Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump et la dure réalité de la Maison-Blanche
A MOINS DE TROIS SEMAINES DE SON ENTREE EN FONCTION
Publié dans L'Expression le 04 - 01 - 2017

La milliardaire populiste, dont la victoire surprise a déclenché une onde de choc dans son pays et à travers le monde, entrera le 20 janvier dans le mythique Bureau ovale avec un taux d'impopularité de 48%.
Donald Trump prendra dans moins de trois semaines les rênes d'une Amérique divisée, mais la stratégie du coup de gueule permanent qui l'a propulsé à la présidence des Etats-Unis risque de se heurter aux dures réalités du pouvoir à la Maison- Blanche. Son prédécesseur Barack Obama, qui avait mis en garde avant la présidentielle du 8 novembre contre le danger que représenterait M. Trump pour la démocratie, s'en va lui avec un taux de popularité record de 55%. Mais déjouant tous les pronostics, l'homme d'affaires, totalement novice en politique a rompu tous les codes, battu tous ses adversaires républicains avant de triompher - même s'il a perdu en nombre d'électeurs américains - face à la démocrate Hillary Clinton. Depuis, en pleine de période de transition, le climat politique est lourd et plein d'incertitudes. «C'est dur de dire ce à quoi s'attendre avec Trump, parce qu'il a si peu d'expérience du pouvoir politique et qu'il est évidemment d'humeur très changeante», s'inquiète Fred Greenstein, professeur à Princeton et auteur d'un ouvrage sur les présidents des Etats-Unis (The Presidential Difference: Leadership Style from FDR to Barack Obama»). De fait, près de deux mois après son élection, Donald Trump reste Donald Trump: il a gardé sa personnalité jugée erratique - il s'était lui-même décrit comme «imprévisible» -, et il poursuit sa communication fracassante sur Twitter, notamment sur les grands enjeux de politique étrangère. «Je ne sais pas ce qu'il veut faire et je crois que lui non plus», avait jugé au début décembre le sénateur démocrate Patrick Leahy. Mais à partir du 20 janvier, il lui faudra piloter la première puissance mondiale. Pour l'aider à trancher les dizaines de dossiers quotidiens, le commandant en chef aura à ses côtés 470 collaborateurs à la Maison-Blanche. Un ancien conseiller de la fameuse «West Wing» (Aile Ouest) le confie: «Je ne sais pas s'ils savent déjà» comment le 45e président des Etats-Unis, qui a passé jusqu'à présent le plus clair de son temps au sommet de sa tour Trump à Manhattan et dans son club de Floride, gèrera la réalité de l'exercice du pouvoir. Donald Trump aura à sa main une administration qu'il a minutieusement assemblée ces dernières semaines en un attelage de mem-
bres de sa famille, de milliardaires, d'hommes d'affaires, de caciques républicains et de généraux en retraite. Quel espace occuperont sa fille Ivanka Trump et son gendre Jared Kushner? Laissera-t-il de la place à son vice-président Mike Pence, à son secrétaire général, le hiérarque républicain Reince Priebus, ou à son conseiller en stratégie Steve Bannon, figure de l'extrême droite américaine? L'histoire de la manière dont les précédents présidents gouvernaient, narrée par le professeur Greenstein, est instructive. Le démocrate Jimmy Carter (1977-1981) permettait à son épouse Rosalynn d'assister à des réunions d'importance. Les démocrates Franklin Roosevelt (1933-1945) et Bill Clinton (1993-2001) laissaient leurs femmes Eleanor et Hillary influencer des orientations politiques. Le républicain Dwight Eisenhower, qui comme Donald Trump était novice en politique, aimait qu'un vif débat d'idées éclate entre ses conseillers avant de trancher. Au contraire, son lointain successeur républicain Ronald Reagan (1981-1988) détestait les conflits ouverts et s'était entouré d'un «intéressant triumvirat», explique M.Greenstein: (Edwin) «Meese, une sorte d'idéologue, Jim Baker, le politicien pragmatique et cadre républicain et Mike Deaver, l'homme des relations publiques et très proche de Nancy» Reagan. «Ils ne se disputaient pas car ils représentaient les différents visages de Reagan», souligne-t-il. Mais la «West Wing» a pu paraître trop étriquée aux ambitieux concurrents: comme sous la présidence de George Bush père (1989-1993), lorsque son secrétaire général John Sununu et son directeur du budget Richard Darman s'écharpaient sur les impôts. George W. Bush (2001-2008) avait dû aussi composer entre son puissant vice-président Dick Cheney et son influent ministre de la Défense Donald Rumsfeld. «Qui assiste aux réunions, qui a l'oreille du président, qui a la chance de lui parler avant qu'il ne décide, c'est fondamental», avait résumé M.Cheney avant d'être vice-président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.