Réunion du gouvernement: Dessalement et urbanisme au menu    Domiciliation bancaire: Des importateurs veulent plus de concertation    Pouvoir pour savoir    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Football - Ligue 1: Une étape décisive    Dr Elias Akhamouk: «L'Algérie pas à l'abri de la variole du singe»    Une saison estivale sous haute surveillance: Un dispositif de lutte contre les MTH et les zoonoses    Les dos d'âne et la responsabilité de chacun    Le miroir de l'Histoire    L'Art est moins un métier qu'un beau voyage    ECRITS FRATERNELS    Le métro d'Alger voit le bout du tunnel    Les Algériens visent le podium    Le Barça galère dans son opération de dégraissage    La vente approuvée    Quand les Américains surfent à Alger    Algérie-Italie : il n'y a pas que le gaz    Le sort du député Bekhadra scellé    L'ANP fait son bilan    Démantèlement d'un réseau national d'organisation de traversées clandestines    «L'Algérie est notre partenaire stratégique»    L'Amérique sous le choc    La Russie exige la levée des sanctions    Le commandement de la Wilaya III revisité    Rien n'est interdit entre Alger et Rome    Plus de 100 écrivains présents    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Le procès a failli «dégénérer»    La démonstration des Forces navales    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Premier ministre proclame la "victoire" sur Daesh
DERNIÈRE POCHE DE RESISTANCE DES JIHADISTES À MOSSOUL
Publié dans L'Expression le 12 - 07 - 2017

Haidar al-Abadi (quatrième à partir de la gauche) entouré de l'état-major de l'armée à Mossoul où il proclama, lundi soir, la «victoire» sur le groupe terroriste Daesh
Les forces irakiennes tentaient d'éliminer hier la dernière poche de résistance jihadiste à Mossoul après un déplacement du Premier ministre dans la ville dévastée pour féliciter les troupes pour leur «victoire».
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a proclamé la veille la victoire sur «la brutalité et le terrorisme» après que ses forces ont mis fin à la mainmise de l'organisation Etat islamique (EI) sur cette deuxième ville du pays, dévastée par des mois de combats. Mais les autorités sont désormais confrontées à la tâche titanesque de sa reconstruction et au sort d'un million de réfugiés. Après une offensive d'envergure soutenue par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, lancée le 17 octobre 2016, les forces irakiennes ont «libéré» la ville septentrionale tombée en 2014 aux mains des jihadistes, responsables d'atrocités et d'attentats meurtriers. Le président américain Donald Trump, en félicitant M. Abadi, a souligné que les jours de l'EI «sont comptés» en Irak et en Syrie voisine. Son chef de la diplomatie Rex Tillerson a dit que la «libération» de Mossoul représentait une «étape cruciale» dans le combat mondial contre l'EI mais que la lutte antijihadistes n'était pas terminée. «Notre victoire aujourd'hui est une victoire sur la brutalité et le terrorisme. J'annonce aujourd'hui au monde entier la fin, l'échec et l'effondrement de l'Etat terroriste fictif» de l'EI, a lancé M. Abadi, en uniforme militaire noir et casquette sur la tête. Il a également affirmé que les priorités de son gouvernement étaient désormais la «stabilité et la reconstruction», alors qu'une tâche titanesque attend le pouvoir pour reconstruire la ville en partie en ruines et aider les centaines de milliers de civils déplacés. Les forces irakiennes s'efforçaient d'éliminer l'ultime poche de résistance dans la vieille ville de Mossoul, où les derniers jihadistes sont encerclés dans un petit réduit, selon les commandants irakiens. Les affrontements se déroulaient encore dans un réduit d'environ 200 m sur 100, selon le général Sami al-Aridhi. Des soldats armés de mitrailleuses et de fusils ont tiré des toits des bâtiments largement détruits, alors que des colonnes de fumée s'élevaient du vieux Mossoul après le passage de l'aviation. Les jihadistes «n'acceptent pas de se rendre. Ils crient Nous ne nous rendrons pas, nous voulons mourir'», a ajouté le général Aridhi, en jugeant «probable que les combats se terminent» lundi. Selon lui, entre 3000 et 4000 civils restent dans la poche jihadiste mais ce chiffre n'a pu être confirmé de source indépendante. Des photos montrent l'ampleur des dégâts dans la vieille ville. Plus un toit ne semble tenir debout et nombre de bâtiments sont complètement aplatis. La reprise de Mossoul constitue le plus important succès de Baghdad depuis que le groupe extrémiste sunnite s'était emparé en 2014 de vastes régions en Irak dont Mossoul. Cette victoire ne porte toutefois pas le coup de grâce à l'EI, qui détient toujours des portions de territoires en Irak, et des secteurs plus importants encore en Syrie voisine, même s'il a également perdu du terrain dans ce pays où son fief de Raqqa est assiégé par des forces soutenues par les Etats-Unis. La victoire à Mossoul a été obtenue au prix de milliers de victimes, civils et militaires, d'une crise humanitaire énorme et de destructions colossales. Amnesty International a réclamé hier la création d'une commission indépendante sur les crimes qui ont pu être commis contre les civils à Mossoul par le groupe Etat islamique (EI), mais aussi par les forces irakiennes et la coalition anti-jihadiste. Près d'un million de civils ont fui la ville depuis le début de l'offensive et 700.000 d'entre eux sont toujours déplacés, selon l'ONU. Ceux qui sont restés piégés longtemps dans la ville ont vécu dans des conditions «terribles», subissant pénuries, bombardements et intenses combats, et servant de «boucliers humains» à l'EI, d'après l'ONU. «C'est un soulagement que la campagne militaire à Mossoul touche à sa fin. Le combat est peut-être terminé mais la crise humanitaire ne l'est pas», a dit Lisa Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU pour l'Irak. «Il est probable que des milliers de personnes vont devoir rester déplacées pendant des mois», a prévenu le Haut-commissariat pour les réfugiés. «Beaucoup n'ont de plus maison et les services de base comme l'eau et l'électricité. Les infrastructures comme les écoles et les hôpitaux ont besoin d'être reconstruits ou réparés».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.