Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plus de 200 productions sur la table du Ramadhan
SIX CHAÎNES PRIVEES ET PUBLIQUES DANS LA BATAILLE DES PROGRAMMES
Publié dans L'Expression le 04 - 06 - 2016

Comme chaque Ramadhan, le téléspectateur algérien sera branché sur le petit écran national pour découvrir les productions nationales. Et depuis quatre ans, l'Entv n'est plus unique et fait face à une forte concurrence des nouvelles chaînes privées: Echourouk TV, Ennahar Tv, Dzair TV, El Djazairia TV et autre KBC. Plus de 200 programmes seront servis durant ce mois sacré. La bataille audiovisuelle cette année ne va pas se focaliser sur deux chaînes seulement, mais sur six chaînes essentiellement: Entv, Echourouk TV, Ennahar TV, Dzair TV, El Djazairia TV et KBC. Mis à part Ennahar TV qui a mis le paquet sur une série de caméras cachées, les autres chaînes ont toutes concocté un menu Ramadhan audiovisuel complet: sitcom, feuilleton dramatique et caméra cachée.
L'Entv met le paquet avec plus de 120 programmes dont 45 fictions
La télévision publique a mis le paquet cette année, avec la ferme intention de reprendre sa place de leader de l'audience du Ramadhan. Pour ce faire elle a mis dans la grille plus de 120 programmes et 45 fictions. La direction de la production menée par Lyès Belaribi et secondée par Alla Gouami pour la production exécutive, a misé sur la production locale: 96% des programmes sont algériens. Le feuilleton sera le plus grand investissement: quatre feuilletons seront présentés par l'Entv pour ce Ramadhan 2016
«Qouloub Tahta Erramed», «Le collier de feu» sur la vie du grand chef touareg Cheikh Amoud, «Foussoul El Hayet» et «Arkas Nni». Pas moins de 18 séries comiques, sitcom et shortcom seront proposées au public sur les quatre chaînes du groupe, dont les deux grosses productions en prime time «Sous surveillance» et «Bibiche et Bibiche». «Sous surveillance» une sitcom de 24 épisodes tournée en Tunisie, qui met en vedette Abdelkader Secteur patron de la société «Tahar Abd El jabar», et une pléiade de jeunes comédiens à l'image de Mourad Saouli, l'un des comiques de l'équipe de Djornane Gosto. Le scénario est écrit par Samir Ziane alias Mister X et réalisé par le Tunisien Anouar Lefkih. L'autre série comique la plus attendue et qui est considérée comme la plus attractive de la grille de Ramadhan. La série «Bibiche et Bibiche» l'ex- Bint toua Walad, version algérienne de la série française «Un gars et une fille», joliment interprétée par le duo Souhila Maâlem et Merouane Guerouabi, le fils du célèbre chanteur de chaâbi. Le duo retrouvera Zoubir Belhor, qui a été l'un des vainqueurs d'Arab casting 2016. «Bint Oua Walad» qui était diffusée l'année dernière chez Echourouk TV sera cette année diffusée sur la télévision publique l'Entv, avec un timing plus long et des guest stars à la pelle. L'Entv va également reconduire la série Bodou pour la 4e Saison. La série avait remporté un grand succès d'audience lors des dernières années avec la majorité des comiques d'Oran, Toukathi
el amdjad, Bakhta, Mustapha Ghir Hak, Mohamed Ghassani et d'autres. Il y aura également «Fatma, Fatima et Fettouma» avec les trois hôtesses maghrébines, «Allo Ma»,
«Wechtouti»,...Cinq séries de caméras cachées, dont une spéciale enfants, trois programmes culinaires, une émission de jeux (Familetna), dont des numéros spéciaux avec des célébrités. Vingt-cinq émissions de plateau (variétés, talk-show, arts et culture) en langues arabe,
amazighe et française seront produites et diffusées par les différentes chaînes. «Lemmet Ramdane» (talk-show avec les artistes ayant contribué au programme du mois de Ramadhan), «Qahwa ou Latay» (musique chaâbie), «100 fi Essaâ» (rire), «Noudjoum Khalida» (hommage aux artistes disparus), «Twahecht Bladi» (nostalgie), «C'est son show» (talk-show culturel), «Saharat El Madina» et «Diwan oua Ghiwan» (variétés), «Thimlilit Dhi Ramdan» (magazine féminin) et «Izoumal N'Télévision» (portraits de grandes figures de la télévision), notamment, agrémenteront la deuxième partie de soirée des différentes chaînes du groupe. Si ces shorts -programmes ont été confiés à des boîtes privées, l'Entv, qui a toujours misé sur le drama impose sa production locale. Comme chaque année depuis trois ans, c'est le réalisateur Bachir Sellami, qui mène la barque du drama local sur l'Entv. Cette année le feuilleton de ce Ramadhan, c'est «Kouloub taht ramad» (Coeurs sous les cendres) de 29 épisodes produit entièrement par l'entreprise publique de la Télévision algérienne qui propose une histoire dramatique de divorce et d'avortement basée sur un scénario écrit par Fatima Zohra Laâdjami, avec les stars du moment Bahia Rachedi, Rania Sirouti, Mouni Boualem ou encore Mustapha Laribi, l'un des protagonistes de cette oeuvre. Bachir Sellami récidive après «Koulouf fi kafas el itiham» qui a remporté un franc succès l'année précédente avec en vedette la talentueuse Sara Lama.
