223 ressortissants étrangers arrêtés lors des marches populaires    Mali: le processus de paix entre dans une nouvelle phase de stabilisation    ENIEM: arrêt technique des activités le 2 février prochain pour contraintes financières    Le camembert Tassili n'est pas contaminé : La laiterie de Draa Ben Khedda nous écrit    Goudjil refuse d'entériner le départ de Bensalah    Juventus : Can d'accord avec Dortmund !    GENERAL-MAJOR SAID CHENGRIHA : ‘'L'armée déterminée à soutenir les démarches du Président''    LES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE MAINTIENNENT LA PRESSION : Le ministère s'engage à affronter la situation    ILS ONT CIBLE PLUS DE 10 VEHICULES : Deux voleurs quinquagénaires arrêtés à Mascara    ORAN : Saisie de 12 quintaux de viandes blanches avariées    Mettre en place des mécanismes de traduction des textes de théâtre algérien    «Il y a beaucoup d'argent pour les collectivités locales»    France : les actes antimusulmans ont augmenté de moitié    HRW dénonce la poursuite de la répression    Le meurtrier interjette appel    Abdelmadjid Tebboune au MDN    Boxe/Championnats arabes : avec 12 médailles dont 5 en or    "C'est le moment de trouver un nouveau président pour la JSK"    Mouaki rejoint l'ES Sahel    CRB-CABBA décalé au lundi 3 février    Les étudiants fidèles au "22 février"    Les entreprises publiques ont boudé l'événement    Des acheteurs allemands chez des fournisseurs algériens    Un nouveau système d'information pour la douane    Fermeture dans la nuit de mardi à vendredi minuit    Cinq pays au 10e Festival international du théâtre de Béjaïa    ACTUCULT    Lumières sur un super-héros, très secret et réel    Une foire internationale de la production à Alger proposée par l'Union arabe    Hand/Tournoi de qualification olympique: l'Algérie débutera face à la Slovénie    Zitouni exhorte les jeunes à l'unité pour faire avancer l'Algérie    El-Bayadh: Le logement passé au peigne fin    Selon le Professeur Tahar Ryan: «Le système de santé est malade»    Oran: Le procès de Kaddour Chouicha de nouveau reporté    Oum El Bouaghi: Deux morts dans le crash d'un avion militaire    Les étudiants toujours mobilisés    JS Kabylie: Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Coronavirus: Le président ordonne le rapatriement des Algériens établis à Wuhan    La pointe extrême du singulier    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Le parc d'attraction rouvre ses portes    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux visions différentes du monde
TRUMP DEFEND «L'AMERIQUE D'ABORD», XI LA MONDIALISATION AU SOMMET DE L'APEC
Publié dans L'Expression le 11 - 11 - 2017

Au sommet de l'Apec, c'est le communiste chinois, Xi Jinping, qui défend la mondialisation contre l'isolationisme préconisé par l'Américain, Donald Trump
L'un défend «l'Amérique d'abord», l'autre la vague «irréversible» de la mondialisation: Donald Trump et Xi Jinping ont livré hier au Vietnam deux visions singulièrement différentes de l'avenir des échanges commerciaux.
Dans la ville côtière de Danang, au Vietnam, qui accueille le forum de l'Asie-Pacifique (Apec), le président américain et son homologue chinois, à la tête des deux premières économies de la planète, ont, à quelques minutes d'intervalle, marqué leurs différences. Dénonçant «les abus commerciaux chroniques» que les Etats-Unis ne peuvent plus «tolérer», vouant aux gémonies les accords multilatéraux qui «lient les mains» de son pays, M. Trump a livré un discours à la tonalité résolument isolationniste. «Je mettrai toujours l'Amérique d'abord de la même manière que j'espère que vous tous dans cette pièce donnerez la priorité à vos pays respectifs», a-t-il lancé, reprenant une formule déjà utilisée à la tribune des Nations unies en septembre. Dans un contraste saisissant, Xi Jinping, qui vient de cimenter encore un peu plus son pouvoir à la faveur du dernier Congrès du parti communiste, s'est posé en grand défenseur de la mondialisation. Les échanges doivent être repensés pour être «plus ouverts, plus équilibrés, plus équitables et bénéfiques pour tous», a-t-il expliqué. «Nous devrions soutenir le libre-échange et pratiquer un régionalisme ouvert pour permettre aux pays en développement de tirer davantage profit du commerce et des investissements internationaux», a-t-il poursuivi. Dans un tempo savamment dosé, la Chine a annoncé hier son intention d'élargir l'accès des entreprises étrangères à son secteur financier, mettant fin à des restrictions vivement critiquées par les partenaires de Pékin. Les dirigeants de la région avaient hâte d'entendre les deux chefs d'Etat et notamment le président américain, qui avait provoqué un choc en Asie-Pacifique en décidant du retrait abrupt de son pays de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP), trois jours après son entrée à la Maison-Blanche. Face à ces derniers, Donald Trump a défendu bec et ongles sa décision, martelant que l'Amérique ne signerait plus de «grands accords» qui obligent l'Amérique «à renoncer à sa souveraineté». Vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine, ce traité, dont Barack Obama était l'un des principaux architectes, avait été signé en 2015 après d'âpres négociations par 12 pays d'Asie-Pacifique représentant 40% de l'économie mondiale. Emmenés par le Japon, les ministres de l'Economie des 11 pays restants mènent depuis jeudi de grandes négociations, espérant conclure un nouveau TPP sans Washington. Mais les tractations n'ont pour l'instant pas abouti, le retrait des Etats-Unis, poids considérable, obligeant les pays à rebattre toutes les cartes. Dans une tribune publiée dans le New York Times, Tony Blinken, numéro deux de la diplomatie américaine sous Barack Obama, déplorait que Trump «cède le leadership mondial à la Chine». «Pendant que M. Trump fuit le multilatéralisme et la gouvernance mondiale, M. Xi s'en saisit chaque jour un peu plus», regrettait-il. Au-delà des dossiers économiques, le président américain a appelé la région Asie-Pacifique à l'unité sur le dossier nord-coréen, priorité absolue de sa longue tournée asiatique qui s'achèvera en début de semaine prochaine aux Philippines. «L'avenir de cette région et de ses merveilleux habitants ne peut être pris en otage par les fantasmes de conquête violente d'un dictateur et par le chantage nucléaire», a-t-il déclaré. La confusion dominait sur l'un des événements les plus attendus de ce sommet de Danang: le face-à-face entre Donald Trump et Vladimir Poutine. Les interactions entre le locataire de la Maison- Blanche et l'homme fort du Kremlin sont scrutées à la loupe en raison notamment de l'enquête sur la présumée ingérence russe dans la présidentielle américaine. Si l'exécutif américain a assuré qu'il n'y aurait pas de rencontre formelle en raison de problèmes d'agenda, Moscou a assuré qu'un échange entre les deux hommes aurait bien lieu en marge du sommet. La Maison-Blanche faisait en tout cas son possible pour minimiser cette éventuelle rencontre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.