La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Chine vole la vedette
SOMMET ASIE-PACIFIQUE
Publié dans L'Expression le 08 - 10 - 2013

L'Asie-Pacifique prend un poids de plus en plus considérable dans l'économie mondiale
La chaise vide laissée par M. Obama-qui a annulé son déplacement en Indonésie - a laissé le champ libre au président chinois, Xi Jinping, qui a commencé une importante tournée de l'Asie du Sud-Est, aux allures d'offensive de charme.
La Chine a volé la vedette à l'ouverture du sommet de l'Asie-Pacifique, hier sur l'île indonésienne de Bali, profitant de l'absence remarquée du président américain Barack Obama, retenu par la crise budgétaire américaine.
Le numéro un américain a été contraint d'annuler sa participation à cet important rendez-vous des 21 dirigeants du forum de Coopération économique de l'Asie-Pacifique (Apec), une instance qui représente plus de la moitié de la richesse mondiale. La chaise vide laissée par M. Obama a laissé le champ libre au président chinois, Xi Jinping, qui a commencé une importante tournée de l'Asie du Sud-Est, aux allures d'offensive de charme, au moment même où M.Obama annulait son déplacement dans la région. Dans un discours très attendu, le n°1 chinois a une nouvelle fois tendu la main à ses voisins.
«La Chine ne peut pas se développer de manière isolée de l'Asie-Pacifique et l'Asie-Pacifique ne peut pas prospérer sans la Chine», a déclaré M. Xi. «La Chine va maintenir avec fermeté la paix et la stabilité régionales... Nous les Chinois disons souvent qu'une famille harmonieuse prospère. En tant que membre de la famille de l'Asie-Pacifique, la Chine est prête à vivre en toute amitié avec les autres membres de la famille et à s'aider les uns les autres», a-t-il affirmé. Le dirigeant a visiblement tenté d'apaiser les tensions induites par les prétentions maritimes de Pékin en mer de Chine, qui heurtent nombre de ses voisins. Ceux-ci comptent à ce titre sur les Etats-Unis pour contrecarrer les ambitions chinoises.
L'absence de M. Obama, bloqué à Washington par une crise qui s'éternise depuis près d'une semaine, a ainsi suscité l'inquiétude parmi les alliés américains et des doutes sur la capacité du président à réaliser sa promesse de faire de l'Asie-Pacifique le «pivot» de sa politique étrangère. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, contraint de remplacer au pied levé M. Obama, a juré que «rien ne pourra saper l'engagement du président Obama envers un rééquilibrage vers l'Asie». «Personne ne peut remplacer les USA. Pas la Chine, pas le Japon, aucune autre puissance», a cependant souligné le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong. Participer à l'Apec «aurait été une occasion en or pour l'Amérique et le président Obama lui-même de montrer son leadership et de mettre l'accent sur l'Asie», a regretté le Premier ministre malaisien Najib Razak, chez qui M. Obama a également annulé une visite.
La non-participation du président compromet également les efforts de Washington de faire approuver avant la fin de l'année le TPP ou «Partenariat trans-Pacifique», un accord de libre-échange qui réunirait 12 pays du bloc, dont les USA mais à l'exception notable de la Chine.
Le Premier ministre malaisien, Najib Razak, a ainsi reconnu que l'échéance de la fin de l'année, voulue par les Etats-Unis pour faire approuver l'accord, était très ambitieuse. «C'est un calendrier très serré», a-t-il souligné dimanche. «Notre sentiment est que cela pourrait prendre plus longtemps», a-t-il lâché. Le TPP, qui veut regrouper 40% du PIB mondial, doit réunir l'Australie, Brunei, le Canada, le Chili, les Etats-Unis, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam. La crise à Washington ajoute de plus aux incertitudes entourant l'économie mondiale, déjà très fragile. Selon le brouillon du communiqué final du sommet, qui s'achève aujourd'hui, les dirigeants devraient ainsi appeler à une «série de réformes structurelles visant à accroître la productivité, la participation de la main-d'oeuvre et la création d'emplois qualifiés». La perspective d'un défaut de paiement si aucun accord n'est trouvé sur le relèvement du plafond de la dette américaine d'ici au 17 octobre ajoute encore à l'incertitude. Cela «toucherait l'ensemble de la planète et pas seulement ces pays qui ont des liens géographiques et économiques étroits avec les Etats-Unis», a averti le président mexicain Enrique Pena Nieto. A l'inverser, l'économie chinoise se porte bien, a assuré le président Xi. Le ralentissement de la croissance chinoise, passée en quelques années d'un taux à deux chiffres à moins de 8%, se fait «en douceur» et sous contrôle, a-t-il assuré, rejetant les craintes d'un atterrissage brutal de la deuxième économie mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.