L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dix ans de réclusion pour le kidnapeur
CONSTANTINE
Publié dans L'Expression le 18 - 04 - 2005

Le représentant du ministère après avoir retracé les faits démontrera avec précision l'acte volontaire de l'accusé
Une peine de dix années de réclusion criminelle a été prononcée samedi, à l'encontre de M.M., par le tribunal criminel de Constantine, pour les chefs d'inculpation suivants : constitution d'association de malfaiteurs, vol qualifié, faux et usage de faux et enlèvement.
Les faits de l'affaire remontent, selon l'arrêt de renvoi, au premier janvier 2003, date à laquelle le mis en cause fut arrêté par les services de sécurité. Celui-ci était à bord d'un véhicule, accompagné d'une jeune fille encore lycéenne. Cette dernière qui n'était autre que la victime, faisait l'objet d'un avis de recherche, suite à une plainte introduite par sa mère, laquelle témoigne de l'enlèvement de sa fille. Elle a été enlevée, ajoute l'arrêt de renvoi, par l'accusé au quartier de la Casbah pour être conduite à El-Harrach afin d'apporter un témoignage en faveur de son complice dans le cadre d'une autre affaire. Toujours selon l'arrêt de renvoi, le mis en cause avait volé le véhicule d'un citoyen résidant à Chelghoum Laïd, wilaya de Mila.
Il sera intercepté alors qu'il s'est arrêté à la station d'essence de Boumerdès. Transféré à Constantine, les services de sécurité, entamèrent aussitôt des investigations. Sur autorisation du représentant du ministère public, ces éléments de la police procèderont à une perquisition de son domicile sis à Aïn Smara. Ils découvriront un important lot de permis de conduire, des cartes grises, des attestations d'assurance, une bombe lacrymogène et d'innombrables clés de contact, produites avec un appareil de fabrication détenu par le mis en cause. L'accusé réfute toutes les accusations retenues à son encontre devant l'assistance judiciaire, déclarant ne pas connaître la victime. Cette dernière déclare à son tour, avoir été enlevée par l'accusé et relatera les faits, tels qu'ils sont dans l'acte d'accusation. Dans un réquisitoire remarquable et sévère, le représentant du ministère, après avoir retracé les faits, démontrera avec précision l'acte volontaire de l'accusé et demande au terme de son intervention une peine de 15 ans de prison ferme. Pour sa part, la défense usera de tout son talent, pour lever les charges retenues contre son mandant, en exhibant une copie du procès-verbal d'audition de la victime devant le magistrat instructeur de Chelghoum Laïd, faisant état que celle-ci (la victime) était partie avec l'accusé de son plein gré.
La défense, se basant sur l'absence de preuves, tente de semer le concept du doute. Elle tentera de faire rompre l'accusation d'enlèvement en réclamant les circonstances atténuantes pour son client. Après délibération du jury, l'accusé sera condamné à 10 années de réclusion criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.