Boukadoum: la diplomatie algérienne accorde un intérêt particulier à l'Afrique, surtout le Sahel et son environnement immédiat    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    Souk Ahras : dénombrement de 1 496 oiseaux d'eau nicheurs à travers 11 zones humides    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Alger ferme ses plages    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    Un lourd héritage    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Plus de 460 Algériens bloqués au Maroc rapatriés    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Les habitants réclament leur réouverture    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manoeuvres militaires au Venezuela
IL A ETE FRAPPE PAR DES SANCTIONS FINANCIÈRES AMERICAINES
Publié dans L'Expression le 27 - 08 - 2017

Sur ordre du président Maduro, l'armée vénézuélienne a été mise en état d'alerte pour parer à toute éventuelle intervention militaire américaine
Des avions, des chars et des milliers de soldats étaient mobilisés hier et aujourd'hui au Venezuela pour des exercices militaires ordonnés par le président Nicolas Maduro en réponse à la menace de son homologue américain Donald Trump, au lendemain des nouvelles sanctions contre le pays pétrolier.
Quelque 200 000 soldats et 700 000 miliciens, réservistes et civils devaient
participer ce week-end aux manoeuvres militaires, des exercices de tirs aux survols d'avions, baptisées «Souveraineté bolivarienne 2017». Cette démonstration de force avait été ordonnée mi-août par le chef de l'Etat vénézuélien en réponse à la déclaration de Donald Trump qui, interrogé depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, avait évoqué «une possible option militaire si nécessaire» au Venezuela, provoquant la colère de M. Maduro. Nombre de pays de la région - Brésil, Colombie, Pérou, Chili, Mexique ou encore Equateur - avaient clairement rejeté la perspective d'un recours à la force. Vendredi, la Maison-Blanche a écarté toute action militaire américaine au Venezuela à court terme. «Nous étudions toujours un vaste éventail d'options», a déclaré le général HR McMaster, conseiller à la sécurité nationale. «Toute décision serait prise en conjonction avec nos partenaires dans la région et aucune action militaire n'est prévue dans un futur proche». En revanche, déterminé à démontrer que son pays ne resterait pas immobile face à la crise au Venezuela, le président américain Donald Trump a signé vendredi un décret interdisant d'acheter de nouvelles obligations émises par le gouvernement du Venezuela ou par la compagnie pétrolière nationale Pdvsa. Riche en ressources pétrolières mais pauvre en liquidités, le pays, dont la dette est estimée à plus de 100 milliards de dollars, redoute le spectre d'un défaut de paiement. Le décret ne mentionne cependant pas une quelconque interdiction à des compagnies américaines d'acheter du brut vénézuélien. «Ces mesures ont été soigneusement calibrées pour priver la dictature Maduro d'une source cruciale de financement», a souligné la Maison- Blanche, qualifiant le régime en place de «dictature». Nicolas Maduro a convoqué vendredi pour une réunion urgente les entreprises américaines qui achètent du pétrole au Venezuela afin d'analyser les sanctions imposées à Caracas par les Etats-Unis. Le pays sud-américain vend 800 000 des 1,9 million de barils de sa production quotidienne. L'armée est le principal soutien du gouvernement socialiste vénézuélien, lequel lui a conféré un grand poids politique et économique. L'opposition vénézuélienne a appelé à plusieurs reprises ces derniers mois l'armée à rejoindre sa cause. Mais à l'exception de quelques actions isolées, comme l'attaque menée début août par deux officiers rebelles contre une base militaire du nord du pays, les forces armées sont jusqu'ici restées loyales à M. Maduro. Le dirigeant socialiste a appelé jeudi les militaires à «serrer les rangs pour la patrie». «Le temps n'est pas aux fractures, quelles qu'elles soient. Ceux qui doutent doivent quitter les forces armées immédiatement», a-t-il lancé. «Plus de 900 000 combattants. Jamais auparavant la Fanb (armée vénézuélienne) n'a été plus soudée, plus unie. Cet exercice va nous permettre de passer à une nouvelle phase d'alerte, d'attitude pour le combat défensif», a déclaré vendredi le chef du Commandement stratégique opérationnel Remigio Ceballos, entouré de soldats. Selon M. Maduro, les sanctions américaines de vendredi ont été demandées par la droite vénézuélienne, pour déstabiliser encore un peu plus le pays. Le président attribue l'origine de la crise vénézuélienne à une volonté des Etats-Unis de le renverser avec l'aide de l'opposition. Très critiqué, Nicolas Maduro est confronté depuis début avril à une violente vague de contestation qui a fait au moins 125 morts depuis avril. L'opposition le considère comme responsable de la grave crise économique que traverse le Venezuela. Elle lui reproche également d'avoir fait élire une assemblée constituante «fantoche», fin juillet, assemblée constituante qui s'est désormais emparée des pouvoirs législatifs de l'assemblée nationale, la seule institution du pays contrôlée par l'opposition depuis la fin 2015.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.