Bayern : Le père d'Alaba dément pour le Real Madrid    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien avec Djamel Mati (*)
Fada, être utile
Publié dans Info Soir le 22 - 12 - 2004

Trame Un personnage fou, un cimetière, un asile d?aliénés, le tout donne une écriture alléchante.
InfoSoir : Fada ! est d?une écriture mêlant la fable à un réalisme particulièrement poignant. Peut-on en savoir plus ?
Djamel Mati : Fada ! est l?histoire d?un écrivain fou et abandonné qui cherche à se reconstituer à travers des récits qu?il rédige et fait lire à un personnage sorti de son imaginaire (ou de sa folie)? Dans cet univers fictif, la vacuité de la vie et l?espoir se conjuguent et s?affrontent en donnant naissance à une fabulation de la réalité.
Le réalisme rejoint la fable lorsqu?on se trouve en face de ce type d?anachronisme.
Qui est Fada ?
Fada est «monsieur Tout-le-monde», c'est-à-dire quelqu?un qui se croit insolite, mais c?est un homme animé d?une honnêteté scrupuleuse et qui ne recherche que la communication avec autrui (lui qui a été abandonné !). Quant à sa psychologie, je pense que c?est un fou sage, conscient de sa folie, mais qui continue à se battre contre son exclusion, sa démence et qui ne cesse d?espérer? Il n?en veut même pas aux personnes qui lui ont fait du tort, il préfère imputer les conséquences à Chronos (le temps) ! Jusqu?au jour où? la réalité le rattrape (?).
Comment votre personnage est-il né ?
L?histoire est née d?une question très simple : à quoi peut penser et comment doit réagir une personne férue d?écriture et folle en même temps ? Je l?ai imaginée en train d?écrire sa vie, ses tourments et ses attirances dans un style déviant qui échappe parfois au lecteur puisqu?il lui échappe à lui aussi.
C?est le narrateur (l?écrivain dans l?histoire) qui invente Fada. Bien sûr, c?est une projection (tout comme Kada, qui est son côté obscur et bête à la fois? une espèce de miroir déformant). Cette dualité Fada-Kada n?est qu?une et unique personne : l?écrivain instable.
Que signifie le choix du cimetière ?
L?histoire de Fada commence dans un cimetière, là où tout doit se terminer, et finit dans un asile de fous, là où cela devrait commencer. Le fait que l?écrivain arrive à faire sortir Fada du cimetière, c?est comme une renaissance pour un nouvel espoir de vie. C?est ça, Fada ! Pour l?anecdote, les premières lignes du livre, je les ai écrites en sortant d?un cimetière? J?ai gardé ce décor pour la première partie parce que c?est en ces lieux que la vie se décante, là où on ne peut pas se mentir, c?est aussi là que l?on peut se poser des questions sur l?existence et l?inexistence. C?est pour cela que les échanges entre Fada et Kada sont lourds de sens, même s?ils se font sur un rythme burlesque.
Fada ! est une histoire d'amour, de passion, mais aussi de séparation et également de déception, même si cela est tacite?
Exact, puisque Fada aime tout (sauf Kada, qui est sa propre négation) ! Avant tout, c?est une histoire d?amour, chimérique certes, mais une histoire de c?ur et d?affection. D?autant plus qu?il se plaît à vivre cette idylle après avoir été rejeté par une femme et par Chronos. L?amour, il le vit de manière indirecte (probablement par pudeur ou par peur d?un autre échec). Ce sont les échanges épistolaires avec cette personne (irréelle) qui lui font supporter son état? En fait, cela ne pourrait que retarder l?inéluctable échéance. Cette passion amoureuse est aussi une projection de l?écrivain pour compenser une déception ; il partage avec elle son autre passion : l?écriture. La séparation est omniprésente dans Fada ! (comme dans la vie, d?ailleurs). L?écrivain (pour se venger ?) commence par séparer Fada de Kada au début, car lui-même a été lâché par sa femme et les siens.
Il y a un mélange d'écritures théâtrale et romanesque. Comment cela se fait-il ?
La vie est un théâtre ! C?est pour cela que l?histoire commence comme dans une pièce de théâtre dans laquelle la perception existentielle est dite sous une forme allégorique et souvent comique. En ce qui concerne l?écriture de Fada !, dans la deuxième partie il fallait raconter la suite de cette tragédie en dehors d?un cadre théâtral puisque c?est dans une véritable et triste réalité que l?on retrouve l?écrivain fou.
Que voulez-vous transmettre à travers Fada ! ?
La naïveté de Fada obéit à des règles très simples de la vie : la peur de la solitude, le droit d?exister, le fait de laisser son empreinte et le pouvoir d?aimer. En un mot, Fada, malgré sa folie, veut uniquement être UTILE ! C?est cela qui fait sa force, car il arrive à dégager une certaine philosophie de l?existence. Je n?ai pas de message précis à transmettre, mais seulement une émotion à partager avec le lecteur : une émotion teintée d?affectivité, d?innocence, de doutes et de douce folie.
(*) Djamel Mati est l?auteur de Fada !, un roman paru en 2004 aux Editions Apic.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.