La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La discorde à fleurets mouchetés
LE TON MONTE ENTRE L'ARABIE SAOUDITE ET L'IRAN
Publié dans L'Expression le 07 - 11 - 2017

Une alliance américano-saoudienne contre l'Iran
La tension est aussitôt montée d'un cran puisque Riyadh accuse Téhéran de soutenir activement les rebelles yéménites qui menacent désormais l'aéroport international de la capitale saoudienne avec des missiles balistiques.
Le ton monte entre l'Arabie saoudite et l'Iran, au lendemain d' une «agression» dénoncée par Riyadh qui accuse des rebelles houthis d'avoir lancé un missile sur la zone aéroportuaire de la capitale politique et parle d'un «acte de guerre» auquel elle se réserve de riposter d'une «manière appropriée». Cette réaction intervient alors que la monarchie saoudite est en plein remue-ménage avec l'arrestation de nombreux princes, dignitaires et autres hommes d'affaires ciblés par une commission anti-corruption mise en branle aussitôt installée par le prince héritier Mohammed ben Salmane.
Des arrestations qui soulèvent des montagnes d'interrogations tant elles revêtent le caractère d'un séisme politique dans un pays où la tendance est, depuis des décennies, à une torpeur bienfaisante et une mécanique de succession bien huilée. Il semble que tel ne soit plus le cas depuis que le roi Salmane a décidé de bousculer l'ordre établi afin d'imposer son fils Mohamed comme dépositaire du pouvoir et futur successeur désigné. Celui-ci n'a pas attendu longtemps pour bousculer l'ordre établi et promulguer des décisions en rupture totale avec le dogme wahhabite, promettant une Arabie saoudite ouverte sur la modernité et affranchie du carcan des traditions moyenâgeuses. Un programme qui n'a pas manqué de semer l'épouvante dans les milliers de tentes princières où chaque membre de la famille royale avait ses privilèges et ses habitudes.
L'autre contexte particulier concerne la situation qui prévaut en Syrie et en Irak, voire à un degré moindre au Yémen, où l'Arabie saoudite a perdu la partie contre un Iran conquérant qui n'a pas cessé de marquer des points face au rival sunnite. Impatient d'en découdre, le royaume a même saisi la démission opportune de Saâd Hariri du poste de Premier ministre au Liban, curieusement annoncée en Arabie saoudite où il se trouvait comme par hasard, pour s'en prendre ouvertement au Hezbollah accusé de tous les maux, au même titre que les houthis au Yémen.
Raison pour laquelle la tension est aussitôt montée d'un cran puisque Riyadh accuse Téhéran de soutenir activement les rebelles yéménites qui menacent désormais l'aéroport international de la capitale saoudienne avec des missiles balistiques. En décrétant que cette «agression militaire flagrante par le régime iranien pourrait équivaloir à un acte de guerre», la coalition conduite par l'Arabie saoudite au Yémen a décidé d'y renforcer le blocus, en verrouillant toutes les frontières aérienne, maritime et terrestre pour n'autoriser que les cargaisons humanitaires. La coalition imposait depuis 2015 un embargo aérien à l'aéroport de la capitale Sanaa et contrôlait les cargaisons qui transitent par le port de Hodeida (Ouest), sur la mer Rouge, arguant que les Houthis y font transiter toutes leurs importations dont l'essentiel concerne des équipements militaires. C'est cet argument qui pousse Riyadh à accuser Téhéran de livrer des armes et de l'assistance en experts balistiques aux Houthis, leur permettant d'allonger la portée de leurs missiles jusqu'à atteindre des centres vitaux en Arabie saoudite. Or, les Houthis eux-mêmes ne cachent guère leur capacité en matière d'industrie militaire grâce à laquelle leurs missiles peuvent désormais atteindre les Emirats arabes unis, l'allié majeur de l'Arabie saoudite au sein de la coalition sunnite qui mène la guerre au Yémen.
A ces accusations, l'Iran répond par le déni. Non seulement, il ne fournit pas d'armes aux Houthis, sans pour autant cacher sa sympathie envers eux et même s'il reproche systématiquement à la coalition sunnite et aux Saoudiens leurs «crimes contre les civils» au Yémen. Signe de la détérioration des relations entre les deux pays, l'annonce hier par l' Arabie saoudite d'une prime de 440.000 millions de dollars pour quiconque permettrait l'arrestation de 40 dirigeants de la rébellion houthie dont 30 millions pour son chef Abdelmalek al Houthi et 20 millions pour les 10 autres premiers responsables. Riyadh espère ainsi contrer la recrudescence des «activités terroristes» et leur impact sur la sécurité dans le royaume. Pour les dirigeants saoudiens, en effet, la rébellion houthie menace de devenir un autre Hezbollah à leur frontière sud, ce qu'ils veulent éviter à n'importe quel prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.