Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Covid-19 : l'équipe d'experts médicaux chinois achève sa mission en Algérie    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    S'inspirer des sacrifices de la génération du 1er Novembre pour le projet de l'Algérie Nouvelle    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Une nouvelle plainte déposée contre Karim Khima    Biskra, la Mitidja du Sud    Le foyer de l'épidémie se déplace à Bordj Ali    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020 : le Bureau de l'APN examine les modifications proposées    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Asseoir un système d'investissement permettant aux investisseurs de travailler sans entraves    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    Projet de loi de finances complémentaire: Les députés contre la hausse des prix des carburants    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les habitants de la cité Makhat protestent    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un malaise secoue le vieux parti de l'opposition
FFS
Publié dans L'Expression le 03 - 12 - 2016

Un des membres de l'instance présidentielle du parti traduit, aujourd'hui, par ses pairs devant la commission de discipline.
La crise qui couve au FFS n'a pas livré tous ses secrets. Un malaise profond secoue le vieux parti de l'opposition, dont la cohésion de l'instance suprême vient de prendre un coup.
La situation est d'autant plus délicate que le sixième congrès devait se tenir durant l'année en cours. Cette crise interne a un impact sur l'environnement immédiat du parti, particulièrement sur les dissidents du parti du défunt Hocine Ait Ahmed, qui n'attendent que pareille brèche pour s'y engouffrer.
Rached Halet à qui on reproche d'avoir fait des déclarations publiques sur une chaîne de télévision privée à Tizi Ouzou, sans se référer à l'instance présidentielle, a été convoqué une deuxième fois devant la commission de discipline. Ladite commission se réunira demain. Trois membres sur cinq que compte cette instance, à savoir Mohand Amokrane Chérifi, Aziz Bahloul et Ali Laskri, veulent en découdre avec M.Halet, coupable d'avoir appelé récemment «à la réévaluation du mécanisme de prise de décision de l'instance présidentielle pour tenter éventuellement de l'améliorer». D'autre part, une autre membre du présidium, en l'occurrence Mme Saïda Ichalamen est restée neutre par rapport au cas Halet. La démarche du parti est qualifiée d'arbitraire et d'illégale par le mis en cause. «Quand, même une décision d'exclusion du parti ou autre soit prise lors de la réunion prévue pour aujourd'hui, cette commission n'est pas habilitée à statuer sur mon cas, car en tant que membre de l'instance présidentielle élu sur la liste unique au congrès de mai 2013, il appartient au congrès de trancher», a estimé hier Rachid Halet, contacté par téléphone. A titre de rappel, le prochain congrès du FFS, prévu au courant de l'année 2017, peut être reporté de deux ans, soit jusqu'à 2019, dans le cas où une importante décision doit être prise, conformément aux statuts du parti. Dans tous les cas de figure, cette crise connaîtra à coup sûr des rebondissements lors des prochains jours, indique-t-on. Le conflit qui oppose les deux camps de l'instance présidentielle risque d' influer négativement sur les préparatifs du parti en prévision des prochaines législatives. Prévue pour novembre dernier, la session ordinaire du conseil national qui devait trancher la lancinante question de la participation du FFS aux prochaines élections législatives, a été reportée aux 9 et 10 décembre prochains. Dans ce contexte, Ali Laskri n'a pas nié l'existence de cette crise au sein de la direction du parti, en soutenant que c'est «laborieux d'assumer l'héritage de Dda Lho». En fait, le conflit est canalisé autour de ceux qui veulent maintenir l'instance présidentielle et ceux en faveur du retour à l'ancienne architecture organique. Sur un autre plan, les activités du sénateur Moussa Tamardaza et du député de Béjaïa, Chabati ont été gelées. Tous les deux ont pris part à une visite officielle en France et au siège de l'Otan, à l'insu des instances du parti.
Par ailleurs, la contrainte majeure liée à la loi électorale et à la loi sur les partis politiques, oblige toute la classe politique à participer aux prochaines élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.