Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les cancéreux seront traités à domicile
NOUVELLE L'EXPERIENCE MEDICALE
Publié dans L'Expression le 24 - 12 - 2016

Le projet relatif à l'hospitalisation à domicile passe ces jours-ci devant le conseil d'administration de l'EHU avant d'être expédié au ministère de tutelle pour être avalisé.
HAD, trois lettres désignant tout simplement Hospitalisation à domicile des cancéreux tout en étant soigneusement pris en charge par des spécialistes loin des longues attentes dans les couloirs des hôpitaux. Il est l'un des projets phares de l'Etablissement hospitalier universitaire du 1er-Novembre. Cette innovation est en phase de mûrissement au niveau du service d'oncologie près l'EHU d'Oran. Selon les concepteurs, une telle expérience consiste à la prise en charge des cancéreux dans leurs foyers familiaux. Tel qu'elle a été expliquée par le chef de service oncologie de l'EHU d'Oran, le Pr Yamouni, une telle pratique associe la famille du malade aux praticiens spécialisés dans le traitement à domicile du malade en lui prodiguant les soins nécessaires.
Ledit projet est d'un impact plus ou moins important aussi bien pour le patient que pour sa famille et les praticiens spécialisés. Dans cette trouvaille, toutes les parties en relation avec un tel projet en sortent «gagnants». Se faire soigner à domicile épargne aux malades les déplacements époustouflants, tout comme il permet de réduire sensiblement la facture d'une hospitalisation traditionnelle et quotidienne ou encore ce que l'on appelle «le billet de salle». La direction de l'EHU d'Oran est favorable quant à donner son quitus pour se lancer dans une telle «aventure». En attendant, le projet devra passer ces jours-ci devant le conseil d'administration de l'EHU avant d'être expédié au ministère de tutelle pour qu'il soit avalisé. Tel qu'expliqué par les promoteurs d'une telle idée, la concrétisation d'un projet n'est ni rude ni encore impossible.
Dans un premier temps, une unité spécialisée sera mise en place pour se rendre au domicile des patients lourdement malades et personnes âgées en vue de leur apporter les soins palliatifs comme les cures et la chimiothérapie ne nécessitant pas la mobilisation d'importants équipements médicamenteux. La nécessité de passer au développement d'une telle application n'est pas venue des suites d'un simple fait du hasard. Elle est essentiellement motivée, voire imposée, par la phase de transition de la situation épidémiologique du pays et l'apparition de maladies chroniques, d'où les réflexions pour une meilleure prise en charge répondant aux aspirations des malades. Aussi, une telle approche est inscrite dans le cadre de «la démocratisation» des soins dans le cadre de la mise en application de la politique des soins de proximité. «Si une petite salle de soins d'une quelconque structure médicale sert au traitement des petits bobos, la chambre du domicile familial peut facilement être transformée en petite unité de soins dont les prestations seront assumées par une équipe mobile munie d'un programme tracé à l'avance», dira-t-on. «Vouloir» c'est subséquemment «pouvoir». D'autant que la «profession noble» continue à faire l'objet d'acerbes critiques provenant des malades et leurs familles criant à l'abandon et au renoncement par les praticiens du titre de leur noble fonction. Au niveau hiérarchique, le département de Boudiaf n'entravera pas le lancement d'un tel projet, l'hospitalisation à domicile et les soins qui s'ensuivent. Ces prestations s'inscrivent dans le cadre des prestations de proximité, codifiées récemment par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitaliers. Une telle trouvaille permettra la prise en charge d'un nombre important de malades. Pour peu que le département de Boudiaf prenne en compte la question liée aux moyens humains devant assumer une telle charge.
Le cancer est cette maladie qui continue à faire l'objet de dizaines d'études versant toutes dans un seul objectif: lui faire face aussi bien par les moyens scientifiques que techniques. Rien que pour la prostate, plus de 1500 nouveaux cas ont été diagnostiqués en Algérie en 2015. Le dépistage précoce de ce type de cancer chez les hommes âgés de plus de 50 ans est plus qu'impératif. Le cancer de la prostate fait partie des cinq types de cancers les plus répandus dans le monde. Il est la deuxième cause de mortalité venant après le cancer du poumon.
Le tabagisme, la consommation d'alcool et une mauvaise hygiène alimentaire en sont des éléments déclencheurs. Le ton est à la prévention contre la maladie. Cette maladie, sous toutes ses formes, est ravageuse. Selon les études des scientifiques, le cancer pourrait tuer jusqu'à 5,5 millions de femmes chaque année dans le monde à l'horizon 2030 soit près de 60% de plus par rapport à 2012.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.