Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ONU dénonce une attaque meurtrière dans le Sud
LIBYE-TERRORISME
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2017

L'émissaire de l'ONU en Libye, Martin Kobler, a dénoncé hier une attaque contre une base militaire dans le Sud libyen contrôlée par les forces du maréchal Khalifa Haftar, qui aurait fait «un nombre important de morts».
Selon des sources militaires, la 3e Force, un puissant groupe armé de la ville de Misrata, officieusement loyal au gouvernement d'union nationale (GNA), a mené jeudi une attaque contre la base aérienne de Brak al-Shati (sud) contrôlée par l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Haftar. «Je suis indigné par des informations sur un nombre important de morts, y compris des civils, et des rapports selon lesquels des exécutions sommaires auraient pu avoir lieu», a indiqué M. Kobler dans un communiqué, sans donner de précisions sur le nombre des victimes. Il n'était pas possible dans l'immédiat d'obtenir un bilan des victimes de source indépendante. Mais des médias libyens font état de plus de 60 morts. «Dégoûté par l'attaque contre Brak al-Shati et les rapports sur des exécutions de masse. Les auteurs doivent être traduits en justice», a écrit de son côté l'ambassadeur britannique en Libye Peter Millett sur son compte Twitter. Homme fort de l'est libyen, le maréchal Haftar est appuyé par le Parlement élu basé à Tobrouk (est), hostile comme lui au GNA issu d'un accord interlibyen signé fin 2015 au Maroc sous l'égide de l'ONU. Une récente rencontre à Abou Dhabi entre le chef du GNA, Fayez al-Sarraj et le maréchal Haftar, a permis un timide rapprochement entre les deux hommes qui ont convenu d'arrêter l'escalade militaire dans le sud. Depuis le début du mois d'avril, les forces loyales à Haftar ont mené plusieurs attaques contre la base aérienne de Tamenhant contrôlée par la 3e Force. Cette base située près de la ville de Sebha, à plus de 600 km au sud de Tripoli, est convoitée pour sa position stratégique. Mais après sa rencontre avec M.Al-Sarraj, M.Haftar a suspendu son offensive dans le sud. Aguila Saleh, le président du parlement élu, a condamné «l'attaque terroriste perpétrée par les milices de la 3ème Force et par ses alliés (...) contre la base aérienne de Brak al-Shati», faisant état d'un «nombre de martyrs parmi les forces armées». Il a dénoncé «une violation grave de l'accord de trêve conclu à Abou Dhabi» entre M.Sarraj et le maréchal Haftar. M.Saleh a indiqué avoir donné ses directives aux forces armées afin qu'elles «prennent les mesures nécessaires pour riposter à cette offensive et à défendre le Sud et le nettoyer de toutes les milices hors-la-loi».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.