Mouloudia d'Alger : Fin de mission pour Bernard Casoni    Retraite: rachat des années pour les jeunes recrutés dans le cadre du DAIP    APN: adoption du projet de loi relatif au placement des travailleurs et au contrôle de l'emploi    Présidentielle: marches de soutien dans plusieurs régions, des contestations dans des villes du Centre du pays    1.000 comprimés psychotropes saisis et 8 individus arrêtés à El-Harrach    PRESIDENTIELLE : L'équipe de l'ENTV violement agressée à Lyon    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Reprise aujourd'hui du procès des anciens responsables    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Fin de la campagne électorale des candidats    Gaïd Salah: l'Algérie tracera sa voie avec des pas "constants"    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    OGC Nice: Atal absent au moins 4 mois    Addis-Abeba rapatrie 840 de ses ressortissants d'Arabie Saoudite    Des anciens de «Boko Haram» achèvent un programme de déradicalisation    Le PAD appelle à intensifier la mobilisation    "Le pays est comme un avion sans pilote"    Mihoubi renouvelle ses promesses électorales    Doncic égale un record de Jordan et Dallas étrille New Orleans    Mellal : "Il nous faut un avant de pointe"    Examen du projet de la loi de finances sous haute tension    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Les enseignants du primaire divisés sur la poursuite de la contestation    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Trois films algériens primés au Festival d'Al Qods    Tosca ouvre la saison de la Scala de Milan, dernière «Première» pour Pereira    Gregory Dargent : "Mon travail se veut poétique et non folklorique"    L'élection présidentielle scellera la rupture avec l'ancien système, affirme la presse oranaise    Belmadi : «Algérie-France ? Le dossier est entre les mains des deux présidents !»    JSK: Rien de grave pour Addadi    On vous le dit    Naciria : Deux personnes tuées par le monoxyde de carbone    Abdelrahmi Bessaha. Economiste, expert international : «La corruption est une force formidable de blocage du progrès économique et social»    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Deux morts et six blessés dans un carambolage    Bouira: Les prix des viandes, fruits et légumes flambent    A l'exception de quelques wilayas du centre: La grève générale très peu suivie    Tlemcen: Le nouveau port régional de pêche bientôt opérationnel    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Automibile : Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opération prise en charge par l'Etat
LA RESTITUTION DES CRÂNES DE RESISTANTS ALGERIENS
Publié dans L'Expression le 18 - 06 - 2016

Une pétition a été lancée en ligne par l'enseignant universitaire Brahim Senouci dans le but de restituer les restes de ces résistants.
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a affirmé jeudi à Alger que laffaire de la restitution des crânes de résistants algériens du début de la colonisation française, dont les restes mortuaires sont au Musée de l'Homme de Paris, était «prise en charge par l'Etat».
Dans une déclaration faite en marge d'une conférence au Musée national du moudjahid à l'occasion du 171ème anniversaire de l' «enfumade» de la tribu des Ouled Riah dans la chaîne montagneuse du Dahra (Mostaganem), le ministre a précisé que son département oeuvrait actuellement en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères pour une «prise en charge optimale de cette question (restitution) dont l'histoire remonte à plus d'un siècle».
Une pétition a été lancée en ligne par l'enseignant universitaire Brahim Senouci dans le but de restituer les restes de ces résistants parmi lesquels figurent le moulage intégral de la tête du lieutenant de l'Emir Abdelkader et la tête momifiée de Cherif «Boubaghla», que furent respectivement Mohamed Ben-Allel Ben Embarek et Aïssa El-Hamadi. Concernant cette restitution, il s'agit des restes mortuaires, des crânes secs pour la plupart, qui sont, entre autres, de Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Cherif «Boubaghla», Cheikh Bouziane, chef de la révolte des Zaâtchas (région de Biskra en 1849), Moussa El-Derkaoui et Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui.
Ce sont plus d'un millier de personnes, hommes, femmes et enfants, de la tribu des Ouled Riah (alliée de Boumaza) qui ont été enfumées dans les grottes de Ghar El Frachih qui furent le théâtre de cette odieuse extermination massive de populations civiles qui s'y sont réfugiées pour fuir la guerre. Cette population civile avait choisi ce refuge comme ultime acte de résistance face à la soldatesque coloniale contre laquelle elle s'était dressée, mais sans aucun moyen de défense qui soit de nature militaire. L'armée coloniale était menée par des officiers en proie à la hargne sauvage pour préparer les territoires à la colonisation en y semant mort et désolation avec une haine et toute absence de retenue dans leurs agissements.
Cet horrible acte est désigné par les historiens comme «le premier usage connu de la guerre dite non-conventionnelle pratiquée par une armée régulière». L'histoire retiendra contre les colonels Pélissier et Bugeaud comme une tâche honteuse d'un crime irrémissible contre l'humanité. Un soldat de la horde coloniale écrira pour la postérité: «Les grottes sont immenses. On a compté 760 cadavres, une soixantaine d'individus seulement en sont sortis, aux trois quart morts. Quarante n'ont pu survivre, dix sont à l'ambulance, dangereusement malades...».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.