Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouteflika passe à l'offensive
VASTE MOUVEMENT DANS LE CORPS DES MAGISTRATS
Publié dans L'Expression le 16 - 09 - 2004

Fin de fonctions pour 11 présidents de cour et 7 procureurs généraux
Le président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika, a procédé, hier, à un mouvement au sein du corps des magistrats. Dans ce cadre, le premier magistrat du pays a pris des décrets présidentiels portant nominations et fins de fonction de plusieurs présidents de cour et procureurs généraux. Commençant par les institutions suprêmes de la magistrature, M.Bouteflika a nommé Mme Fella Henni à la présidence du Conseil d'Etat, en remplacement de Mme Farida Aberkane et M Abdelkader Benyoucef en qualité de procureur général près la Cour suprême, en remplacement de M.Saïd Benabderrahmane. Au niveau des cours, le mouvement a touché 25 institutions. Il a été, ainsi, mis fin aux fonctions de onze (11) présidents de cour et sept (07) procureurs généraux près les cours, qui ont été remplacés «par des magistrats exerçant des fonctions spécifiques et ayant prouvé leur capacité à occuper des postes de responsabilité», indique un communiqué de la présidence de la République, rendu public, à l'issue de la réunion en session ordinaire du Conseil supérieur de la magistrature. La même source indique, par ailleurs, que dix (10) présidents de cour et neuf (09) procureurs généraux près les cours ont fait l'objet d'une mutation à d'autres cours.
Le président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika, a désigné M.Moussa Laraba, en qualité de membre du Conseil constitutionnel, conformément aux dispositions de l'article 164 de la Constitution.
Auparavant, le Conseil supérieur de la magistrature, a, au terme de sa réunion, approuvé les propositions de nomination de 133 magistrats, la titularisation de 149 magistrats ayant accompli la période de stage ainsi que la liste d'aptitude pour les promotions de 1101 magistrats exerçant au niveau des tribunaux, des cours, de la Cour suprême et du Conseil d'Etat.
Entrant dans le cadre de la réforme de la justice, ce mouvement destiné à renforcer les juridictions, indique le communiqué de la présidence de la République, «est fondé sur des critères objectifs liés à l'ancienneté dans le poste ou dans la résidence, notamment, pour les magistrats ayant exercé dans le Sud, ainsi qu'aux nécessités de service». Il a été, également, tenu compte «des voeux des magistrats pour régler certaines situations particulières», précise le communiqué. Le président Bouteflika qui a placé le corps de la magistrature au centre des réformes de la justice veut s'assurer que désormais, si les magistrats ne se sentent pa#s impliqués et résolument engagés dans le processus de ces réformes, «la justice demeurera un vain mot».
Le président de la République qui n'a pas omis de relever les conditions de travail «difficiles» des magistrats, s'est dit conscient de «la lourde responsabilité qu'ils assument dans la société». L'Algérie, souligne Bouteflika, «a besoin de magistrats compétents capables d'appréhender en toute connaissance de cause la complexité des grands dossiers». C'est dans ce cadre que sont mis en oeuvre des programmes de formation à leur profit, indique le chef de l'Etat. Car le magistrat est avant tout une personne imprégnée du sens de l'honneur, de nos hautes valeurs morales et du sens de l'équité en faisant preuve, en toutes circonstances, de sérénité, de patience et de sagesse en accomplissant ce qui est en vérité un sacerdoce. Cependant, l'indépendance de la justice «ne doit pas se traduire par le bon vouloir du juge s'exprimant en contrepouvoir et agissant en dehors des limites que lui imposent les lois» ajoute le président de la République. L'image de l'Algérie à l'étranger dépend de la mission des magistrats qui doivent agir «en connaissance de cause, en conscience et suivant leur intime conviction». Les mesures prises par le chef de l'Etat, conformément à l'article 78 de la constitution «participent à l'amélioration des conditions sociales, la gestion des carrières et la discipline des magistrats».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.