Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



660 avocats prêtent serment
BOUIRA
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2016


Du renfort pour le bâtonnat de Bouira
le bâtonnat national est un instrument pourvoyeur de postes d'emplois. Louh avait parlé de 40.000 avocats devant les sénateurs. Ils sont dorénavant 40 664!
Bouira a vécu, cette semaine, les trois glorieuses: trois journées mémorables - les 2, 3 et 4 mai 2016 - qui ont vu moins de 660 avocats prêter serment devant une chambre correctionnelle de la cour de Bouira dont les deux chefs de cour, Ourdia Naït-Kaci, la présidente et Mohamed Zouggar, le procureur général avaient minutieusement préparé, en étroite collaboration avec le Conseil de l'ordre qui a, rappelons-le, l'unique avocate-bâtonnière du pays si ce n'est du Maghreb et le secrétaire général dont le sérieux est à souligner, la solennelle cérémonie.
Le premier jour, l'émotion avait noyé l'atmosphère avec des avocats venus de Ghardaïa, Alger, Blida, Tunis, Tam et évidemment de Bouira et ses chaumières collées sur les flancs du Djurdjura...
Le deuxième jour, c'était la joie après le serment, les youyous que Mohamed Zouggar, le rigoureux parquetier n'avait pas souhaités estimant à juste titre que la salle d'audience en particulier et la cour n'étaient pas une salle... des fêtes!
Mais le montagnard - énarque qu'est le procureur général - a vite compris le réflexe des Bouiris aux saines traditions. La joie et la liesse avaient couronné la dernière journée où beaucoup de retardataires avaient rattrapé le retard des lundi et mardi. La moitié des 660 avocats était constituée d'hommes alors que depuis la création de ce jeune bâtonnat, les filles étaient, à chaque cérémonie, plus nombreuses. Radieuse comme jamais, la bâtonnière Ouafia Sidhoum était au four et loin du moulin. Elle avait l'oeil à tout, sur tout. Elle était à cheval sur les plus petits détails. Elle avait même décidé le changement des robes, car celles avec lesquelles sont venus les postulants, n'étaient pas à la hauteur de l'institution de la défense que Sidhoum portait haut avec une haute vision que par exemple, il n'y a pas de justice forte sans défense forte. Et une défense doit avoir des avocats corrects en tout. «La tenue vestimentaire d'abord, dira, plus tard, la bâtonnière au cours de la clôture de la cérémonie, commence par le port d'une robe réglementaire et un rabat super réglementaire.»
Puis Sidhoum d'aborder le «jean» et le maquillage appuyé. Elle articule le plus sérieusement du monde dans une salle archicomble alors que les proches près de 2 000 personnes gigotaient dans la courette de la... cour de justice: «Lorsqu'une avocate plaide, elle doit attirer l'attention des magistrats par les propos de droit qu'attend le juge et seulement le contenu de vos interventions! Le rouge ou le fard à paupières n'ont rien à dire! La bâtonnière disait juste, car depuis plusieurs cours et tribunaux, des magistrats s'étaient plaints de certains avocats qui n'avaient comme titre de robe noire que le nom. Même le président de l'audience de la prestation de serment avait mis son grain de poivre blanc: «Je vous souhaite une longue carrière dans la défense du droit de l'homme et seulement cela. C'est pourquoi, vous ne devez pas être figés et penser à la formation continue et surtout à élargir et enrichir votre culture personnelle.»
Le procureur général, lui aussi, avait lancé à ses futurs «adversaires» de certaines affaires qu'il fallait non seulement élargir la culture générale, mais aussi et surtout songer à la grandeur de l'Algérie avec la mondialisation et rivaliser avec les étrangers à la barre.
C'est là un excellent conseil lancé en direction des frais conseils lesquels ont apprécié toutes les interventions même celle de Sidhoum qui a fait grincer les dents de certains frais assermentés qui nous ont exprimé la triste situation de leurs parents qui étaient saignés, eux, déjà démunis. Et comme il n'y a pas beaucoup de démunis, la bâtonnière saura s'y prendre avec son allant habituel et jouer à la «fée» sortie du Djurdjura. Son cousin, le terrible avocat d'Alger saura lui aussi reconnaître la... Sidhoum, cette avocate qui a le privilège de chapeauter l'unique Conseil de l'ordre à majorité féminine. Le service d'ordre était impeccable surtout que trois adjoints de Zouggar veillaient au grain le plus discrètement possible. Le guichet unique grouillait de monde «pressé» (comme toujours) et l'audience du foncier venait d'être levée, ce qui va permettre à Me Akila Teldja Drif d'Alger-Centre de jeter un oeil dans la salle avant de quitter le Djurdjura...
Les lauréats étaient au summum du bonheur. Des jeunes, la quasi-totalité noie quatre «vieux» venus au crépuscule de leur vie, finir leurs jours sous l'aile protectrice de la défense. Et dire qu'il y a des jeunes qui ont toujours rêvé de vivre de tels moments intenses. Un bonheur total. Il y a aussi beaucoup de jeunes fils et filles de magistrats et d'avocats. Bon sang ne saurait mentir. A signaler la propreté des lieux. Un exemple à suivre, surtout pour certaines juridictions de l'intérieur du pays. Houcine Aimeur, le vice-président de la cour, a bien géré l'audience poussant la coquetterie jusqu'à permettre aux retardataires d'écouter les termes du serment avant de lever la main droite et jurer de...
Il faut dire aussi que Me Ouafia Sidhoum a eu ce gentil mot à l'intention du 3 mai, Journée mondiale de la liberté de la presse et remercie du fond du coeur les journalistes venus couvrir cet heureux événement des robes noires de la région et rendu un vibrant hommage aux chefs de la cour de Bouira en priant Allah de voir ces jours-ci. Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux, qui est le seul à aider le bâtonnat dans l'octroi d'une assiette en vue d'y aménager la Maison de l'avocat, histoire de voir Bouira et ses défenseurs ressembler aux autres robes noires. A signaler enfin qu'encore une fois, le bâtonnat national est un instrument pourvoyeur de postes d'emplois. Louh avait parlé de 40.000 avocats devant les sénateurs. Ils sont dorénavant 40.664! Quel honneur, Maîtres!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.