Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UGTT gronde et menace
LA TUNISIE CONFRONTEE AUX EXIGENCES DU FMI
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2016


L'UGTT rejette le projet de loi de finances 2017
L'UGTT, contrairement à Utica qui a accueilli le projet avec une certaine sérénité, a rejeté l'ensemble des dispositions du projet de loi de finances 2017, en particulier celle qui concerne le gel des salaires.
Une des promesses de Youcef Chahed, au moment de la présentation de son équipe gouvernementale, est en passe d'être tenue. La lutte contre la corruption serait bel et bien concrétisée et la volonté du nouveau chef du gouvernement de combattre ce fléau confirmée. C'est en tout cas ce que laisse apparaître la toute récente rencontre entre Chahed et le président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption, Chawki Habib, qui lui a remis un rapport contenant une liste de quelque 200 noms de «parties impliquées dans des dossiers portant sur des dépassements et des abus administratifs». Youcef Chahed a réitéré pour la circonstance sa détermination à rendre publics les résultats des enquêtes, dès leur clôture.
Mais il a, pour l'heure, d'autres soucis, depuis que l'Ugtt a publié un communiqué incendiaire dans lequel la Centrale syndicale condamne une «rupture unilatérale» du dialogue par le gouvernement dans le projet de loi de finances 2017. Soumis à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), ce texte recèle des mesures sévères que rejette «catégoriquement» l'Ugtt.
Il résulte de la signature par la Tunisie d'un nouveau plan d'aide du FMI, d'un montant de 2,6 milliards d'euros sur quatre ans, en échange d'une série de réformes. Lesquelles portent entre autres sur le gel des salaires, voire une ponction ciblée, l'arrêt des recrutements dans la fonction publique et le non-remplacement des départs à la retraite ou des démissions. L'Ugtt, contrairement à Utica qui a accueilli le projet avec une certaine sérénité, a rejeté l'ensemble des dispositions du projet, en particulier celle qui concerne les salaires, arguant que ce n'est pas aux travailleurs de payer la facture de la mauvaise gestion des gouvernements qui se sont succédé depuis 2011 et rappelant, à juste titre, qu'elle avait déjà mis en garde contre une politique visant à «alourdir les charges des salariés et du peuple, en général». La Centrale syndicale qui n'a pas fermé la porte à la négociation pour autant, s'agissant de la hausse des salaires dans le secteur privé pour 2016 et 2017, reproche à la nouvelle équipe l'absence d'une volonté réelle de combattre la corruption, l'évasion fiscale, de recouvrer les créances des sociétés et entreprises et surtout de prendre des engagements extérieurs injustes et préjudiciables à la souveraineté de la Tunisie.
D'emblée, voilà le nouveau chef du gouvernement confronté à un défi de taille puisque l'Ugtt a déjà appelé à une vaste mobilisation des travailleurs pour défendre leurs droits, même si son secrétaire général, Houcine Abbassi se veut conciliant et coscient de l'état préoccupant des finances de l'Etat. Après avoir pris part aux larges consultations pour la constitution du gouvernement Chahed, l'Ugtt s'en démarque brutalement et refuse le lien qui est fait entre la présence de ministres issus de ses rangs et sa propre feuille de route.
En clair, elle anticipe les évènements cruciaux qui se profilent à l'orée de 2017 et dont tout indique qu'ils seront lourds de sacrifices pour les couches défavorisées Abassi a certes rencontré hier le président de l'ARP Mohamed Ennaceur, mais rien de substantiel n'est sorti de ces discussions, sinon que l'exigence du FMI sur la réduction de la masse salariale va impacter au premier chef les salariés dans une conjoncture économique régressive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.