Benhadid : «La solution est politique»    5 exercices bénéfiques pour les muscles de votre dos    Crise libyenne : L'armée de Haftar au bord de l'enlisement    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    La Chine célèbre en grande pompe les 70 ans de sa marine nationale Xi Jinping propose de construire une communauté de destin maritime    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Le temps des décomptes    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Comédie burlesque à l'algérienne    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un lourd héritage pour Mohamed Hattab
IL A ETE NOMME NOUVEAU WALI DE BEJAIA
Publié dans L'Expression le 17 - 12 - 2016


Béjaïa souffre de ses responsables
Zitouni est limogé. Il quitte Béjaïa presque comme il l'a trouvée. Dans l'incertitude des lendemains et le doute quant aux nombreux projets structurants.
Ould Salah Zitouni n'est officiellement plus wali de Béjaïa depuis jeudi. Il est remplacé par Mohamed Hattab qui a été tour à tour, chef des daïras de Gouraya et d'El-Harrach entre 1991 et 1995 et Azzaba en 1997 puis secrétaire général de la wilaya de Sétif en 1999 et wali délégué d'El Harrach en 2005 avant d'occuper de nouveau le poste de secrétaire général de la wilaya d'Alger en 2010 puis wali de Sidi Bel Abbès en 2013. Trois ans après, il prend les commandes de la wilaya de Béjaïa.
Il prendra ses fonctions probablement demain dimanche pour hériter d'une situation «cacophonique» léguée par son prédécesseur, Ould Salah Zitouni que certains vénèrent pour sa manière de gérer qui s'est singularisée par une confusion entre autorité et autoritarisme avec au bout beaucoup d'humiliation, à tort ou à raison des cadres. Hier encore, la Toile s'est enflammée par des commentaires partagés entre ceux qui regrettent et ceux qui saluent ce divorce. Dans les lieux publics le sujet a fait débat.
Jamais un wali n'a marqué de son passage la région comme l'a fait Zitouni. Surnommé le «Bombardier», le désormais ex-wali s'est rapidement fait de nombreux adversaires, d'abord au sein de son administration, puis au niveau des élus, qui ont pour la majorité versé dans une sorte de «soumission», qui ne dit pas son nom. Avec son style à la limite de l'insolence, il a vite réussi à faire un grand vide autour de lui. Son administration s'est vidée de ses cadres, partis pour certains en retraite, congé de maladie et carrément démissionnaires. L'exécutif de Béjaïa est géré par intérim.
Le climat électrique qu'il a instauré a rendu toutes les relations rigides, voire enflammées, y compris avec les élus et l'encadrement local qu'il descend en flammes pour un oui ou pour un non. Ces menaces de recours aux démolitions des constructions illicites lui auront valu un autre front et pas des moindres, s'agissant d'une wilaya ou tout est presque illicite.
Les accusations de clanisme proférées contre les services de sécurité à Akbou devant la société civile et les investisseurs, les couacs avec les Chinois en charge du projet de la pénétrante autoroutière et enfin le menaces proférées contre les manifestations de rue auront fini par avoir raison de sa détermination, lui qui suscitait à la fois peur et espoir. Les malversations qu'on lui prête s'ajoutant à son état de santé ont fini par «achever», celui que beaucoup croyaient «intouchable».
Zitouni est limogé. Il quitte Béjaïa presque comme il l'a trouvée. Dans l'incertitude des lendemains et le doute quant aux nombreux projets structurants. Le Centre hospitalo-universitaire, le dédoublement de la voie ferrée Béjaïa-Beni Mansour, le complexe pétrochimique, le tramway, le téléphérique reliant la plaine au fort de Gouraya, le dédoublement des Routes nationales, particulièrement la RN 9 et la RN 26 sujettes aux embouteillages monstres, les logements sociaux et des aides octroyées aux zones rurales, les projets de zones d'expansion touristique retenus pour la wilaya de Béjaïa, le doute sur les projets d'alimentation en gaz naturel (gaz de ville) dans les diverses communes de la wilaya de Béjaïa dont les travaux n'ont pas encore été entamés, autant de projets, dont la concrétisation échoit au nouveau chef de l'exécutif. Le lourd héritage, un véritable fardeau que devra porter le nouveau wali. Maintenant que l'application de la méthode dure a montré ses limites sur le terrain, quelle stratégie faut-il appliquer pour cette wilaya? La concertation et le concours de tous les partenaires?
Le dialogue? Choisir un collectif de collaborateurs compétents, propres et honnêtes à même d'éviter d'être fourvoyé? Ce sont des pistes très sérieuses à explorer et qui peuvent susciter un cap d'autant plus que les pouvoirs publics s'apprêtent à réviser les Codes de wilaya et communal pour donner plus de prérogatives aux élus locaux, jusque-là limitées.
La conjoncture exige des actions concertées pour le bien de la région, son développement et par ricochet, le cadre de vie de ses habitants.
Mouvement partiel dans le corps des walis
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé à un mouvement partiel dans le corps des walis, a annoncé jeudi un communiqué de la présidence de la République dont voici le texte intégral. «Conformément aux dispositions de l'article 92, alinéa 10 de la Constitution, Son Excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a procédé ce jour, à un mouvement partiel dans le corps des walis.
A ce titre, sont nommés walis:
- Monsieur Hattab Mohamed, wali de Béjaïa.
- Monsieur Dziri Toufik, wali de Béchar.
- Monsieur Hadjar Mohamed, wali de Skikda.
- Monsieur Hachani Tahar, wali de Sidi Bel-Abbès.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.