Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    La Ligue arabe condamne les nouvelles agressions israéliennes sur Ghaza    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Foot/Qualifications CAN-2021: Algérie-Zambie: éviter de trébucher d'entrée    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Accidents de la route: 5 morts et 2 blessés en 24 heures    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 : les Algériennes Saifi en argent et Djelal en bronze    La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Les campus au rendez-vous    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Rupture et montée en gamme    Séance surréaliste à l'APN    Que reste-t-il du grand clasico ?    Amrouche convoque 25 joueurs    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Diabète : la guerre des chiffres    Vivre avec et contre le passé    L'UE valide l'étiquetage «colonies israéliennes»    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Album Live de Hakim Hamadouche : Hommage funky à M'hamed El Anka    ACCUSER L'HIVER ET LES SAISONS    38ème mardi de mobilisation: Les étudiants réclament «une justice indépendante»    Le pari gagnant de l'Algérie    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Le prononcé du jugement renvoyé au 19 novembre    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Place aux entreprises algériennes    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Coopération L'Algérie et le Gabon aspirent à la promotion de leurs relations économiques    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mihoubi donne de nouvelles orientations
SUBVENTION DE PROJETS CINEMATOGRAPHIQUES DES JEUNES
Publié dans L'Expression le 18 - 03 - 2017

«L'ère du financement à cent pour cent des films par l'Etat est révolue», a affirmé, le ministre de la Culture.
Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a déclaré jeudi que «la nouvelle orientation» de son département consiste à subventionner les «projets cinématographiques à coût limité des jeunes», estimant «infructueux désormais de produire des films à coût élevé». «L'ère du financement à cent pour cent des films par l'Etat est révolue», a affirmé Mihoubi dans un entretien au journal «El Khabar» avant de préciser que les films à coût élevé étaient des «projets stratégiques» qui s'inscrivent en dehors «des critères retenus par le ministère de la Culture à travers la subvention du nouveau cinéma». Il a indiqué que l'Etat interviendra en tant que «partenaire» dans la production d'oeuvres cinématographiques avec la participation de différentes autres parties, soulignant que la tutelle «contribuera avec un taux précis» à la subvention du film. Evoquant le film «l'Emir Abdelkader», le ministre de la Culture a rappelé de nouveau, que le travail «est gelé» car exigeant «un degré élevé de qualité et de maîtrise» et un scénario qui renferme les différents aspects de la personnalité de l'Emir et une société de production «sérieuse» y compris algérienne et jouissant d'«une vision précise pour produire un film international». «Il n'y a aucun inconvénient» à faire appel à un partenaire étranger pour la production du film, a-t-il dit réitérant que l'examen de ce projet aura lieu après la production par le ministère des deux films «Ben M'hidi» et «Ben Badis». Lors d'une plénière en février dernier à l'Assemblée populaire nationale (APN), le ministre de la Culture a relevé que le film sur l'Emir Abdelkader est actuellement gelé en raison de l'absence d'un «bon scénario» pouvant retracer la personnalité «singulière» de l'Emir et de son financement. S'exprimant sur la contribution du privé à l'activité culturelle, il a estimé que les investisseurs privés en Algérie n'avaient pas la culture de l'investissement dans ce domaine comme le cinéma, le théâtre, les arts plastiques et autres même «si rien ne les empêche de le faire». Il a insisté à ce propos, sur la nécessité de «sensibiliser» ces investisseurs en les invitant à investir dans le secteur de la culture, rappelant l'existence d'initiatives dans ce domaine, d'Algériens et d'étrangers, et tout particulièrement dans le cinéma. D'autre part, Mihoubi a jugé impératif de «réviser la loi sur le cinéma» qui comporte certaines «entraves» inhibitrices de la capacité des sociétés cinématographiques algériennes dans le domaine de la commercialisation, du tournage et de distribution. Les lois doivent être «plus souples et à l'extrême même» comme c'est le cas des textes de lois sur le cinéma dans les pays voisins, a-t-il poursuivi. En réponse à une question sur la projection de films internationaux confiée à l'Office national de la culture et de l'information (Onci), le ministre de la Culture a annoncé que des accords ont été conclus entre l'office et certains distributeurs cinématographiques mondiaux pour la projection de nouveaux films dans les «salles de cinéma à Alger, Constantine et Oran et autres villes». «Il existe plus de 20 salles de cinéma» relevant de la cinémathèque habilitées à présenter ces projections «outre les 67 autres salles» du ministère de la Culture et certaines communes disposées à céder des salles au ministère dans un cadre commercial, a-t-il renchéri. Enfin, Mihoubi a ajouté que le secteur de la culture avait besoin de «réformes profondes», tous azimuts, qu'il s'agisse de «la révision des lois» en vue d'une adaptation aux grands changements de par le monde ou alors en «mettant fin» à l'idée selon laquelle l'Etat façonne à lui seul la culture.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.