Une secousse tellurique de 3,2 enregistrée à Mostaganem    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Artistiquement vôtre!
FESTIVAL RACONTE-ARTS DE TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 24 - 07 - 2017


L'artiste Denis Martinez devant son public
Prisé année après année, le festival annuel qui est à sa 14ème édition se tiendra au niveau du village Aït Ouabane (Tizi Ouzou) et ce, du 24 au 31 juillet.
Placée sous le thème «Akken avridh yiwen ur thitettu» («Pour que nul n'oublie le chemin»), la manifestation pluridisciplinaire va abriter de nombreux événements durant cette semaine où troupes et artistes algériens et étrangers feront vivre le village de Aït Ouabane de façon hautement colorée et artistique. Pendant une semaine, le village vivra au rythme des conférences, rencontres avec des auteurs tels Riccardo Nicolai, Tarik Djerroud, Sarah Haidar et autres Dominique Devigne et Slimane Saâdoune. Mais aussi du théâtre de rue, des performances poétiques et des projections-débats, animant ainsi ce village de la meilleure façon qu'elle soit, avec de la culture et de la bonne humeur à gogo. Ayant accueilli 15 000 visiteurs lors de la précédente édition, la mouture 2017 de Raconte-Arts devrait sans doute réitérer l'exploit, ses événements étant gratuits et ouverts au public. L'ouverture officielle aura lieu le 24 juillet à la placette centrale du village. Le coup d'envoi sera donné par un récital de la chorale Tilleli de Aït Ouabane, s'ensuivra une animation par la troupe «Idhebalen» de Aït Ouabane. Le point inaugural du festival sera l'intervention graphique in situ de Denis Martinez.
On assistera en soirée à la projection du film «Krim Belkacem» de Ahmed. Rachedi. Le lendemain, la matinée sera consacrée à la présentation publique d'un livre par son auteur. L'après-midi quant à elle, sera marquée par le rayon cinéma avec la projection de divers courts métrages au niveau de la petite salle (sous-sol de la mosquée). Le soir, place au 4e art avec la troupe Tiziri 13 de Tunisie qui présentera «Ainsi blatérait le chameau», puis «La poudre d'intelligence» par la troupe Debza. Le mercredi 26, le programme se poursuivra encore avec de la littérature en matinée et du cinéma en fin d'après-midi, sans oublier le théâtre en soirée, avec cette fois la présentation de «La belle indicible» de Kahina Bari puis «La guerre de deux mille ans» par la troupe «Machahu». Le jeudi 27 juillet sera marqué par une performance artistique intitulée «Fougue, vacuité, évanouissement...», mais aussi des contes et calligraphie, lesquels seront donnés par Fayçal Bellatar et Fouad. La soirée accueillera «la Nuit du conte» sous les étoiles avec la complicité de plus de 10 conteurs venus d'ici et d'ailleurs...Le vendredi 28 juillet sera jour de marché des femmes du village désireuses de vendre les productions de la saison, (l'association Asurif). L'après-midi sera consacrée à la célébration du centenaire de Mouloud Mammeri. A ce titre, une conférence intitulée «La voie tracée par Mouloud Mammeri pour la sauvegarde de l'âme kabyle», sera animée par Hamid Bile et une autre autour de «Mammeri, le linguiste et l'homme de lettres» par Hacène Halouane. «Le tourisme solidaire et patrimoine» fera aussi l'objet de débat et de discussions. Ainsi, «La revalorisation du patrimoine kabyle comme potentialité touristique, un enjeu au développement local et durable», est un autre thème qui sera discuté par Atek Samir. Enfin, «Peut-on dynamiser le tourisme si notre patrimoine n'est pas protégé et valorisé?» sera quant à lui le thème d'une autre table ronde qui verra la participation du directeur de la Chambre des métiers et de l'artisanat et un représentant de la direction du tourisme de la wilaya de Tizi Ouzou, Yacine Si Ahmed (journaliste) et Samir Atek (universitaire). Le soir, place au Grand carnaval ayredien dans tout le village, une manière de revisiter une tradition ancestrale berbère à laquelle tout le monde participe. De la musique et des chants au féminin, figureront aussi au menu avec Mucat, Amel Zen et Hayeth Zerrouk à l'école primaire du village. Le samedi 29 juillet sera l'occasion d'aborder la question de l'environnement et l'agriculture de montagne. «La forêt-école», un projet structurant est le thème d'une conférence qui sera présentée par Rachid Benmellat, tandis que «Comment concilier productivité agricole et protection de la nature?» sera traité lors d'une autre table ronde avec Bouzid Sennane (ID Méditerranée) et un représentant de la Chambre de l'agriculture. Cette nuit-là sera rehaussée par l'action «Allumez les lumières, nous avons soif de voir!» qui consistera en une déambulation nocturne à la bougie dans les ruelles du village. La soirée s'achèvera en beauté avec un concert de Akli D. Le dimanche 30 juillet sera marqué durant l'après-midi par un grand spectacle de restitution des ateliers.Le soir, le public pourra apprécier le récital de musique et de chant baptisé «Exils et territoires» que donnera Tighri Uzar. La clôture du festival aura lieu à nouveau sur la placette principale du village avec le travail in situ de Denis martinez. Ainsi, après les feux de forêts à Tizi Ouzou, espérons que cette région refleurira de plus belle avec mille explosions de couleurs grâce à la diversité culturelle qu'apportera cette manifestation... Pour info aussi, à l'occasion de cette 14ème édition du festival Raconte-Arts et avec le soutien du Cisp Algérie et le Gtpca, un atelier résidence «Artwatch» spécial se tiendra également du 25 au 30 juillet autour des «droits des artistes et liberté d'expression créative». Cet atelier est une opportunité, affirme son concepteur Malik Chaoui, «pour les participants d'échanger leurs expériences et mieux comprendre ce que l'on entend par droits humains, droits artistiques et liberté d'expression créative, ainsi que leurs liens pour mieux cerner les problèmes auxquels fait face le secteur culturel en Algérie et en Afrique. La résidence, quant à elle, aboutira à la création d'oeuvres artistiques et créatives pluridisciplinaires qui seront exposées-performées - lors de la clôture populaire du Raconte-Arts le 30 juillet 2017, comme modèle concret de plaidoyer pour les droits des artistes et la liberté d'expression créative visant les acteurs et public présents au Raconte-Arts». L'atelier résidence est ouvert gratuitement à toute personne motivée et accréditée au festival. Pour y participer, il suffit d'écrire à [email protected] Raconte-Arts promet cette année encore plus d'ambiance, artistiquement vôtre!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.