La dictature, la corruption et le mal-être de l'Algérie    Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mihoubi donne de nouvelles orientations
SUBVENTION DE PROJETS CINEMATOGRAPHIQUES DES JEUNES
Publié dans L'Expression le 18 - 03 - 2017

«L'ère du financement à cent pour cent des films par l'Etat est révolue», a affirmé, le ministre de la Culture.
Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a déclaré jeudi que «la nouvelle orientation» de son département consiste à subventionner les «projets cinématographiques à coût limité des jeunes», estimant «infructueux désormais de produire des films à coût élevé». «L'ère du financement à cent pour cent des films par l'Etat est révolue», a affirmé Mihoubi dans un entretien au journal «El Khabar» avant de préciser que les films à coût élevé étaient des «projets stratégiques» qui s'inscrivent en dehors «des critères retenus par le ministère de la Culture à travers la subvention du nouveau cinéma». Il a indiqué que l'Etat interviendra en tant que «partenaire» dans la production d'oeuvres cinématographiques avec la participation de différentes autres parties, soulignant que la tutelle «contribuera avec un taux précis» à la subvention du film. Evoquant le film «l'Emir Abdelkader», le ministre de la Culture a rappelé de nouveau, que le travail «est gelé» car exigeant «un degré élevé de qualité et de maîtrise» et un scénario qui renferme les différents aspects de la personnalité de l'Emir et une société de production «sérieuse» y compris algérienne et jouissant d'«une vision précise pour produire un film international». «Il n'y a aucun inconvénient» à faire appel à un partenaire étranger pour la production du film, a-t-il dit réitérant que l'examen de ce projet aura lieu après la production par le ministère des deux films «Ben M'hidi» et «Ben Badis». Lors d'une plénière en février dernier à l'Assemblée populaire nationale (APN), le ministre de la Culture a relevé que le film sur l'Emir Abdelkader est actuellement gelé en raison de l'absence d'un «bon scénario» pouvant retracer la personnalité «singulière» de l'Emir et de son financement. S'exprimant sur la contribution du privé à l'activité culturelle, il a estimé que les investisseurs privés en Algérie n'avaient pas la culture de l'investissement dans ce domaine comme le cinéma, le théâtre, les arts plastiques et autres même «si rien ne les empêche de le faire». Il a insisté à ce propos, sur la nécessité de «sensibiliser» ces investisseurs en les invitant à investir dans le secteur de la culture, rappelant l'existence d'initiatives dans ce domaine, d'Algériens et d'étrangers, et tout particulièrement dans le cinéma. D'autre part, Mihoubi a jugé impératif de «réviser la loi sur le cinéma» qui comporte certaines «entraves» inhibitrices de la capacité des sociétés cinématographiques algériennes dans le domaine de la commercialisation, du tournage et de distribution. Les lois doivent être «plus souples et à l'extrême même» comme c'est le cas des textes de lois sur le cinéma dans les pays voisins, a-t-il poursuivi. En réponse à une question sur la projection de films internationaux confiée à l'Office national de la culture et de l'information (Onci), le ministre de la Culture a annoncé que des accords ont été conclus entre l'office et certains distributeurs cinématographiques mondiaux pour la projection de nouveaux films dans les «salles de cinéma à Alger, Constantine et Oran et autres villes». «Il existe plus de 20 salles de cinéma» relevant de la cinémathèque habilitées à présenter ces projections «outre les 67 autres salles» du ministère de la Culture et certaines communes disposées à céder des salles au ministère dans un cadre commercial, a-t-il renchéri. Enfin, Mihoubi a ajouté que le secteur de la culture avait besoin de «réformes profondes», tous azimuts, qu'il s'agisse de «la révision des lois» en vue d'une adaptation aux grands changements de par le monde ou alors en «mettant fin» à l'idée selon laquelle l'Etat façonne à lui seul la culture.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.