La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Merkel brigue un nouveau mandat de chancelière
QUOIQUE AFFAIBLIE EN ALLEMAGNE
Publié dans L'Expression le 21 - 11 - 2016

Détenant le record de longévité au pouvoir en Occident, la chancelière allemande, Angela Merkel, relève le défi d'un quatrième mandat
Merkel a annoncé hier à son parti qu'elle briguait un quatrième mandat de chancelière, au moment où ses partisans font d'elle le dernier rempart face aux poussées populistes illustrées par le Brexit ou la victoire de Donald Trump.
Elle l'a fait lors d'une réunion à Berlin des dirigeants de son mouvement conservateur, la CDU, ont indiqué des sources proches du parti. Angela Merkel, qui devait s'exprimer (hier) en public sur le sujet à 19h00 (18h00 GMT), a indiqué qu'elle ambitionnait à la fois d'être réélue à la présidence de la CDU lors d'un congrès début décembre, puis de postuler à nouveau pour la chancellerie lors des prochaines élections législatives allemandes prévues en septembre ou octobre 2017, selon ces sources. En poste depuis onze ans, elle détient déjà le record de longévité au pouvoir dans les pays occidentaux et a été couronnée à plusieurs reprises ces dernières années «personnalité de l'année» ou «femme la plus puissante» de la planète. Une de ses proches à la CDU, Julia Klöckner, a jugé hier qu'elle était «garante de stabilité et de fiabilité dans une période turbulente». Agée de 62 ans, cette fille de pasteur de RDA a au vu des sondages toutes les chances de sortir des législatives avec un quatrième mandat pour la chancellerie. Elle serait alors en mesure de rentrer dans l'histoire en battant le record au pouvoir en Allemagne du chancelier iconique d'après-guerre Konrad Adenauer (14 ans) et en égalant celui de son propre père en politique, Helmut Kohl (16 ans). Selon un sondage publié hier, 55% des Allemands souhaitent qu'Angela Merkel reste en poste, contre 39% d'avis contraires. En août la proportion favorable n'était que de 50%. Angela Merkel se trouve néanmoins dans une situation paradoxale: fêtée à l'étranger, où les attentes à son égard ont décuplé depuis le succès de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, elle attaque l'année électorale affaiblie sur le plan intérieur suite à l'arrivée controversée d'un million de réfugiés dans le pays. Le président Barack Obama l'a adoubée cette semaine à Berlin lors de sa tournée d'adieux, lançant aux côtés d'une chancelière rosissant de plaisir: «Si j'étais Allemand, je pourrais lui apporter mon soutien». Face aux tendances autoritaires dans le monde, le New York Times voit même en elle «le dernier défenseur des valeurs humanistes de l'Occident». Elle a tenu bon sur sa politique d'immigration généreuse et vient de rappeler clairement à Donald Trump l'importance des valeurs démocratiques. Parallèlement, «dans son pays, son pouvoir s'effrite», nuance l'hebdomadaire Die Zeit. Certes sa popularité remonte après avoir chuté avec la crise migratoire, mais sa famille politique n'est créditée que de 32% ou 33% des intentions de vote, près de dix points de moins que lors de l'élection précédente de 2013. «L'effet d'aspiration créé par la victoire de Trump atteint Merkel à un moment où ses possibilités de leadership sont limitées: elle ne peut compter sur l'Europe pour aller de l'avant, n'a pas de parti uni derrière elle et ne jouit pas du soutien franc de la population qu'elle avait encore il y a un an et demi», juge Die Zeit. Ses atermoiements depuis des mois sur sa candidature sont liés à cet affaiblissement. Elle a dû composer avec la rébellion sur la question des réfugiés avec son allié bavarois (CSU), qui a longtemps menacé de ne pas la soutenir en 2017, avant finalement de rentrer dans le rang. La chancelière a subi aussi un revers récent en échouant à promouvoir un candidat de son parti pour devenir président allemand en 2017, se faisant doubler par les sociaux-démocrates. Surtout, son règne est celui qui a vu se développer en Allemagne un parti populiste, concurrençant son parti sur sa droite. Angela Merkel garde toutefois des atouts maîtres: elle n'a pas de concurrent sérieux dans son camp et reste infiniment plus populaire que ses rivaux sociaux-démocrates.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.