Un 53e vendredi grandiose à Alger    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'échec non déclaré de l'audiovisuel algérien
Publié dans L'Expression le 28 - 08 - 2017

L'audiovisuel algérien demeure une expérience ratée dans le paysage médiatique algérien. Pourquoi l'audiovisuel n'a-t-il pas eu la même réussite que la presse écrite? Après l'avènement du pluralisme politique en Algérie en 1989, la presse écrite a été lancée dans les années 1990 et a réussi à s'imposer comme la seule démocratie en Algérie. Tous les rapports des chancelleries occidentales ont salué le bond important effectué par la presse écrite en Algérie, durant la décennie noire. L'Algérie est devenue la seule référence de liberté d'expression dans le Monde arabe avec le Liban. La majorité des journaux arabes libres, comme El Hayat, Al Chark El awsat ou encore El Qods étaient installés à Londres pour échapper à la censure de leurs pays respectifs. En Algérie, la majorité des journaux est installée dans le pays face à deux ennemis potentiels: la violence terroriste et la menace de la justice activée par le pouvoir. Le journal Liberté était devenu un quotidien influent, qui a poussé le Premier ministre Belaïd Abdesslam à quitter le gouvernement. Mais contrairement à la presse écrite, l'audiovisuel algérien n'a pas le même succès. Pis encore, il a offert une image négative de l'audiovisuel privé. Alors qu'en parallèle la majorité des journalistes algériens qui a été formée par la télévision unique a réussi par son expérience dans les télévisions arabes comme MBC, Al Arabiya et surtout Al Jazeera. Il a fallu attendre 2004 pour voir apparaître les premières chaînes privées, mais le pouvoir n'a pas souhaité libérer le champ audiovisuel, comme pour la presse écrite. Le lancement des chaînes privées Beur TV et Khalifa TV a été fait sur la base d'initiatives privées d'hommes d'affaires et de visionnaires. Mais la politique les a rattrapées. Résultat des courses: un paysage audiovisuel moribond et des télévisions privées qui se cherchent. La valeur ajoutée des journalistes de la presse écrite n'a pas été retrouvée, mais a ouvert l'espace à certains nouveaux talents cachés. Si les chaînes Ennahar TV et Echourouk TV ont réussi, c'est essentiellement en raison du succès de leurs quotidiens. C'est un peu avec la pub de l'Anep qui était destinée à la presse écrite que les télévisions privées survivent. Elles ont réussi à rassembler une certaine vision qui n'était pas basée, comme les chaînes de télévision arabes, sur le panarabisme. Contrairement à Al Jazeera, les télévisions algériennes n'ont pas adopté le modèle qatari qui était basé sur la multiplication des nationalités plus d'une quarantaine et misé sur des journalistes et des rédacteurs en chef qui n'étaient pas formés et qui n'avaient aucune feuille de route.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.