Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plongeon des cours du pétrole va exacerber les tensions géopolitiques en 2015
Publié dans L'Expression le 15 - 12 - 2014

Après une année exceptionnelle marquée par un plongeon de presque 50% des cours, 2015 devrait rester agitée pour l'or noir avec des prix bas propres à exacerber les tensions géopolitiques. Déjà en forte baisse depuis l'été, les prix du baril ont souffert de la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), en novembre, de conserver son plafond de production à 30 millions de barils par jour (mbj): ils ont chuté à leur plus bas niveau depuis 2009, autour de 60 dollars.
En adoptant le statu quo, le cartel a voulu envoyer un message: il ne supportera plus seul le fardeau d'une réduction de la production pour soutenir
les prix de l'or noir, déprimés par une offre beaucoup plus abondante que la demande.
Révolution du pétrole de schiste aux Etats-Unis où la production explose, retour sur le marché de plusieurs pays producteurs comme la Libye, consommation mitigée sur fond de croissance économique moins dynamique en Chine voire absente en Europe... Les facteurs se sont conjugués pour faire baisser les cours.
En 2015, le prix du brut devrait rester faible à cause d'une offre mondiale toujours surabondante, ce qui pourrait nourrir les disputes entre les pays
producteurs, à commencer au sein de l'Opep. Le Venezuela milite par exemple pour que le cartel diminue sa production, tandis que l'Arabie saoudite s'y oppose, lasse de devoir supporter en grande partie les promesses de réduction de l'organisation. La faiblesse des cours devrait en outre aiguiser les tensions à l'intérieur des pays dépendants des revenus pétroliers, comme l'Irak où la coalition gouvernementale qui tente de stopper l'organisation Etat islamique pourrait souffrir d'une économie dégradée, estime Richard Mallinson, expert géopolitique chez Energy Aspects.
L'éventuelle remontée en puissance de l'Iran risque par ailleurs de complexifier l'échiquier. "L'Iran gagne de l'influence en Irak et ensemble ces deux pays pourraient concurrencer la production de l'Arabie saoudite dans les prochaines années", note l'expert Olivier Jakob, de Petromatrix.
Cela reste toutefois encore hypothétique car le Congrès américain pourrait accentuer encore les sanctions internationales qui pèsent sur Téhéran et l'ont contraint à exporter deux fois moins de barils.
- Rééquilibrage -
==================
Un rééquilibrage pourrait néanmoins s'amorcer si la baisse des cours commençait à peser sur l'offre et à stimuler la demande. La chute des cours devrait notamment pousser les producteurs à réexaminer leurs investissements. La baisse des prix va "sérieusement mettre à l'épreuve la profitabilité de beaucoup de producteurs (américains)", soulignent les experts de Commerzbank.
La production américaine s'est envolée ces dernières années grâce au pétrole de schiste, plus cher à extraire. Le nombre de nouveaux permisd'extraction aurait déjà commencé à reculer cet automne, même si l'on devrait davantage constater un ralentissement de la croissance de l'offre plutôt qu'une baisse.
En revanche, "une réduction de la production de l'Opep n'est pas à exclure", selon M. Mallinson, à condition que d'autres pays producteurs (hors
Opep) fassent de même. Opep ou pas, des coupures de production imprévues sont possibles. Au Venezuela, la chute des revenus pétroliers a ainsi fortement tendu le climat social et politique. Quant à la Russie, déjà affaiblie par les sanctions occidentales et par un effondrement du rouble, elle pourrait devoir se résoudre à pomper moins, faute d'investissement.
- Une demande ravivée -
========================
Quant à la consommation, le repli des cours devrait stimuler la demande et doper le trafic routier et aérien - quitte à élever les émissions de gaz à
effet de serre, avant une négociation internationale cruciale sur le réchauffement climatique à Paris fin 2015. La banque Barclays table en outre sur une augmentation plus rapide de la demande de la Chine l'année prochaine, le premier consommateur mondial de brut profitant de la baisse des prix pourgonfler ses stocks.
Mais globalement, "il pourrait se passer quelques mois, voire une année avant que les effets de la baisse des prix sur l'économie mondiale se voient",avertit Fawad Razaqzada de Forex.com, d'autant que de lourdes incertitudes pèsent sur la croissance économique mondiale.
Et même si la baisse des prix est de nature à relancer la consommation, le niveau des stocks d'or noir est tel que l'effet sur les cours du pétrole ne sera pas perceptible avant la seconde moitié de 2015, estime M. Mallinson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.