Les réserves de change à 100 milliards de dollars à fin novembre    Le président de la Fédération de l'agroalimentaire: «Les importations ont massacré l'industrie algérienne»    Al Qods: Poursuite des manifestations dans le monde    Equipe nationale des locaux - 21 joueurs convoqués: Le match amical face aux Emirats arabes unis annulé    FAF - Symposium sur le renouveau du football algérien: Deux jours de débats pour une application incertaine    Tissemsilt: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Appel à un débat national sur les droits de l'Homme    "Le cinquième mandat est une atteinte à la Constitution"    Conférence de haut niveau sur le terrorisme à Oran    «Un rapport sera présenté au Chef de l'Etat avant le 6 janvier»    Le projet de la nouvelle loi sanitaire favorise le développement de la greffe    "J'ai toujours aimé composer pour les films"    Une application pour gérer les barrages    "Nous fabriquons 50% de nos médicaments"    Où est l'enfer promis pour 2017?    Paradis fiscal en Tunisie : "Derrière cet acharnement, la France et l'Italie"    Des pouvoirs fictifs    Installation officielle du nouveau P/APW    "Une violation grave de la légalité internationale"    Le président Macron invite Netanyahu à faire des "gestes courageux"    Le pape renouvelle son appel à la "sagesse"    Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    Selon l'annonce de Boeing : Le Canada renonce à acheter des Super Hornet    Journée internationale du vivre-ensemble en paix : L'ONU adopte l'initiative algérienne    "Le FLN vous surprendra le 19 mars prochain"    Le FFS à la tête de l'APW de Tizi Ouzou    Belle opération pour le NAHD et l'USB    Le Chabab sombre dans la crise    Feghouli buteur, Galatasaray en tête    Bouzidi nouveau coach de la JSM Skikda    La direction dément le départ de Madoui    La 3e édition du Rallye "Challenge Sahari international" : Domination algérienne pour la 2e étape    "Laissez les Algériens marcher pour la Palestine"    Un comité interministériel pour le développement des surfaces agricoles    Risque de salmonellose dans le lait Lactalis    A Boumerdès, trois concours pour le Top village, la Top city et la Top école    Gare à l'usage excessif du téléphone portable!    Randonnée à Tizi N'Tsenant : Sur les traces des héros de la bataille du 7 décembre 1957    Commerce: Les prix de la volaille toujours en hausse    L'appel des villageois de Ghemaizia    Obstacles liés à l'accès aux marchés africains Impératif d'un plan national afin d'y remédier    Hachemi Assad balaie les doutes    11 décembre 1960 : Une réponse au plan de De Gaulle visant à étouffer la Guerre de libération    une empreinte indélébile    Spectacle majestueux offert au public    Manifestations des Algériens dans tout le pays    Les Témouchentois confirment leur suprématie    Carte Postale décroche la Grappe d'Or    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bangladesh demande des zones de sécurité
CRISE DES ROHINGYAS
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2017


La Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, a demandé jeudi devant l'Assemblée générale des Nations unies l'envoi d'une mission de l'ONU au Myanmar et la création de zones de sécurité supervisées par l'Organisation pour permettre un retour de la minorité musulmane Rohingya. «Je demande une mission de l'ONU en Birmanie» et la création «de zones sûres» dans ce pays «supervisées par les Nations unies», a-t-elle dit. «Nous accueillons actuellement 800.000 Rohingyas», a précisé la Première ministre. «La Birmanie doit cesser le nettoyage ethnique», a-t-elle ajouté. La Première ministre du Bangladesh a aussi dénoncé la «pose de mines terrestres le long de la frontière» entre le Myanmar et le Bangladesh, par les autorités birmanes, «pour empêcher les l'ouest birman. Mardi, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi avait assuré que le Myanmar était «prêt» à organiser le retour des plus de 410.000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh voisin, se disant «profondément désolée» pour les civils «pris au piège» de la crise. Prises à la gorge par l'afflux de réfugiés au Bangladesh et cibles d'attaques ai Myanmar, les organisations humanitaires peinaient jeudi à venir en aide aux centaines de milliers de réfugiés rohingyas, victimes, selon le président français Emmanuel Macron, d'un «génocide». En trois semaines, le sud du Bangladesh, frontalier du Myanmar, s'est transformé en un des plus grands camps de réfugiés du monde à mesure que les réfugiés rohingyas fuient le Myanmar, entraînant une dégradation de la situation humanitaire. L'ONU a plusieurs fois dénoncé une «épuration ethnique» menée par le Myanmar, provoquée par une vaste opération de l'armée.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.