Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    La réunion périodique présidée par Tebboune    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    L'infrangible lien...    Après le choc, la colère !    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le doigté au féminin
TROIS ARTISTES EXPOSENT À EZZOU'ART GALERIE
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2016


De la céramique à l'oeuvre d'art
Nathalie Andris, Marthe Leus et Lamia Tidza présentent une série de produits en céramique et peinture, sous le thème «Empreintes et sens» et ce, jusqu'au 3 novembre 2016.
Trois artistes aux profils très variés exposent du 15 octobre au 3 novembre 2016, ce sont deux Belges, Nathalie Andris et Marthe Leus, et une Algérienne Lamia Tidza. A voir leurs oeuvres lors de cette exposition organisée par la galerie Ezzou'art du centre commercial de Bab Ezzouar, Nathalie Andris présente une foultitude d'objets en céramique ou terre cuite, du vase en passant par des pots et des installations bien originales faites de céramique, de bois et de fer forgé. On n'omettra pas de signaler ces chaussures en céramique placées au pied d'un arbre ciselé, qui fait montre d'un doigté remarquable. Depuis de nombreuses années, Nathalie Andris a accumulé, en parallèle à sa carrière professionnelle, des formations artistiques qui répondaient à son besoin d'expression. Elle a approché et maîtrisé successivement les techniques et connaissances essentielles pour perfectionner son art; entre-autres: cours de bandes dessinées, cours de couleurs et psychologie de la couleur, cours de peinture, cours de poterie, cours de céramique, cours privé de tournassage, cours privés de tournage avec outils, cours de sculpture, cours de design, technique de forge et du bronze...C'est donc après ce cursus multiple et riche qu'elle fut diplômée par l'Académie des Beaux-Arts de Châtelet en Belgique. Durant plus de 20 ans, Nathalie Andris s'est appuyée sur sa créativité et son sens nouveau de l'esthétisme pour imposer sa collaboration en termes de design et construction auprès des plus grandes sociétés du marché mondial. Son sens de l'innovation a été ainsi retenu pour des réalisations de qualité sur les sites les plus prestigieux de Belgique: Palais Royal, musées, banques, Sénat, Parlement,... A Alger, Nathalie Andris a déjà été au centre d'innovantes expositions en galeries privées ou dans des hôtels de prestige.
Nathalie Andris s'inspire de son environnement et nous fait découvrir une réalité différente au travers de sa vision personnelle de femme. Ses oeuvres se révèlent dans les formes et couleurs et expriment une vie interne à chacun des thèmes qu'elle désire nous faire connaître. Sa sensibilité aux détails qui nous environnent est traduite tout en nuance et élégance mais, à y regarder de plus près, surtout avec force et profondeur.
Pour sa part Marthe Leus est artiste-peintre. Originaire de Belgique, elle s'est installée et a fondé famille à Djelfa, il y a plus de trois décennies. C'est dans l'Atlas saharien que Marthe Leus a choisi de développer son expression artistique.
Marthe Leus s'est imprégnée de la lumière et de la beauté de sa région d'adoption, mais aussi de la richesse culturelle algérienne pour s'exprimer à travers diverses techniques artistiques qu'elle perfectionne depuis toutes ces années. Elle présente dans cette exposition une série de peintures à l'acrylique sur carton ou papier népalais.
Les paysages et les gens de sa région, l'Atlas saharien, sont sa principale source d'inspiration; en particulier, les rassemblements lors des fêtes et autour des koubbas. Attirée par ces mausolées d'une blancheur immaculée, dans la solitude des paysages du Sud, Marthe Leus en fait ses sujets de prédilection avec une sensibilité toute poétique.
Quant à Lamia Tidza elle est artiste plasticienne et céramiste. Elle est l'élève et disciple de Nathalie Andris. Elle propose lors de cette exposition de nombreuses poupées chatoyantes, réalisées en céramique et terre cuite, témoignant de sa grande et rare sensibilité Lamia Tidza s'est constamment approchée des formations artistiques qui lui permettaient d'améliorer ses réalisations.
Parmi les nombreuses formations, dont certaines dans des ateliers privés, Lamia Tidza a terminé avec succès les cycles artistiques à l'Association des Beaux-Arts et à l'Ecole DNC.
Lamia Tidza poursuit sa formation dans de nouvelles techniques artistiques à travers des partenariats avec d'autres artistes. Durant plus de 25 ans, Lamia Tidza collectionne les expositions dans sa ville natale, Alger, comme, par exemple, au Centre culturel Mustapha- Kateb, Bastion 23.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.