La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une tchipa, une!
Publié dans L'Expression le 30 - 04 - 2015

«Montrez-moi patte blanche, ou je n'ouvrirai point.» La Fontaine
Quand j'étais gosse, j'étais friand des films muets américains, ces «slapsticks» où de mémorables courses-poursuites entraînaient de pathétiques farceurs et des flics patibulaires taillés comme des armoires à glace. Longtemps, je m'étais demandé pourquoi les Mack Sennett, Harold Lloyd ou Charlot avaient une dent contre la respectable maréchaussée qui, à mes yeux, représentait la première garantie de l'ordre et de la sécurité. C'est plus tard, en voyant des films sur la maffia américaine ou sicilienne, que j'ai découvert que la première cellule de la corruption est ce flic débonnaire qui, détaché, pour représenter la loi dans un quartier populaire, ferme les yeux sur les actes répréhensibles des riches et mafieux et qu'en échange, il recevait des dividendes de la part de ceux qui transgressaient la loi. Dans mon enfance, j'avais commencé à entendre parler très tôt de la corruption. Elle touchait surtout des employés d'état civil qui «arrangeaient» certains pères de famille de diverses manières. Les premiers travailleurs émigrés qui avaient découvert le bonheur des allocations familiales oubliaient toujours de déclarer le décès d'un de leurs enfants (en ce temps-là, la mortalité infantile faisait des ravages). Plus tard, un autre enfant remplaçait celui qui était mort. Mais au moment du mariage ou du service militaire, le père de famille était obligé d'avoir recours à l'employé indélicat pour avancer ou retarder de deux ans, la candidate au mariage ou le futur conscrit. Ce fait là, je l'ai vérifié moi-même, quand, étant employé éphémère d'un état civil, je vis un respectable employé aux écritures empocher de l'argent après qu'un client lui eut chuchoté quelque chose à l'oreille. En kabyle, la corruption était appelée «thajeaâlt» qui désignait la somme versée au corrompu par le corrupteur. En France, elle était d'abord désignée par la douce expression «graisser la patte», en ces temps où l'huile d'olive était rare, donc chère, les clients qui voulaient accélérer une procédure administrative glissaient une motte de saindoux dans la main de l'indélicat employé. Puis, les moeurs évoluant, on la remplaça par le terme de pot-de-vin avant de la traduire par le terme neutre de «commission». C'était tellement courant dans l'administration coloniale que la première victime des partisans fut un chef cantonnier qui avait l'habitude d'exiger des candidats aux chantiers communaux un petit quelque chose. C'était en général un poulet bien engraissé. D'ailleurs, le deuxième attentat qui visa un compatriote (le premier fut dirigé contre un garde-champêtre qui ne voulait pas se démettre malgré les injonctions de l'ALN naissante),fut un chef de chantier communal. C'est dire qu'à l'époque, et de ce fait, la lutte de libération rimait avec lutte contre la corruption. Mal en point quand je découvris que «thajeaâlt» était devenue à Alger la «tchipa» et que c'est une pratique courante depuis l'époque turque qui avait fait le mot «bakchich», vocable très courant dans le Grand Moyen-Orient. Il n'y a pas si longtemps, avant l'arrivée de la téléphonie mobile, il fallait connaître quelqu'un pour avoir un numéro de téléphone, pour avoir un logement, une voiture au prix Sonacome, un frigo, enfin tout ce dont la demande est supérieure à l'offre du socialisme spécifique:en un mot, dans tous ces cas, il fallait «montrer patte blanche». Alors, il ne faut pas s'étonner que cette pratique se soit enracinée dans nos moeurs. Il ne faut pas s'étonner qu'à présent on voit défiler à la barre des personnages de plus en plus huppés: des walis, des responsables de banque, des directeurs de sociétés, tous les individus chargés d'administrer les biens publics, sont de plus en plus nombreux à fréquenter les cours de justice. Et si le premier réflexe de ces fonctionnaires est de servir ou de servir les leurs, c'est que, sans doute, ils étaient frustrés de voir d'autres se servir impunément. Que celui qui ne s'est jamais servi, leur jette la première pierre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.