Echourouk TV mise sur «Lyali Halmiya» et sort l'artillerie lourde avec «B73»
La télévision d'Ali Fodil, Echourouk TV va tenter de maintenir la position de leader. Le directeur de la chaîne et son directeur des programmes et du marketing, Samir Boudjadja, ont misé cette fois sur peu de production, mais sur beaucoup de qualité. Et comme chaque année depuis trois ans, la chaîne privée algérienne la plus regardée, mise sur le sitcom. Après le succès de «Achour El Acher» l'année dernière, cette année on verra le retour de «Hadj Lakhdar» avec une nouvelle série «familia High Tech», d'après une idée de Brahim Hmida alias Irban. Réalisée par Yahia Mouzahem avec dans le rôle du patriarche Lakhdar Boukhers, et ses complices Mohamed Khassani, Nassim Haddouche et Brahim Irban. La série reprend le concept déjà exploité d'«El Imara», avec les nouvelles technologies en point de mire. Mais la série qui risque de remporter un succès certain, c'est sans doute la série «B73» (Brigade 73), une série policière comique à mi-chemin entre «James Bond» «Mission impossible». En vedette Sid Ahmed Agoumi et la belle Rym Ghazali. Dans l'ossature de la série on retrouvera «Barakouda» et ses 130 kg, pour mener les bagarres. La série qui est mise en scène par un jeune réalisateur tunisien Magdy Smiri sera présentée en 20 épisodes de 15 mn. Mais Echourouk mise aussi sur les shorts programmes et plus précisément, les caméras cachées. Cette année la chaîne Echourouk TV va présenter une caméra cachée originale: «Psycho Noum», où on verra des artistes endormis par un magicien et qui se retrouvent dans un environnement hostile. S'ensuivent des situations rocambolesques, des cris, des bagarres, de la casse et surtout de la peur et de l'hystérie. Autre caméra cachée prévue, celle du podcasteur Anes Tina qui a voulu quitter le monde de la vidéo pour se lancer dans une caméra cachée. Un programme trop violent dès les premières images. Autre short programme qui sera présenté cette année sur Echrourouk TV, «Rap News», où le comédien Mohamed Yabdri, parodie en slam à la manière des «Inconnus» les politiques à l'image de Rachid Nekkaz. Enfin la chaîne Echourouk a l'intention de présenter une série animée en 3 D en hommage à l'inspecteur Tahar et l'apprenti, avec la voix de Nassim Haddouche l'ancien imitateur dans la série «Djornane Gosto» et sous la direction étonnante de la comédienne Rym Ghazali. Enfin Echourouk TV sera la seule télévision algérienne qui a misé sur la production arabe: Avec en exclusivité pour le Maghreb la diffusion de la nouvelle série égyptienne «Leyali El Hilmya». C'est la plus importante production arabe de ce Ramadhan, et qui verra la présence de plus d'une soixantaine de stars égyptiennes pour évoquer dans une version actualisée les problèmes de la société égyptienne. Autre feuilleton arabe de qualité prévu durant ce Ramadhan sur Echrououk TV «El khourouj» (La sortie) une série d'action mêlant terrorisme et banditisme.
Ennnahar TV introduit les politiques dans la caméra cachée
Comme chaque année la chaîne Ennahar mise sur la caméra cachée. Après les artistes, cette année la télévision d'Anis Rahmani, qui est réputée comme la télévision la plus politique, a piégé pour la première fois sur une télévision algérienne, des politiques. Dans «Rana Hkamnak 4», elle a piégé plusieurs ministres et chefs politiques: l'ancien ministre Bouguerra Soltani, la ministre de l'Education Nouria Benghebrit, celle de la Solidarité Mounia Meslem, le ministre du Tourisme Amar Ghoul, de l'Artisanat Aïcha Tabaghou, le député sulfureux Hassen Aribi et d'autres. Ces personnalités du monde politique ont été piégées par un faux journaliste sur un plateau politique d'Ennahar de «Kadjaya oua nikache».
