudes pèsent sur la croissance économique mondiale.
Et même si la baisse des prix est de nature à relancer la consommation, le niveau des stocks d'or noir est tel que l'effet sur les cours du pétrole ne sera pas perceptible avant la seconde moitié de 2015, estime M. Mallinson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.