Révision de la taxe sur véhicules et maintient de l'augmentation du prix du carburant    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Pétrole: deux réunions de l'OPEP en juin pour évaluer l'impact des baisses de production    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    Un maghrébin au long cours    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Raqqa, la route de l'Ouest
VAINCU À MOSSOUL, DAESH IRA SE REFUGIER EN SYRIE
Publié dans L'Expression le 22 - 10 - 2016


Des peshmergas en partance pour Mossoul
Comme ils sont attaqués sur les fronts nord, sud et est de Mossoul, ses éléments devront nécessairement se ruer à travers la route de l'Ouest, en direction de Raqqa.
Au moment où les forces irakiennes fortes de 30.000 hommes avancent sur trois fronts en direction de Mossoul, tous les regards sont braqués sur la ville «voisine» de Raqqa, en Syrie. Américains et Européens mesurent les enjeux stratégiques liés à la maîtrise de cet axe majeur qui représente la dernière carte de la coalition au Moyen-Orient sans laquelle le bilan définitif s'avérera bien faible. En admettant que l'offensive de tant de forces disparates, entre irakiens, peshmergas, turcs, coalisés etc, soit conclue au bout de quelques mois, les éléments de l'Etat islamique n'auront d'autre alternative que le combat à mort ou la fuite. Et comme ils sont attaqués sur les fronts nord, sud et est de Mossoul, ils devront nécessairement se ruer à travers la route de l'ouest en direction de Raqqa. Des sources concordantes ont indiqué que la fuite a déjà commencé et c'est pourquoi le chef d'état-major russe a mis en garde, voici quelques jours, contre cette nouvelle menace qui viendra s'ajouter au bras de fer à Alep entre l'armée syrienne et son allié russe, d'une part, et les groupes d'opposition parmi lesquels le front Al Nosra, alias Fath al Cham, qui a rejeté l'offre de sortie proposée par Damas, de peur d'une défaite consommée que redoutent aussi les mentors de la coalition internationale. Le président français François Hollande a d'ailleurs averti jeudi que Raqa, dans le nord de la Syrie, pourrait être «le prochain objectif» après la reprise de la ville irakienne de Mossoul si les dirigeants du groupe Etat islamique (EI) y trouvaient refuge. «La prise de Mossoul, c'est très important mais si on laisse partir, ce qui est un risque, les dirigeants de Daesh vers Raqa, c'est vrai que le prochain objectif peut être Raqa, en Syrie», a déclaré le chef de l'Etat français à son arrivée à un sommet européen à Bruxelles. Lors d'une conférence de presse clôturant la première journée du sommet, François Hollande a précisé qu'en cas d'offensive contre Raqa, la France «appuierait des forces qui pourraient être arabes, kurdes» et «rassembler des composantes modérées de l'opposition au régime». «Nous devons être exemplaires sur le plan de la poursuite des terroristes qui déjà quittent Mossoul pour rejoindre Raqqa», a-t-il conclu, répondant sans le savoir aux avertissements du général Guerassimov, chef d'état-major russe. Restait la réaction américaine. Elle n'a pas tardé avec la déclaration du secrétaire d'Etat adjoint américain Anthony Blinken qui a estimé hier qu'après l'offensive pour chasser les jihadistes du groupe Etat islamique de Mossoul, la coalition internationale devait «absolument» reprendre la ville de Raqa, «capitale» de l'EI en Syrie. «Nous avons devant nous un moment d'opportunité et d'urgence, avec Mossoul, mais également avec Raqa. Nous avons la chance de reprendre ce «califat géographique», d'éliminer ce califat (...) Il faut faire les deux choses, Mossoul en Irak et Raqa en Syrie», a déclaré M. Blinken sur la radio française RTL. «Après Mossoul, on verra Raqa, absolument. L'urgence, c'est Raqa, c'est de cette ville que Daesh (acronyme arabe de l'Etat islamique) planifie les attaques extérieures. Raqa, c'est la vraie capitale» de l'EI, a poursuivi le numéro deux de la diplomatie américaine. Raqqa est la capitale politique et administrative de l'EI. Daesh est arrivé dans la ville au milieu de l'année 2013. Quelques mois plus tard, il en a chassé les forces rebelles - islamistes et jihadistes inclus - qui remettaient en question son autorité, à la suite d'une bataille sanglante. Située au nord de l'Euphrate, la ville syrienne compterait aujourd'hui environ 200.000 habitants, beaucoup moins que les 1,5 million d'habitants de Mossoul, mais un chiffre conséquent. À Mossoul, les Américains ont misé sur les peshmergas en s'efforçant de rassurer la Turquie, tout en coordonnant avec Baghdad et les milices chiites, armées par l'Iran. Un jeu d'équilibre des plus risqués qui va sans doute peser fortement sur le destin futur de Mossoul... et de l'Irak. Or, la situation en Syrie sera totalement autre et Raqqa ne sera donc pas une simple balade dans le désert arabe. En agitant la carte des PYD, branche syrienne du PKK kurde qui irrite gravement Erdogan, à peine apaisé par la prise de Dabiq, une ville prophétique de l'apocalypse version jihadiste, et en hésitant à désavouer la présence d'Al Nosra à Alep, groupe terroriste liée à Al Qaïda, Washington et avec lui la coalition auront du mal à convaincre quant à la sincérité de leur position dans la guerre en Syrie. Surtout que Damas et ses alliés savent pertinemment quel enjeu représente Raqqa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.