Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien avec Djamel Mati (*)
Fada, être utile
Publié dans Info Soir le 22 - 12 - 2004

Trame Un personnage fou, un cimetière, un asile d?aliénés, le tout donne une écriture alléchante.
InfoSoir : Fada ! est d?une écriture mêlant la fable à un réalisme particulièrement poignant. Peut-on en savoir plus ?
Djamel Mati : Fada ! est l?histoire d?un écrivain fou et abandonné qui cherche à se reconstituer à travers des récits qu?il rédige et fait lire à un personnage sorti de son imaginaire (ou de sa folie)? Dans cet univers fictif, la vacuité de la vie et l?espoir se conjuguent et s?affrontent en donnant naissance à une fabulation de la réalité.
Le réalisme rejoint la fable lorsqu?on se trouve en face de ce type d?anachronisme.
Qui est Fada ?
Fada est «monsieur Tout-le-monde», c'est-à-dire quelqu?un qui se croit insolite, mais c?est un homme animé d?une honnêteté scrupuleuse et qui ne recherche que la communication avec autrui (lui qui a été abandonné !). Quant à sa psychologie, je pense que c?est un fou sage, conscient de sa folie, mais qui continue à se battre contre son exclusion, sa démence et qui ne cesse d?espérer? Il n?en veut même pas aux personnes qui lui ont fait du tort, il préfère imputer les conséquences à Chronos (le temps) ! Jusqu?au jour où? la réalité le rattrape (?).
Comment votre personnage est-il né ?
L?histoire est née d?une question très simple : à quoi peut penser et comment doit réagir une personne férue d?écriture et folle en même temps ? Je l?ai imaginée en train d?écrire sa vie, ses tourments et ses attirances dans un style déviant qui échappe parfois au lecteur puisqu?il lui échappe à lui aussi.
C?est le narrateur (l?écrivain dans l?histoire) qui invente Fada. Bien sûr, c?est une projection (tout comme Kada, qui est son côté obscur et bête à la fois? une espèce de miroir déformant). Cette dualité Fada-Kada n?est qu?une et unique personne : l?écrivain instable.
Que signifie le choix du cimetière ?
L?histoire de Fada commence dans un cimetière, là où tout doit se terminer, et finit dans un asile de fous, là où cela devrait commencer. Le fait que l?écrivain arrive à faire sortir Fada du cimetière, c?est comme une renaissance pour un nouvel espoir de vie. C?est ça, Fada ! Pour l?anecdote, les premières lignes du livre, je les ai écrites en sortant d?un cimetière? J?ai gardé ce décor pour la première partie parce que c?est en ces lieux que la vie se décante, là où on ne peut pas se mentir, c?est aussi là que l?on peut se poser des questions sur l?existence et l?inexistence. C?est pour cela que les échanges entre Fada et Kada sont lourds de sens, même s?ils se font sur un rythme burlesque.
Fada ! est une histoire d'amour, de passion, mais aussi de séparation et également de déception, même si cela est tacite?
Exact, puisque Fada aime tout (sauf Kada, qui est sa propre négation) ! Avant tout, c?est une histoire d?amour, chimérique certes, mais une histoire de c?ur et d?affection. D?autant plus qu?il se plaît à vivre cette idylle après avoir été rejeté par une femme et par Chronos. L?amour, il le vit de manière indirecte (probablement par pudeur ou par peur d?un autre échec). Ce sont les échanges épistolaires avec cette personne (irréelle) qui lui font supporter son état? En fait, cela ne pourrait que retarder l?inéluctable échéance. Cette passion amoureuse est aussi une projection de l?écrivain pour compenser une déception ; il partage avec elle son autre passion : l?écriture. La séparation est omniprésente dans Fada ! (comme dans la vie, d?ailleurs). L?écrivain (pour se venger ?) commence par séparer Fada de Kada au début, car lui-même a été lâché par sa femme et les siens.
Il y a un mélange d'écritures théâtrale et romanesque. Comment cela se fait-il ?
La vie est un théâtre ! C?est pour cela que l?histoire commence comme dans une pièce de théâtre dans laquelle la perception existentielle est dite sous une forme allégorique et souvent comique. En ce qui concerne l?écriture de Fada !, dans la deuxième partie il fallait raconter la suite de cette tragédie en dehors d?un cadre théâtral puisque c?est dans une véritable et triste réalité que l?on retrouve l?écrivain fou.
Que voulez-vous transmettre à travers Fada ! ?
La naïveté de Fada obéit à des règles très simples de la vie : la peur de la solitude, le droit d?exister, le fait de laisser son empreinte et le pouvoir d?aimer. En un mot, Fada, malgré sa folie, veut uniquement être UTILE ! C?est cela qui fait sa force, car il arrive à dégager une certaine philosophie de l?existence. Je n?ai pas de message précis à transmettre, mais seulement une émotion à partager avec le lecteur : une émotion teintée d?affectivité, d?innocence, de doutes et de douce folie.
(*) Djamel Mati est l?auteur de Fada !, un roman paru en 2004 aux Editions Apic.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.