Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une loi pour la relance
Cinéma
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 07 - 2010

Attendue depuis longtemps, une loi pour la relance de l'industrie cinématographique en Algérie est sur le point d'être adoptée par l'APN. Le projet de loi fixant les règles générales relatives à l'industrie et à l'activité commerciale cinématographiques a été étudié et approuvé récemment par le Conseil des ministres.
Cette loi, qui donnera un nouveau souffle au cinéma algérien, devra régir l'activité commerciale dans le domaine du cinéma et promouvoir cette industrie en tant que vecteur de diffusion de l'identité, de la culture et de l'histoire nationales. Ce projet de loi est venu à temps pour répondre aux multiples appels des producteurs, réalisateurs, scénaristes et des associations les représentant.
Avec cette loi qui sera appliquée dès sa promulgation, les sociétés privées locales s'occuperont plus de la gestion et de la production au lieu de perdre leur temps à remplir des dossiers et attendre les décisions de diverses commissions et même à chercher le piston. Avec cette loi, les choses devront être plus claires et les aides pour certains projets liés notamment aux productions sur la lutte de libération seront subventionnés directement selon les nouveaux textes qui seront adoptés.
Dès la promulgation des nouveaux textes, «la réalisation, l'exploitation, la diffusion et la distribution des œuvres cinématographiques, ainsi que la projection publique de films à des fins non lucratives seront soumises à une autorisation du ministère chargé de la culture, conformément aux règles universelles en usage. L'exploitation des salles de projection cinématographique sera, quant à elle, soumise à un cahier des charges».
Le texte obligera les gestionnaires à déposer une copie des films nationaux et étrangers diffusés dans le pays à l'expiration des droits d'exploitation, ainsi que des films déjà produits ou à produire relatifs à la guerre de libération nationale auprès de l'instance chargée de la conservation cinématographique. Afin d'encourager la promotion de l'industrie cinématographique, la nouvelle loi obligera les producteurs étrangers procédant à des réalisations en Algérie, à faire participer des collaborateurs nationaux. Le texte cite aussi l'aide publique aux sociétés locales de production, de distribution, d'exploitation et de diffusion cinématographiques.
La formation et la réhabilitation des salles
Le volet enseignement n'a pas été omis puisque le nouveau texte prévoit un soutien à la formation aux nouveaux métiers du cinéma et des encouragements aux stagiaires. Abdelaziz Bouteflika, qui présidait le Conseil des ministres, a déclaré que «la régulation des activités liées au cinéma participe de la volonté de I'Etat de concourir à la relance de cette industrie, dans le cadre des efforts publics pour la renaissance de la culture nationale en général, et que de ce fait cette nouvelle législation devra être suivie dès sa promulgation, de ses textes d'application».
Le président de la République, qui a demandé au gouvernement d'encourager la production cinématographique nationale, a indiqué que la production des films liés à la lutte de libération nationale sera soutenue par un budget de l'Etat. Pour ce qui est de la célébration du 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, le chef de l'Etat a chargé le gouvernement de mobiliser le concours de la production cinématographique et de celle de la télévision nationale «afin de mieux faire connaître aux nouvelles générations le tribut versé par leurs aînés pour l'indépendance ainsi que les progrès réalisés par le pays depuis lors».
Le Président a également cité le cas des salles de cinéma qui devront être réhabilitées et bien gérées. Suite à l'annonce de l'approbation de ce projet de loi par le gouvernement, les cinéastes contactés ont été unanimes à dire que c'est une très bonne nouvelle pour une vraie relance du cinéma algérien qui avait une excellente place dans les années 1970.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.