Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cent millions la rate
LA CHRONIQUE JUDICIAIRE
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2005

Ahmed Moussouni, 50 ans, risque cinq ans de réclusion criminelle pour une ablation de la rate de son voisin. Deux avocats le soutiennent. Mezdour préside les débats haut la main...
Pour avoir donné des coups et blessures volontaires à l´aide d´un manche à balai, ayant occasionné l´ablation de la rate, Ahmed passe devant le tribunal criminel de Blida. Le " 264 " alinéa " 3 " a été retenu.
Des débats, il est apparu qu´une querelle s´est transformée en rixe. L´accusé plaidera la provocation, cette excuse que reprendront plus tard Maîtres Morsli Jr Amine et Djamel Boulfrad, ses deux défenseurs qui s´étaient monté une stratégie de défense sans faille, pour atteindre deux résultats :
Anéantir le rude réquisitoire de Zarg Erras, le PG qui n´a fait que son métier. Faire libérer le soir même leur client dont le moral était au plus bas. Omar Mezdour, le président du tribunal criminel, entouré de Rahim et Boublata, a dominé les débats de la tête et des épaules. Mieux, il a permis à toutes les parties de s´exprimer librement, surtout l´accusé qui avait sur le coeur, les lèvres et dans le regard, tous les supplices que peut faire naître la provocation. Il a presque hurlé sa douleur tout en regrettant son malheureux geste. "J´aurais tout de même dû me contrôler et ne pas céder à mes pulsions nées d´une légitime colère ", s´est-il lamenté à un moment donné de l´audience, surtout lorsque Me Amine Morsli avait rappelé que la victime qui était dans un état d´ivresse manifeste avait brisé une bouteille de vin, couru derrière le gamin de l´accusé pour lui faire mal. "Il vous l´a dit. Il a reconnu ".
Me Boulfrad continue sur sa lancée pour demander aux membres du tribunal criminel de prendre en considération le fait que les blessures et les coups ont été provoqués par des coups sont excusables, s´ ils ont été provoqués par des coups ou violences graves envers les personnes, tout comme pour le meurtre.
"Ce n´est pas moi qui l´ai inventé, c´est l´article 277 du code pénal ", siffle le conseil du commerçant à bout de souffle depuis le box où il est installé depuis 9 heures du matin. Il était 11h45 lorsque le PG fait son réquisitoire à la " tronçonneuse " sans état d´âme et sans autre forme de... " procès " : "Cinq ans de réclusion criminelle le feront réfléchir, la prochaine fois qu´il s´empare d´un manche à balai et qu´il est énervé pour n´importe quelle cause ".
Auparavant, la victime à travers son avocat, Me Amel Saoudi, avait réclamé deux cent millions de centimes à titre de dommages et intérêts. Med Boughlef faisait la tête de victime, évidemment.
Les deux avocats plaideront par une mise en scène qui fait plaisir.
C´est le jeune conseil de Sidi Aïd qui entame sur les chapeaux de roues la première plaidoirie. "Ce qui fait certainement plaisir aux membres du tribunal criminel, c´est que l´accusé Ahmed a reconnu les faits. Il a fait économiser son temps au tribunal ", a martelé Me Amine Morsli qui a fait une courte halte autour du rapport d´expertise qui a été bel et bien occasionné par des circonstances atténuantes.
Lui succédant, Me Boulfrad prend d´emblée à la gorge le rapport d´expertise et ses conclusions qui demeurent un bon moyen d´instruction.
"Résultat? L´éventualité d´une petite anémie pouvait avoir causé l´ablation de la rate de la victime. Sur ce, la défense réclame une peine de prison assortie du sursis, surtout que l´accusé a déjà purgé onze mois de détention. Nous estimons qu´il a assez payé sa vendetta ", conclut le défenseur qui sera heureux tout comme son jeune confrère et aussi à la suite des trois ans assortis du sursis. La maman de Ahmed jubile. Cent millions de dommages ont été accordés à la victime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.