Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une loi pour la relance
Cinéma
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 07 - 2010

Attendue depuis longtemps, une loi pour la relance de l'industrie cinématographique en Algérie est sur le point d'être adoptée par l'APN. Le projet de loi fixant les règles générales relatives à l'industrie et à l'activité commerciale cinématographiques a été étudié et approuvé récemment par le Conseil des ministres.
Cette loi, qui donnera un nouveau souffle au cinéma algérien, devra régir l'activité commerciale dans le domaine du cinéma et promouvoir cette industrie en tant que vecteur de diffusion de l'identité, de la culture et de l'histoire nationales. Ce projet de loi est venu à temps pour répondre aux multiples appels des producteurs, réalisateurs, scénaristes et des associations les représentant.
Avec cette loi qui sera appliquée dès sa promulgation, les sociétés privées locales s'occuperont plus de la gestion et de la production au lieu de perdre leur temps à remplir des dossiers et attendre les décisions de diverses commissions et même à chercher le piston. Avec cette loi, les choses devront être plus claires et les aides pour certains projets liés notamment aux productions sur la lutte de libération seront subventionnés directement selon les nouveaux textes qui seront adoptés.
Dès la promulgation des nouveaux textes, «la réalisation, l'exploitation, la diffusion et la distribution des œuvres cinématographiques, ainsi que la projection publique de films à des fins non lucratives seront soumises à une autorisation du ministère chargé de la culture, conformément aux règles universelles en usage. L'exploitation des salles de projection cinématographique sera, quant à elle, soumise à un cahier des charges».
Le texte obligera les gestionnaires à déposer une copie des films nationaux et étrangers diffusés dans le pays à l'expiration des droits d'exploitation, ainsi que des films déjà produits ou à produire relatifs à la guerre de libération nationale auprès de l'instance chargée de la conservation cinématographique. Afin d'encourager la promotion de l'industrie cinématographique, la nouvelle loi obligera les producteurs étrangers procédant à des réalisations en Algérie, à faire participer des collaborateurs nationaux. Le texte cite aussi l'aide publique aux sociétés locales de production, de distribution, d'exploitation et de diffusion cinématographiques.
La formation et la réhabilitation des salles
Le volet enseignement n'a pas été omis puisque le nouveau texte prévoit un soutien à la formation aux nouveaux métiers du cinéma et des encouragements aux stagiaires. Abdelaziz Bouteflika, qui présidait le Conseil des ministres, a déclaré que «la régulation des activités liées au cinéma participe de la volonté de I'Etat de concourir à la relance de cette industrie, dans le cadre des efforts publics pour la renaissance de la culture nationale en général, et que de ce fait cette nouvelle législation devra être suivie dès sa promulgation, de ses textes d'application».
Le président de la République, qui a demandé au gouvernement d'encourager la production cinématographique nationale, a indiqué que la production des films liés à la lutte de libération nationale sera soutenue par un budget de l'Etat. Pour ce qui est de la célébration du 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, le chef de l'Etat a chargé le gouvernement de mobiliser le concours de la production cinématographique et de celle de la télévision nationale «afin de mieux faire connaître aux nouvelles générations le tribut versé par leurs aînés pour l'indépendance ainsi que les progrès réalisés par le pays depuis lors».
Le Président a également cité le cas des salles de cinéma qui devront être réhabilitées et bien gérées. Suite à l'annonce de l'approbation de ce projet de loi par le gouvernement, les cinéastes contactés ont été unanimes à dire que c'est une très bonne nouvelle pour une vraie relance du cinéma algérien qui avait une excellente place dans les années 1970.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.