Dzair TV entre la croisière en bateau et le dramatique algérien
Sur Dzair TV, trois programmes méritent l'attention des téléspectateurs. Sur le plan comique, une caméra cachée inédite tournée sur un yacht (On ignore si il a brûlé depuis l'incendie de Sidi Fredj). Le programme s'intitule «Tahwissa fi babor» (Une balade en bateau), l'objectif des organisateurs de ce piège Yasmine et Mister AB, c'est d'inviter des artistes sur le bateau et de simuler un incident et les pousser à quitter le bateau. Seulement voilà, la majorité ne sait pas nager ce qui provoque des tensions extrêmes. Deuxième programme qui mérite le détour sur la télévision d'Ali Haddad, c'est le feuilleton dramatique «Assrar» (Confidences) du réalisateur Amar Arab, avec une pléiade de comédiens connus: Sid Ahmed Agoumi, Mustapha Laribi et Imène Noel. Un feuilleton qui a connu un tournage chaotique à Béjaïa, puisqu'il devait passer l'année dernière, mais les retards accumulés l'ont écarté de la grille. Après le Ramadhan 2015, le tournage s'est arrêté pour se poursuivre en 2016, avec encore des problèmes de production. La direction de Dzair TV a imposé au producteur de terminer la production avant le début du Ramadhan. Le feuilleton est toujours en tournage ce qui fait de lui, le tournage le plus long en Algérie. Enfin Dzair TV a son sitcom in extremis, puisque la série «Ouled Mamo», qui devait passer sur KBC, a été finalement transférée sur Dzair TV. La raison de ce transfert est le fait que la majorité des comédiens est issue de la série loufoque «Djornane Gosto», et que la série sera projetée sur KBC. Il était indécent de voir les mêmes comédiens jouer sur deux programmes différents sur la même chaîne. Dzair TV n'a pas acheté de feuilleton historique comme l'année dernière, en raison de restrictions budgétaires imposées par la direction de la chaîne. En revanche, une émission talk-show «Mabkach kad li fat» produite par Riad Redjdal, l'ancien producteur de «Jornane Gosto» est attendue avant el adhan entre 18h30 et 20h, animée par le duo Riad Chandali et Linda Chebah. Ce talk-show quotidien va essayer de passer en revue l'actualité et le quotidien du Ramadhan.
Souileh l'espoir d'audience d'El Djazairia TV
Au moment où nous rédigeons ce dossier, on a appris que le P-DG d'El Djazairia TV Hamraoui Habib Chawki est partant. L'ancien patron de l'Entv qui a tenté une expérience dans le privé, a tenu à présenter la grille de Ramadhan pour marquer sa présence dans cette grille. Son challenge c'est de réussir à imposer la présence de la chaîne sur la troisième place du podium, juste après l'Entv et Echourouk TV. Pour a faire HHC compte sur Souileh (Salah Ougrout), qui sera la vedette d'une nouvelle série. «Bouzid Days» est une version revue et corrigée de la série déjà vue «Djemai Family». C'est le réalisateur de «Achour El Acher» qui par facilité, a voulu maintenir un concept qui a montré ses limites en faisant rejouer Souilah, dans une série et en changeant les comédiens principaux de l'ancienne série par Fatima Helilou, Aïssa Allal, Mourad Zelloum. Mais l'autre versant d'El Djazairia TV sera la série comique «Mouassawssine» réalisée par un cinéaste aux talents affirmés Karim Khedim, qui a notamment réalisé la série «Caméra chorba», il y a quelques années. La série «Mouassawssine» qui sera diffusée juste après la série «Bouzid Days» met en vedette trois comiques connus parmi eux Amine Yakhlef et Kamel Abdat (Membre influent de «Jornane Gosto»), qui vont nous régaler dans des situations drôles et loufoques durant ce Ramadhan. El Djazairia TV mise également sur le drama algérien, en plaçant un feuilleton 100% algérien, «Lala Zineb» réalisé par un jeune diplômé de l'Ismas, Salim Hamdi, avec dans le rôle principal, Malika Belbey, Ahmed Benaïssa, Mustapha Laribi mais aussi le talentueux Akram Djeghim.
KBC, la chaîne par qui vient la polémique
KBC est devenue plus connue pour son affaire El Khabar que par les programmes qu'elle diffuse. Cette année la chaîne d'El Khabar, sera surveillée comme le lait sur le feu. En choisissant de reprendre le programme satirique de de «Jornane Gosto», elle va risquer de se faire taper sur les doigts. En tout cas toute l'équipe de «Jornane Gosto», Kamel, Nassim, Khassani et les autres est depuis plusieurs jours en préparation pour donner naissance à l'émission la plus politique la plus suivie durant le Ramadhan.
Au lieu du décor du stah, (la terrasse) qui avait fait le succès de la série, l'équipe de la production a créé une zaouïa ça promet! Autre programme attendu sur KBC la série «Saïd 0015», une version kabyle et algérienne de James Bond mélangé avec les décalages de l'inspecteur Clouzot. Avec en vedette Kamel Bouakaz comme vous l'avez jamais vu et surtout son compère Idir Benaïbouche, aussi déjanté sur ce sitcom qu'au cinéma. Le tout sous la direction du jeune réalisateur le plus talentueux de sa génération, Nassim Boumaïza. A voir absolument.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.