Réunion du gouvernement: Dessalement et urbanisme au menu    Domiciliation bancaire: Des importateurs veulent plus de concertation    Pouvoir pour savoir    Football - Ligue 1: Une étape décisive    Dr Elias Akhamouk: «L'Algérie pas à l'abri de la variole du singe»    Une saison estivale sous haute surveillance: Un dispositif de lutte contre les MTH et les zoonoses    Les dos d'âne et la responsabilité de chacun    Le miroir de l'Histoire    L'Art est moins un métier qu'un beau voyage    La Russie exige la levée des sanctions    Le sort du député Bekhadra scellé    Les Algériens visent le podium    Le Barça galère dans son opération de dégraissage    La vente approuvée    Le métro d'Alger voit le bout du tunnel    Quand les Américains surfent à Alger    Algérie-Italie : il n'y a pas que le gaz    L'ANP fait son bilan    Démantèlement d'un réseau national d'organisation de traversées clandestines    «L'Algérie est notre partenaire stratégique»    L'Amérique sous le choc    Le commandement de la Wilaya III revisité    Rien n'est interdit entre Alger et Rome    Plus de 100 écrivains présents    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Nora, Saliha et les harkis    Les pique-niques et les randonnées en vogue    La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'offensive militaire contre les Houthis se poursuit
RETOUR DES AUTORITES YEMENITES À ADEN
Publié dans L'Expression le 18 - 11 - 2015

Le retour du président Hadi intervient au deuxième jour de l'offensive lancée par les forces antirebelles soutenues par la coalition arabe.
La situation au Yémen a connu un développement significatif avec le retour à Aden du président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, et de son chef du gouvernement, Khaled Bahah, au moment où l'offensive militaire contre les rebelles chiites dits Houthis se poursuivait hier à Taëz (Sud-Ouest) pour le deuxième jour consécutif.
Après huit mois d'exil en Arabie saoudite, le chef de l'Etat yéménite est rentré mardi matin dans la capitale «provisoire» du Yémen, Sanaa étant la capitale officielle du pays, tombée en septembre 2014 aux mains des Houthis qui contrôlent toujours plusieurs provinces du Nord.
M.Hadi était déjà rentré le 22 septembre dernier à Aden (sud), reconquise en juillet par ses partisans avec le soutien de la coalition arabe. Mais il n'y avait passé que quelques jours et il s'était de nouveau installé dans la capitale saoudienne Ryadh, où il avait été ensuite rejoint par M.Bahah et ses ministres à la suite d'un attentat meurtrier qui avait visé le 6 octobre le siège provisoire du gouvernement yéménite dans un hôtel d'Aden.
Quant à Khaled Bahah, il est arrivé dimanche sur l'île de Socotra, à 350 km des côtes du Yémen, d'où il a annoncé «le retour du gouvernement, avec tous ses membres, pour l'exercice de leurs fonctions à l'intérieur du territoire yéménite».
Après l'atterrissage de son avion à Aden, le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est rendu au palais présidentiel pour «superviser» une vaste opération lancée lundi pour la reprise de la province de Taëz aux rebelles houthis dits également Ansarullah.
Fortement endommagé par les combats entre forces loyalistes et rebelles chiites Houthis, le palais présidentiel a été récemment remis en état par les Emirats arabes unis, l'un des piliers de la coalition arabe qui intervient depuis la fin mars au Yémen pour rétablir l'autorité du président Hadi. Le retour du président Hadi intervient au deuxième jour de l'offensive lancée par les forces antirebelles soutenues par la coalition arabe pour «libérer» la province de Taëz, un verrou stratégique pour la reconquête de Sanaa, selon des sources militaires loyalistes.»
Une vaste opération de l'armée nationale et des forces de la coalition arabe a été lancée pour briser l'étau des (rebelles chiites) Houthis et des forces de (l'ancien président yéménite Ali Abdallah) Saleh et libérer la province de Taëz» (sud-ouest), a déclaré le général Ahmed Saïf al-Yafei, commandant des forces loyalistes, au premier jour de l'offensive.
Avant l'annonce officielle de l'offensive, des sources militaires yéménites avaient signalé la progression lundi de forces de la coalition arabe en direction de la province de Taëz, dont la capitale éponyme est la troisième ville du Yémen et où les Houthis encerclent des forces loyales au président Hadi et au gouvernement.
En fin d'après-midi, de violents combats entre les deux parties se déroulaient autour de Charija, située dans le sud de la province de Taëz, faisant au moins 30 morts dont neuf rebelles et 21 combattants pro gouvernementaux, selon un bilan provisoire.
En attendant les résultats de ces nouveaux développements sur le terrain, l'ONU, selon laquelle le conflit yéménite a fait quelque 5.000 morts depuis mars, dont plus de la moitié des civils, peine à relancer des négociations de paix.
Après avoir annoncé la tenue de pourparlers pour la mi-novembre probablement à Genève, l'entourage de l'émissaire de l'ONU, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a indiqué lundi qu'aucune date n'avait encore été fixée.
Après une contre-offensive rebelle dans le sud du pays, le gouvernement yéménite a accusé le 9 novembre les Houthis de ne pas être sincères dans leur volonté de paix. «Nous voulons aller aux négociations à Genève», avait déclaré le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ryad Yassine. «Mais ce qu'ils (les rebelles) font à Taëz et les tentatives de reprendre des positions dans le Sud montrent qu'ils ne sont vraiment pas sérieux». Issus de l'importante minorité chiite zaïdite, les Houthis sont entrés en guerre en 2014 contre le pouvoir central. Mais si ces rebelles ont été vite chassés du Sud, ils résistent dans la province de Marib (centre), où la coalition arabe a lancé à la mi-septembre une offensive terrestre après y avoir acheminé d'importants renforts en hommes et en équipements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.