Sorties d'Ould-Abbès et situation inquiétante du pays    Une direction collégiale pour le FLN    La start-up chinoise qui devance Samsung dans la course aux smartphones pliables    Donald Trump remercie l'Arabie Saoudite pour la baisse du prix    VOTRE WEEK-END SPORTIF    «Abid-Charef est prêt à aller jusqu'au bout pour se défendre et être blanchi»    Les applications mobiles «boudées» par une majorité de médias algériens    Plus de 50 000 enfants victimes de maltraitance annuellement    Journée de contestation du personnel de l'éducation    Brioche salée    La prochaine édition sera maghrébine    Tiaret : L'université abrite un colloque sur le développement durable    Emigration clandestine : 413 harraga secourus et 1478 autres interceptés à l'Ouest depuis janvier    Boufatis : Affichage de la liste de 300 bénéficiaires de logements    20 blessés par les pétards    Le club El Assil gagne son pari    Violence coupable    FAF: Boualem Charef claque la porte    Ligue 1 : NAHD 1 MCO 0: Le Nasria en toute logique    Pourquoi l'Arabie Saoudite baisse sa production pétrolière    Recherché pour un accident mortel ayant coûté la vie à un policier: Un individu en fuite arrêté à Bethioua    Macron et les Gilets jaunes: La bataille de l'ancien monde    De la servitude à la soumission politique    Les Algériens sont-ils fatalistes ?    «La crise migratoire en Afrique, état des lieux, défis, enjeux et perspectives»    52 enfants palestiniens tués et plus de 900 arrêtés en 2018    Une tentative de transfert illégal de 25.700 euros déjouée à l'aéroport    Au moins 43 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul    La taxe d'habitation sur les factures d'électricité et gaz fait défault    Les élus du RND, Taj et PLJ rallient le FLN    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Une mosquée du début du XIe siècle    Parachèvement de l'étude de restauration    Algérie - Niger : Examen des opportunités de coopération dans le secteur des transports et des travaux publics    Migration clandestine : La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte "efficace"    La situation se complique pour les Algériens    Présidence d'Interpol : Face à la polémique, un général russe cède la place à un Sud-Coréen    Cacophonie au FLN    Guitouni annonce: "Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars en 2018-2022"    Renault : Le conseil va discuter du remplacement temporaire de Ghosn    CS Constantine : Vers le recrutement de deux joueurs congolais    Budget 2019 en France : Large vote à l'Assemblée mais la bataille du pouvoir d'achat se poursuit    En l'absence d'Ali Bongo : L'Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon    85.000 enfants morts de faim oude maladie    Constantine : Le savant et penseur Mohamed Salah Essedik distingué    La 9e édition du du 22 au 26 novembre    La déclaration de politique du gouvernement présentée à la mi-décembre: Ouyahia à nouveau devant les députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un lourd héritage pour Mohamed Hattab
IL A ETE NOMME NOUVEAU WALI DE BEJAIA
Publié dans L'Expression le 17 - 12 - 2016


Béjaïa souffre de ses responsables
Zitouni est limogé. Il quitte Béjaïa presque comme il l'a trouvée. Dans l'incertitude des lendemains et le doute quant aux nombreux projets structurants.
Ould Salah Zitouni n'est officiellement plus wali de Béjaïa depuis jeudi. Il est remplacé par Mohamed Hattab qui a été tour à tour, chef des daïras de Gouraya et d'El-Harrach entre 1991 et 1995 et Azzaba en 1997 puis secrétaire général de la wilaya de Sétif en 1999 et wali délégué d'El Harrach en 2005 avant d'occuper de nouveau le poste de secrétaire général de la wilaya d'Alger en 2010 puis wali de Sidi Bel Abbès en 2013. Trois ans après, il prend les commandes de la wilaya de Béjaïa.
