Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ban Ki-moon appelle à la mise en place du pacte mondial
JOURNEE DES MIGRANTS
Publié dans L'Expression le 18 - 12 - 2016

Près de 7 200 migrants et réfugiés sont morts ou ont disparu depuis le début de l'année, dont la plupart en Méditerranée, a annoncé vendredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM)
La Journée internationale des migrants est l'occasion de dissiper les préjugés et de sensibiliser l'opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d'origine que de leur pays de destination, selon l'ONU.
Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé hier à la mise en place du pacte mondial pour des migrations «sûres, ordonnées et régulières», dans un message adressé à l'occasion de la journée internationale des migrants, célébrée le 18 décembre de chaque année. «En cette journée internationale des migrants, j'appelle la communauté internationale à s'employer à la mise en place du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières afin de bâtir un monde de paix, de prospérité de dignité et de possibilités pour tous», a dit M. Ban dans son message.
La Journée internationale des migrants est l'occasion de dissiper les préjugés et de sensibiliser l'opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d'origine que de leur pays de destination, selon l'ONU. A l'heure de la mondialisation, les migrations sont une réalité incontournable.
De nombreuses raisons amènent les gens à se déplacer - que ce soit pour étudier à l'étranger, rejoindre des membres de la famille, chercher un emploi ou des moyens de subsistance, ou assurer un meilleur avenir à leurs enfants. D'autres quittent leur pays pour fuir la criminalité, la violence, les conflits, la persécution, l'insécurité, la discrimination, les catastrophes naturelles et la dégradation de l'environnement, ou encore la pauvreté. La plupart passent d'un pays en développement à un autre ou quittent un pays en développement pour un pays développé. Les migrations jouent un rôle essentiel pour la croissance économique et le développement, notamment en remédiant aux pénuries du marché du travail à tous les niveaux de qualification. Les migrations ont des effets majoritairement positifs, aussi bien pour les pays d'origine que pour les pays d'accueil, explique l'ONU sur son site internet. Les migrations volontaires comme les déplacements forcés ont toujours été le lot commun de l'humanité. La plupart des gens comptent probablement parmi leurs ancêtres des personnes ayant migré, d'après la même source. En ces temps de mondialisation et d'interdépendance, la migration internationale pourrait bien devenir un phénomène encore plus répandu. L'intégration croissante des marchés du travail, la baisse du prix des transports et l'existence de réseaux d'information et de communication et de réseaux sociaux bien établis sont autant de facteurs qui favorisent la mobilité, prévient l'ONU. Si la plupart des migrations internationales sont motivées par des raisons économiques, les conflits, les violences, les persécutions, la répression politique et les autres violations graves des droits de l'homme figurent parmi les principales causes des mouvements de réfugiés et de déplacés, indique-t-elle. L'Organisation des Nations unies joue un rôle actif de catalyseur dans ce domaine, dans le but de créer davantage de dialogues et d'interactions au sein des pays et des régions, de favoriser les échanges d'expériences et les possibilités de collaboration. Le 19 septembre 2016, à l'occasion d'un sommet de haut niveau qui a eu lieu au siège de l'ONU à New York, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté des engagements essentiels visant à renforcer la protection de millions de personnes déplacées de force et qui se déplacent pour d'autres motifs dans le monde entier. Par ce texte, appelé la 'Déclaration de New York'', les Etats membres se sont engagés à «protéger les droits des réfugiés et des migrants, à sauver des vies et à partager la responsabilité du soutien et de l'accueil de ces réfugiés et migrants». En adoptant cette déclaration, ils se sont aussi engagés à «entamer des négociations menant à une conférence internationale et à l'adoption en 2018 d'un pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.