réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'aliénation ou le sens de la vie
FADA ! FATRAS DE MAUX DE DJAMEL MATI
Publié dans L'Expression le 16 - 09 - 2004

Un roman sur les tourments de la solitude, l'irrationnel et la folie mais aussi l'espoir de vivre...
«C'est l'histoire d'un écrivain qui, mentalement, n'est pas stable. Il se crée son propre monde. Il est dans un asile de fous. Il refuse cet état, il s'invente des personnages imaginaires. Il vit avec eux. Il s'apercevra un jour que même avec son imagination, en essayant de sortir de sa folie, il ne fait que récidiver et s'enfoncer encore plus jusqu'au jour où... C'est ainsi que l'auteur, Djamel Mati, résume son nouveau roman Fada ! Fatras de maux, sorti récemment aux éditions Apic. Fidèle à son style novateur, atypique et drôle, son écriture valssant entre le réel et l'irrationnel, l'absurde et le fantasmagorique, Djamel Mati ne déroge pas à cet univers de troisième dimension où, dit-il, «il est plus facile de naviguer dans ce monde où l'on peut tout modeler». Après Sibirkafi.com, premier volet de la trilogie, Les élucubrations d'un esprit tourmenté, l'écrivain qui s'interdit de lire dans sa période d'écriture vient d'achever les 2e et 3e volets qui auront pour titre : Aigre doux et On dirait le Sud. Ils paraîtront le 25 décembre pour être mis en vente en 2005. Djamel Mati s'applique actuellement à achever son cinquième roman : Les yeux de Yoco, qui aura pour particularité de rompre avec ce monde de fous et d'aliénés qui caractérise jusque-là ses romans. Dans Fada! Fatras de maux, l'auteur révèle le secret de notre existence ou paradoxalement comment échapper à la folie pour ne pas sombrer dans la mort lente de la solitude. Son roman, facile à lire, est pourvu de tirades philosophiques à relents existentiels. «Les choses visibles et invisibles qui nous entourent dépendent du pouvoir et du désir de l'homme (...). La déflation te guette et tu as perdu le désir et l'envie. L'absurdité, c'est toi (...). Les chemins de la gloire sont empruntés par des gens ordinaires, c'est lorsqu'ils arrivent au bout, qu'ils deviennent extraordinaires (...). Alors, plus cette vie est dure, plus nous avons le devoir de l'explorer, de l'aimer, de la partager, de la pénétrer de notre amour».
Si l'esprit simplet d'un des personnages rappelle à notre mémoire l'autre candeur niaise d'un Ouali Ben Oualou dans Les Bavardages du seul de Mustapha Ben Fodil, ces phrases réflexives sur la raison de la sagesse contre l'irrationnel de toute puissance, cette volonté de courir vers quelque chose de vrai, même si cette chose prend l'apparence d'une chimère mais ouvre la porte à l'espoir, de donner un sens à tout, même à l'envers...ressemble à s'y méprendre à ces leçons de «vérité» humaine d'un Paulo Coelho.
Disponible actuellement au Salon international du livre qui se tient à la Safex, le livre Fada! Fatras de maux, figure au programme des ventes-dédicaces d'aujourd'hui, à partir de 14h30. Ce sera l'occasion ainsi de rencontrer l'auteur, cet homme pétri d'imagination et du sens de l'originalité. Notons aussi que le dessin de couverture du roman est signé Djamel Mati...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.