Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Un confinement partiel dans cinq communes à M'sila    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Le marché pétrolier retombe dans le doute    Sapta sommée de livrer le pont métallique Haouch-Messaoudi avant septembre prochain    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    2 morts et un blessé grave suite à une électrocution    Des villageois de Haïzer interpellent le wali    Hakim Belahcel prend le pouvoir    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Alger insiste sur la fin des ingérences en Libye    8 décès et 434 nouveaux cas en 24 heures    La France risque de perdre le marché algérien    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Sétif: Décès d'une infirmière du Covid-19    Une mère écrouée à Oran: Elle avait attaché sa fille de 7 ans avec une chaîne    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décryptage sociopolitique des chaînes privées algériennes
Publié dans L'Expression le 06 - 05 - 2014

«Dans Parlement, il y a parle et ment.» Léo Campion
Aujourd'hui, le paysage audiovisuel algérien privé est dans une phase de grande mutation. Comme pour la presse écrite, certaines chaînes de télévisions se sont ouvertement affichées politiquement ou découvert leurs véritables tendances politiques. Comme la majorité des chaînes privées sont issues de la presse écrite, cela déteint sur l'audiovisuel. Et dans ce paysage audiovisuel, il faut d'abord classer deux pôles socio-politiques: le pôle des conservateurs et le pôle des laïcs. Il existe des chaînes de tendance conservatrice comme Echourouk TV, Ennahar TV, El Bilad TV, Hogar TV ou à un degré moindre KBC et l'Index TV et il y a des chaînes laïques, moins conservatrices et moins religieuses comme El Djazairia TV, Dzair TV ou Beur TV. Ces chaînes ne diffusent aucun programme religieux et contrairement aux chaînes conservatrices, elles ne diffusent même pas l'appel à la prière: El Adhan. Car avant de parler de politique, il faut savoir que l'islamisme politique est très présent dans le paysage audiovisuel arabe. Des figures très célèbres de la prédication islamiste occupent une place importante dans la société arabe et par extension à l'écran: Amr Khaled sur la chaîne Iqra, Qaradhaoui sur Al Jazeera, Mustapha Hosni sur la défunte ART. En Algérie, on n'est pas en reste puisque deux figures se sont imposées sur le paysage audiovisuel algérien: l'imam Houma cheikh Shemssedine sur Ennahar TV et l'exorciste cheikh Belehmar sur Echourouk TV. Ces imams au langage populaire et populeux profitent de l'indigence de la société algérienne en matière de religion et surtout du vide laissé par la télévision publique en matière de prise en charge des préoccupations socio-religieuses. On notera un avantage pour le prédicateur d'Echourouk TV qui s'est fait connaître en dehors de nos frontières hertziennes et satellitaires. Le succès de Belehmar (qui est taxé de charlatanisme par certains médias) a été néanmoins freiné par sa mise en prison pour escroquerie. En revanche, pour l'imam Houma Shemssedine, il doit plus son succès à ses dérapages verbaux qu'à sa culture en théologie musulmane. Pour le reste des chaînes conservatrices, comme El Bilad TV et Hogar TV, ils manifestent également leur conservatisme religieux à l'écran par la tenue vestimentaire. La majorité des femmes qui présentent les programmes sont voilées. Sur Hogar TV, même les émissions sportives sont présentées par une femme en hidjab. Cette mise en voile du petit écran algérien sur le paysage médiatique privé, dénote une volonté de cacher le manque flagrant en matière de création audiovisuelle. Sur le plan politique, il n'y a aucune tendance avérée pour un parti politique donné, en revanche, il y a bipolarisation du champ audiovisuel privé. Il existe une grande partie des chaînes qui soutiennent le pouvoir comme Ennahar TV, Dzair TV, L'index TV, Djurdjura TV, Beur TV, Hogar TV, El Bilad TV, El Adjwa, Numidia News et des chaînes qui sont plus orientées vers l'opposition comme El Magharabia TV, KBC, Echourouk TV, El Djazaria TV. Seule Samira TV se présente comme une télévision apolitique. Cette bipolarisation risque d'être atténuée après la victoire de Bouteflika à la présidentielle d'avril 2014 laquelle verra certaines chaînes de l'opposition entrer dans le rang.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.