La diseuse de choses «vraies» !    UNE POPULATION DECONTENANCEE    Rencontre gouvernement-walis : les recommandations    Air Algérie: Grève du personnel navigant, des retards enregistrés    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Football - Ligue 2: Trois chocs à six points au menu    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Enrichissement illicite    Des interpellations à Alger: La marche des enseignants du Primaire empêchée    80 harraga secourus en Espagne et 112 autres arrêtés dans les eaux nationales    Le théâtre de rue attire la foule    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    Cupra Leon : rendez-vous le 20 février 2020    Bientôt une nouvelle formule    "Nous allons organiser des rencontres avec le partenaire social"    Fin de quarantaine pour les Algériens rapatriés deWuhan    13 harraga algériens secourus    Karim Younes nommé médiateur de la République    Man United : L'agent de Pogba répond à Solskjaer    Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dire Senac...
LA BÂTIE-FESTIVAL DE GENÈVE
Publié dans L'Expression le 21 - 08 - 2004

Sid-Ahmed Agoumi et Archie Shepp seront au rendez-vous au Théâtre Saint-Gervais du 27 août au 8 septembre.
A l'image d'Albert Camus, le poète Jean Sénac, «l'Algérien» est connu pour son combat militant pour l'indépendance de l'Algérie. Fort de ses armes: la poésie, l'organisation de manifestations artistiques, d'expositions de peintures, le poète croyait en ce rêve. «Nous sommes à l'orée d'un univers fabuleux», ainsi commence le poème Alger, ville ouverte, que Jean Sénac écrit en 1966. A cette année, l'Algérie est socialiste, Che Guevara est le roi et les Black Panthers les maîtres du monde, agitateurs de mouvements de libération. Personne déterminante et emblématique dans l'histoire politique et culturelle d'un pays, Jean Sénac sera au cours du festival de Genève, la Bâtie qui lui sera consacré au Théâtre Saint-Gervais du 27 août au 8 septembre. Pour dire Sénac, l'homme, l'écrivain, Hervé Loichemol s'entoure de personnes qui ont une histoire en commun avec l'Algérie : l'immense jazzman Archie Shepp et notre brillantissime comédien Sid-Ahmed Agoumi. Si le premier festival du Bois de la Bâtie a eu lieu en 1977, il est le fruit d'une gestation qui a commencé avec la décennie. Il constitue le prolongement des nombreux festivals libres qui se sont succédé à Genève depuis 1970. Leur enjeu est global, leur action tout à la fois politique, culturelle et sociale: elle vise par tous les moyens à remettre en question l'ordre établi et les orientations d'une politique culturelle officielle qui donne la priorité aux institutions et aux artistes déjà réputés, qui favorise le prestige de l'esthétique. Le choix de nos deux artistes n'est donc pas fortuit. La Bâtie Festival de Genève est aujourd'hui l'un des principaux rendez-vous pluridisciplinaires de Suisse. A la clôture de ce festival commencera un autre événement culturel, littéraire, celui-là qui rendra également hommage à Jean Sénac. En effet, en marge du 9e Salon du livre, le Centre culturel français d'Alger organise les «Journées Sénac». Il est prévu des spectacles (Entre soleil et chardon, dirigé par Jacques Miel. Jean Sénac, l'enfant désaccordé, mis en scène par Marie Paule André), des films Le Soleil assassiné d'Abdelkrim Balhoul avec comme acteur principal Charles Berling, Le forgeron du soleil d'Ali Akika et des expositions (photos, documents et livres de Jean Sénac, photos d'Yves Jeanmongin faites sur les lieux qui ont marqué la vie du poète, peintres-artistes qui l'ont côtoyé et une installation d'Arezki Larbi). Un livre (photos, textes inédits de son oeuvre poétique et témoignages de ses amis) devrait être édité à cette occasion. Né en 1926 à Béni Saf, de père inconnu, le poète Jean Sénac fut également le chroniqueur attentif et l'agitateur infatigable de la vie intellectuelle de son époque. Ami d'Emmanuel Roblès et de Sauveur Galliéro, Jean Sénac est l'auteur d'un grand nombre d'articles sur la littérature et les arts, d'émissions radiophoniques dédiées à la poésie et d'autant de prises de position publiques. En 1954, année du déclenchement de la guerre d'Algérie, Jean Sénac voit ses poèmes publiés par Albert Camus chez Gallimard avec une préface de René Char. Demeurant en France durant le conflit, ce compagnon des indépendantistes, rompt ensuite avec Camus, à qu'il conserve une «profonde et dramatique affection», puis retourne au pays en 1962 et opte pour la nationalité algérienne. Nommé conseiller du ministre de l'Education de la jeune République, Sénac lance une nouvelle émission de radio (Le poète dans la cité), ouvre la galerie 54 avec Mohammed Khadda, et publie la Rose et l'Ortie. Il connaît la disgrâce après le coup d'Etat de juin 1965 et démissionne de l'Union des écrivains algériens, à la tête de laquelle il avait été porté en 1963 aux côtés de Mouloud Mammeri. Jean Sénac réalise alors une nouvelle émission radiophonique baptisée Poésie sur tous les fronts et se remet à publier avec Citoyens de beauté (1967). Auteur d'une anthologie de la nouvelle poésie algérienne (1971), il n'a jamais cessé de prodiguer ses encouragements à toute une génération de jeunes plumes et de peintres. En 1972, la diffusion de son émission est interrompue par la direction de la chaîne. Jean Sénac alias Yahia El Ouahrani (Jean l'Oranais), le poète homosexuel qui signait d'un soleil, est mort assassiné le 30 août 1973 à Alger, dans des circonstances encore mal élucidées. Au jour de sa mort, dans sa «cave-vigie» du 2, rue Elisée-Reclus (aujourd'hui Omar Amimour), sa naturalisation n'avait toujours pas abouti. Trente ans après, sa brutale disparition continue d'alimenter la discussion sur le sort fait aux intellectuels dans le pays et aux promesses non tenues de l'indépendance.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.