Il prendra ses fonctions probablement demain dimanche pour hériter d'une situation «cacophonique» léguée par son prédécesseur, Ould Salah Zitouni que certains vénèrent pour sa manière de gérer qui s'est singularisée par une confusion entre autorité et autoritarisme avec au bout beaucoup d'humiliation, à tort ou à raison des cadres. Hier encore, la Toile s'est enflammée par des commentaires partagés entre ceux qui regrettent et ceux qui saluent ce divorce. Dans les lieux publics le sujet a fait débat.
Jamais un wali n'a marqué de son passage la région comme l'a fait Zitouni. Surnommé le «Bombardier», le désormais ex-wali s'est rapidement fait de nombreux adversaires, d'abord au sein de son administration, puis au niveau des élus, qui ont pour la majorité versé dans une sorte de «soumission», qui ne dit pas son nom. Avec son style à la limite de l'insolence, il a vite réussi à faire un grand vide autour de lui. Son administration s'est vidée de ses cadres, partis pour certains en retraite, congé de maladie et carrément démissionnaires. L'exécutif de Béjaïa est géré par intérim.
Le climat électrique qu'il a instauré a rendu toutes les relations rigides, voire enflammées, y compris avec les élus et l'encadrement local qu'il descend en flammes pour un oui ou pour un non. Ces menaces de recours aux démolitions des constructions illicites lui auront valu un autre front et pas des moindres, s'agissant d'une wilaya ou tout est presque illicite.
Les accusations de clanisme proférées contre les services de sécurité à Akbou devant la société civile et les investisseurs, les couacs avec les Chinois en charge du projet de la pénétrante autoroutière et enfin le menaces proférées contre les manifestations de rue auront fini par avoir raison de sa détermination, lui qui suscitait à la fois peur et espoir. Les malversations qu'on lui prête s'ajoutant à son état de santé ont fini par «achever», celui que beaucoup croyaient «intouchable».
Zitouni est limogé. Il quitte Béjaïa presque comme il l'a trouvée. Dans l'incertitude des lendemains et le doute quant aux nombreux projets structurants. Le Centre hospitalo-universitaire, le dédoublement de la voie ferrée Béjaïa-Beni Mansour, le complexe pétrochimique, le tramway, le téléphérique reliant la plaine au fort de Gouraya, le dédoublement des Routes nationales, particulièrement la RN 9 et la RN 26 sujettes aux embouteillages monstres, les logements sociaux et des aides octroyées aux zones rurales, les projets de zones d'expansion touristique retenus pour la wilaya de Béjaïa, le doute sur les projets d'alimentation en gaz naturel (gaz de ville) dans les diverses communes de la wilaya de Béjaïa dont les travaux n'ont pas encore été entamés, autant de projets, dont la concrétisation échoit au nouveau chef de l'exécutif. Le lourd héritage, un véritable fardeau que devra porter le nouveau wali. Maintenant que l'application de la méthode dure a montré ses limites sur le terrain, quelle stratégie faut-il appliquer pour cette wilaya? La concertation et le concours de tous les partenaires?
Le dialogue? Choisir un collectif de collaborateurs compétents, propres et honnêtes à même d'éviter d'être fourvoyé? Ce sont des pistes très sérieuses à explorer et qui peuvent susciter un cap d'autant plus que les pouvoirs publics s'apprêtent à réviser les Codes de wilaya et communal pour donner plus de prérogatives aux élus locaux, jusque-là limitées.
La conjoncture exige des actions concertées pour le bien de la région, son développement et par ricochet, le cadre de vie de ses habitants.
Mouvement partiel dans le corps des walis
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé à un mouvement partiel dans le corps des walis, a annoncé jeudi un communiqué de la présidence de la République dont voici le texte intégral. «Conformément aux dispositions de l'article 92, alinéa 10 de la Constitution, Son Excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a procédé ce jour, à un mouvement partiel dans le corps des walis.
A ce titre, sont nommés walis:
- Monsieur Hattab Mohamed, wali de Béjaïa.
- Monsieur Dziri Toufik, wali de Béchar.
- Monsieur Hadjar Mohamed, wali de Skikda.
- Monsieur Hachani Tahar, wali de Sidi Bel-Abbès.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.