Accompagnement des élections présidentielles    Tliba bientôt privé de son immunité    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Le train sifflera en 2020 et les projets mort-nés au menu    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    Cherif El Ouezzani crie au complot    Bouloudinat (+91 kg) battu par l'Allemand Tiafack    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Efforts internationaux contre une nouvelle crise humanitaire    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Les campus toujours au rendez-vous    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les retraités coûtent... cher
UN DEFICIT DE 1000 MILLIARDS DE DA À COMBLER À LA CNR
Publié dans L'Expression le 27 - 09 - 2017


Malgé tout, les retraités ne sont pas inquiets
Au vu de cette crise et du fait de la dépendance de la CNR en matière de cotisations des travailleurs, le nombre des cotisants pour un retraité a été revu à la baisse.
La Caisse nationale des retraites (CNR), fait actuellement face à une situation pour le moins critique. Le financement du système des retraites, semble aujourd'hui être arrivé à ses limites. «Nous sommes en déficit financier», a admis hier, son directeur général, Slimane Melouka, lors de son passage à l'émission «L'invité de la rédaction» sur la Chaîne 3. Un déficit engendré, selon lui, par deux facteurs. «D'un côté, il y a les départs massifs en retraite ainsi que les départs à un âge précoce», a-t-il souligné. «De l'autre, la situation financière actuelle a engendré à son tour une baisse de l'emploi», ajoute-t-il. Slimane Melouka enchaîne en expliquant que les retraités sont exclusivement pris en charge par les cotisations versées par les travailleurs. Il fera remarquer en outre, qu'au vu de cette crise et du fait de la dépendance de la CNR en matière de cotisations des travailleurs, du nombre des cotisants pour un retraité, celui-ci a été revu à la baisse. Passant ainsi «de cinq cotisants pour un seul pensionné, à seulement deux, dans le but de rationaliser ses dépenses», affirme-t-il en relevant qu'au total il existe six millions de cotisants pour trois millions de retraités. Le DG de la CNR a par ailleurs soulevé le fait que le but de l'abrogation de la mesure de la retraite anticipée qui permet au travailleur de sortir en retraite à un âge précoce, vise à baisser les dépenses des retraites, qu'il évalue à 9000 millions de dinars dépensés annuellement. Il y a une contribution de l'Etat qui compense 140 millions de DA pour l'année, ce qui fait un total dépassant les 1000 milliards de dinars, a-t-il expliqué. Dressant un tableau de cette situation ardue que traverse la CNR, le responsable a quand même signalé que les choses n'ont pas toujours été ainsi. En effet, pas plus tard qu'en 2012, les équilibres étaient plus ou moins favorables. Il expliquera que durant cette période, il y a eu des augmentations de salaires, qui, par la suite ont permis à la Cnas de rééquilibrer le système et de pouvoir prendre en charge les dépenses des années 2012 et 2013. Cependant, les bénéficiaires de ces augmentation sont partis en retraite à un âge précoce au cours de ce laps de temps. C'est donc à partir de l'année 2014 que le déséquilibre s'est accentué. Concernant l'alternative de puiser du fonds de la caisse des retraites au lieu de recourir à l'endettement auprès de la Caisse nationale des assurances sociales Melouka espère que pour compenser la Cnas, le système permettra que les cotisations soient augmentées. «Si jamais il y a un redressement sur le plan financier, des emplois seront par conséquent, engendrés, car les cotisations vont augmenter», soutient-il. Préconisant par ailleurs la réforme de ce système qui est de plus en plus obsolète, selon lui, il n'est plus possible de maintenir ce cap avec les paramètres actuels. Il préconise par ailleurs d'ouvrir un vrai débat autour de la création d'une branche pour la retraite complémentaire. Sur cette question-là, Melouka a fait savoir que cette disposition est déjà instaurée au niveau de certaines mutuelles. Parlant de son éventuelle mise en application, il dira que «des discussions sérieuses ont été engagées sur la question».Toutefois, malgré ce bilan peu réjouissant, le DG de la CNR rassure et affirme que la situation n'est pas irréversible. «Il n'est nullement question de ne plus prendre en charge nos retraités», a-t-il défendu, promettant que des solutions appropriées seront mises en place. Il a rappelé par ailleurs que ce système a été mis en place en 1983. Par conséquent, il est tout à fait normal qu'après toutes ces années il finisse par montrer des signes de déficience. Le responsable a en outre mis en avant les mesures positives dont ont bénéficié les citoyens, citant les avantages acquis par les retraités, comme par exemple, la gratuité des soins et le remboursement des ordonnances médicales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.