L'agression féodale et le Hirak.    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les forces irakiennes progressent à Mossoul
LA RESISTANCE DE DAESH FAIBLIT
Publié dans L'Expression le 12 - 03 - 2017

Le groupe terroriste «EI» commence à lâcher à Mossoul face à l'avancée de l'armée irakienne
Les forces spéciales irakiennes ont encore progressé vendredi soir à Mossoul-Ouest où la résistance du groupe Etat islamique (EI) montre des signes d'affaiblissement face à l'offensive pour les chasser de leur dernier grand fief irakien.
En Syrie voisine, l'EI est aussi sur le recul mais le groupe jihadiste contrôle toujours son bastion de Raqqa, dans le nord du pays. Dans l'ouest de Mossoul, les forces du contre-terrorisme (CTS) ont repris vendredi le quartier d'Al-Amil al-Oula à l'issue de combats avec les jihadistes, selon le Commandement conjoint des opérations, qui coordonne la lutte contre l'EI en Irak.
Les CTS ont également repris le quartier d'Al-Amil al-Thaniyah, selon la même source. «L'ennemi s'était battu férocement sur la première ligne de défense», a indiqué le général Maan al-Saadi, haut commandant des CTS en référence aux premiers quartiers repris par les forces irakiennes depuis le lancement le 19 février de leur offensive pour la reconquête de Mossoul-Ouest. Mais l'EI «a perdu de nombreux combattants (...), l'ennemi commence à s'effondrer», a-t-il estimé. Les jihadistes ont envoyé vendredi des voitures piégées - technique régulièrement utilisée pour ralentir la progression des forces irakiennes -, «mais pas autant qu'ils en envoyaient au début de la bataille», a-t-il ajouté. Autre signe que l'étau se resserre sur l'EI à Mossoul, son chef Abou Bakr al-Baghdadi a «probablement quitté Mossoul avant que Mossoul et Tal Afar (plus à l'ouest) ne soient isolées par les forces irakiennes», selon un responsable américain. Le leader de l'EI avait proclamé en juin 2014 depuis Mossoul un «califat» sur des territoires à cheval entre l'Irak et la Syrie. En novembre dernier, il appelait les jihadistes à résister à l'offensive lancée sur la deuxième ville du pays le 17 octobre par l'armée irakienne. La bataille pour Mossoul - dont la partie orientale a été reprise par les forces irakiennes fin janvier - a déplacé plus de 215.000 personnes, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Parmi les centaines de milliers de civils toujours présents à Mossoul-Ouest, seuls quelque 50.000 ont réussi à fuir et rejoindre des camps de déplacés, précise l'OIM. «On était des boucliers humains» pour l'EI, a expliqué Abdel Razak Ahmed, un déplacé de 25 ans. «La vie était difficile, on avait faim, on ne mangeait que du pain et du tahiné» (crème de sésame), a affirmé un autre déplacé. En Syrie voisine, les jihadistes font face à trois forces distinctes autour de leur fief de Raqqa: les troupes turques et leurs alliés rebelles syriens, les forces gouvernementales syriennes appuyées par la Russie, et une alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis. Dans l'est de la province septentrionale d'Alep, les frappes russes et de l'armée syrienne, ainsi que les tirs d'artillerie se poursuivaient vendredi contre des positions de l'EI qui perd de plus en plus de terrain, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (Osdh, basé en Grande- Bretagne). Les raids ont visé notamment l'aéroport militaire d'al-Jarrah que le régime tente de reprendre, a ajouté l'Observatoire, précisant que 26 jihadistes ont été tués par ces frappes au cours des dernières 24 heures. Vendredi, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont affirmé à Moscou avoir normalisé leurs relations, en prônant le renforcement de leur coopération, notamment «dans la lutte contre les groupes terroristes», a indiqué M. Poutine. De son côté, Washington prévoit d'ajouter 400 soldats américains aux 500 déjà présents dans le nord de la Syrie, où ils appuient notamment l'offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS, alliance arabo-kurde) contre Raqqa. Cette situation déplaît à la Turquie qui s'oppose à ce que la reprise de Raqqa soit confiée aux FDS, considérées par Ankara comme un paravent pour les milices kurdes YPG, une organisation «terroriste» selon elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.