RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le doigté au féminin
TROIS ARTISTES EXPOSENT À EZZOU'ART GALERIE
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2016


De la céramique à l'oeuvre d'art
Nathalie Andris, Marthe Leus et Lamia Tidza présentent une série de produits en céramique et peinture, sous le thème «Empreintes et sens» et ce, jusqu'au 3 novembre 2016.
Trois artistes aux profils très variés exposent du 15 octobre au 3 novembre 2016, ce sont deux Belges, Nathalie Andris et Marthe Leus, et une Algérienne Lamia Tidza. A voir leurs oeuvres lors de cette exposition organisée par la galerie Ezzou'art du centre commercial de Bab Ezzouar, Nathalie Andris présente une foultitude d'objets en céramique ou terre cuite, du vase en passant par des pots et des installations bien originales faites de céramique, de bois et de fer forgé. On n'omettra pas de signaler ces chaussures en céramique placées au pied d'un arbre ciselé, qui fait montre d'un doigté remarquable. Depuis de nombreuses années, Nathalie Andris a accumulé, en parallèle à sa carrière professionnelle, des formations artistiques qui répondaient à son besoin d'expression. Elle a approché et maîtrisé successivement les techniques et connaissances essentielles pour perfectionner son art; entre-autres: cours de bandes dessinées, cours de couleurs et psychologie de la couleur, cours de peinture, cours de poterie, cours de céramique, cours privé de tournassage, cours privés de tournage avec outils, cours de sculpture, cours de design, technique de forge et du bronze...C'est donc après ce cursus multiple et riche qu'elle fut diplômée par l'Académie des Beaux-Arts de Châtelet en Belgique. Durant plus de 20 ans, Nathalie Andris s'est appuyée sur sa créativité et son sens nouveau de l'esthétisme pour imposer sa collaboration en termes de design et construction auprès des plus grandes sociétés du marché mondial. Son sens de l'innovation a été ainsi retenu pour des réalisations de qualité sur les sites les plus prestigieux de Belgique: Palais Royal, musées, banques, Sénat, Parlement,... A Alger, Nathalie Andris a déjà été au centre d'innovantes expositions en galeries privées ou dans des hôtels de prestige.
Nathalie Andris s'inspire de son environnement et nous fait découvrir une réalité différente au travers de sa vision personnelle de femme. Ses oeuvres se révèlent dans les formes et couleurs et expriment une vie interne à chacun des thèmes qu'elle désire nous faire connaître. Sa sensibilité aux détails qui nous environnent est traduite tout en nuance et élégance mais, à y regarder de plus près, surtout avec force et profondeur.
Pour sa part Marthe Leus est artiste-peintre. Originaire de Belgique, elle s'est installée et a fondé famille à Djelfa, il y a plus de trois décennies. C'est dans l'Atlas saharien que Marthe Leus a choisi de développer son expression artistique.
Marthe Leus s'est imprégnée de la lumière et de la beauté de sa région d'adoption, mais aussi de la richesse culturelle algérienne pour s'exprimer à travers diverses techniques artistiques qu'elle perfectionne depuis toutes ces années. Elle présente dans cette exposition une série de peintures à l'acrylique sur carton ou papier népalais.
Les paysages et les gens de sa région, l'Atlas saharien, sont sa principale source d'inspiration; en particulier, les rassemblements lors des fêtes et autour des koubbas. Attirée par ces mausolées d'une blancheur immaculée, dans la solitude des paysages du Sud, Marthe Leus en fait ses sujets de prédilection avec une sensibilité toute poétique.
Quant à Lamia Tidza elle est artiste plasticienne et céramiste. Elle est l'élève et disciple de Nathalie Andris. Elle propose lors de cette exposition de nombreuses poupées chatoyantes, réalisées en céramique et terre cuite, témoignant de sa grande et rare sensibilité Lamia Tidza s'est constamment approchée des formations artistiques qui lui permettaient d'améliorer ses réalisations.
Parmi les nombreuses formations, dont certaines dans des ateliers privés, Lamia Tidza a terminé avec succès les cycles artistiques à l'Association des Beaux-Arts et à l'Ecole DNC.
Lamia Tidza poursuit sa formation dans de nouvelles techniques artistiques à travers des partenariats avec d'autres artistes. Durant plus de 25 ans, Lamia Tidza collectionne les expositions dans sa ville natale, Alger, comme, par exemple, au Centre culturel Mustapha- Kateb, Bastion 23.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.