La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Poubelle
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2015


«Plus poubelle que moi, tu meurs!» Kurzas
Quand un pays en colonise un autre, ce n'est pas dans le noble but de lui imposer «sa culture supérieure», son art de vivre, sa langue, ses coutumes, sa religion..., mais, avant tout, de tirer avantage d'une position géographique stratégique qui manque au pays dominant ou d'en pomper les richesses naturelles et les ressources humaines.
C'est toujours avec une violence inouïe que cette opération se déroule avec son contingent de drames et de douleurs. La première phase est, bien sûr, militaire. Après la victoire du pays dominant et le quadrillage du pays conquis par l'armée, une administration politico-militaire est mise en place avec des objectifs bien précis: détruire les structures préexistantes et installer un nouvel ordre qui placerait les occupants aux échelons supérieurs de la hiérarchie.
Jamais le «Vae Victis» romain ne trouvera mieux sa raison d'être que dans le traitement des vaincus.
La nouvelle législation mise en place fera tout pour, d'abord, niveler le niveau des couches sociales indigènes. Les élites sont supprimées, pourchassées ou exilées. Une nouvelle organisation foncière se met en place. Les anciennes industries traditionnelles sont détruites et, peu à peu, de nouveaux rapports économiques s'établissent.
La puissance dominante confisque les richesses naturelles, exploite une main-d'oeuvre indigène à vil prix et impose ses produits transformés à cette nouvelle masse de consommateurs, qui, bien que pourvue d'un faible pouvoir d'achat, n'en est pas moins négligeable et que de toute façon, elle est destinée à consommer les restes.
Tout le monde a cru que l'accession à l'indépendance des pays colonisés changerait la nature des rapports entre dominants et dominés, ceux du Nord avec ceux du Sud comme on aime bien les nommer aujourd'hui, peut-être dans le but de faire oublier le viol historique dont certains pays ont été victimes.
Mais voilà, l'indépendance n'a rien arrangé et on peut même dire que dans certains pays la situation a empiré. Après des essais infructueux, des tâtonnements hasardeux, des expériences malheureuses dans le système économique à mettre en place, les nouveaux régimes d'origine indigène, après avoir testé la démagogique formule de l'autogestion et de la nationalisation tous azimuts, imposé la lourde machine bureaucratique budgétivore des entreprises publiques, éternellement déficitaires, après avoir balayé toutes les petites industries abandonnées (et léguées!) par la colonisation, réduit à la faillite (quelquefois avec la complicité de syndicats à fibre patriotique sensible et à géométrie variable), après avoir bouclé les frontières à double tour, ont enfin, grâce à la mondialisation, découvert (comme Christophe Colomb son oeuf!), les vertus de la voie libérale.
Mais c'est déjà trop tard: une bourgeoisie compradore, installée dans tous les rouages de l'Etat, avait mis en place un système où l'importation se révèle plus juteuse que la production des richesses.
La perméabilité des structures douanières aidant, une avalanche de produits transformés de qualité douteuse et d'origines diverses va inonder le pays ex-colonisé. Habillement, équipements électroménagers, meubles, jouets, véhicules, produits de beauté, ne répondant pas tous aux normes d'hygiène et de sécurité telles que définies par les pays européens. Après les produits de pays de l'UE... c'est au tour des «dragons» d'Asie d'envoyer un tsunami de sous-produits, très bon marché, vers la grande poubelle africaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.