Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un malaise secoue le vieux parti de l'opposition
FFS
Publié dans L'Expression le 03 - 12 - 2016

Un des membres de l'instance présidentielle du parti traduit, aujourd'hui, par ses pairs devant la commission de discipline.
La crise qui couve au FFS n'a pas livré tous ses secrets. Un malaise profond secoue le vieux parti de l'opposition, dont la cohésion de l'instance suprême vient de prendre un coup.
La situation est d'autant plus délicate que le sixième congrès devait se tenir durant l'année en cours. Cette crise interne a un impact sur l'environnement immédiat du parti, particulièrement sur les dissidents du parti du défunt Hocine Ait Ahmed, qui n'attendent que pareille brèche pour s'y engouffrer.
Rached Halet à qui on reproche d'avoir fait des déclarations publiques sur une chaîne de télévision privée à Tizi Ouzou, sans se référer à l'instance présidentielle, a été convoqué une deuxième fois devant la commission de discipline. Ladite commission se réunira demain. Trois membres sur cinq que compte cette instance, à savoir Mohand Amokrane Chérifi, Aziz Bahloul et Ali Laskri, veulent en découdre avec M.Halet, coupable d'avoir appelé récemment «à la réévaluation du mécanisme de prise de décision de l'instance présidentielle pour tenter éventuellement de l'améliorer». D'autre part, une autre membre du présidium, en l'occurrence Mme Saïda Ichalamen est restée neutre par rapport au cas Halet. La démarche du parti est qualifiée d'arbitraire et d'illégale par le mis en cause. «Quand, même une décision d'exclusion du parti ou autre soit prise lors de la réunion prévue pour aujourd'hui, cette commission n'est pas habilitée à statuer sur mon cas, car en tant que membre de l'instance présidentielle élu sur la liste unique au congrès de mai 2013, il appartient au congrès de trancher», a estimé hier Rachid Halet, contacté par téléphone. A titre de rappel, le prochain congrès du FFS, prévu au courant de l'année 2017, peut être reporté de deux ans, soit jusqu'à 2019, dans le cas où une importante décision doit être prise, conformément aux statuts du parti. Dans tous les cas de figure, cette crise connaîtra à coup sûr des rebondissements lors des prochains jours, indique-t-on. Le conflit qui oppose les deux camps de l'instance présidentielle risque d' influer négativement sur les préparatifs du parti en prévision des prochaines législatives. Prévue pour novembre dernier, la session ordinaire du conseil national qui devait trancher la lancinante question de la participation du FFS aux prochaines élections législatives, a été reportée aux 9 et 10 décembre prochains. Dans ce contexte, Ali Laskri n'a pas nié l'existence de cette crise au sein de la direction du parti, en soutenant que c'est «laborieux d'assumer l'héritage de Dda Lho». En fait, le conflit est canalisé autour de ceux qui veulent maintenir l'instance présidentielle et ceux en faveur du retour à l'ancienne architecture organique. Sur un autre plan, les activités du sénateur Moussa Tamardaza et du député de Béjaïa, Chabati ont été gelées. Tous les deux ont pris part à une visite officielle en France et au siège de l'Otan, à l'insu des instances du parti.
Par ailleurs, la contrainte majeure liée à la loi électorale et à la loi sur les partis politiques, oblige toute la classe politique à participer aux prochaines élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.