Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Chine vole la vedette
SOMMET ASIE-PACIFIQUE
Publié dans L'Expression le 08 - 10 - 2013

L'Asie-Pacifique prend un poids de plus en plus considérable dans l'économie mondiale
La chaise vide laissée par M. Obama-qui a annulé son déplacement en Indonésie - a laissé le champ libre au président chinois, Xi Jinping, qui a commencé une importante tournée de l'Asie du Sud-Est, aux allures d'offensive de charme.
La Chine a volé la vedette à l'ouverture du sommet de l'Asie-Pacifique, hier sur l'île indonésienne de Bali, profitant de l'absence remarquée du président américain Barack Obama, retenu par la crise budgétaire américaine.
Le numéro un américain a été contraint d'annuler sa participation à cet important rendez-vous des 21 dirigeants du forum de Coopération économique de l'Asie-Pacifique (Apec), une instance qui représente plus de la moitié de la richesse mondiale. La chaise vide laissée par M. Obama a laissé le champ libre au président chinois, Xi Jinping, qui a commencé une importante tournée de l'Asie du Sud-Est, aux allures d'offensive de charme, au moment même où M.Obama annulait son déplacement dans la région. Dans un discours très attendu, le n°1 chinois a une nouvelle fois tendu la main à ses voisins.
«La Chine ne peut pas se développer de manière isolée de l'Asie-Pacifique et l'Asie-Pacifique ne peut pas prospérer sans la Chine», a déclaré M. Xi. «La Chine va maintenir avec fermeté la paix et la stabilité régionales... Nous les Chinois disons souvent qu'une famille harmonieuse prospère. En tant que membre de la famille de l'Asie-Pacifique, la Chine est prête à vivre en toute amitié avec les autres membres de la famille et à s'aider les uns les autres», a-t-il affirmé. Le dirigeant a visiblement tenté d'apaiser les tensions induites par les prétentions maritimes de Pékin en mer de Chine, qui heurtent nombre de ses voisins. Ceux-ci comptent à ce titre sur les Etats-Unis pour contrecarrer les ambitions chinoises.
L'absence de M. Obama, bloqué à Washington par une crise qui s'éternise depuis près d'une semaine, a ainsi suscité l'inquiétude parmi les alliés américains et des doutes sur la capacité du président à réaliser sa promesse de faire de l'Asie-Pacifique le «pivot» de sa politique étrangère. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, contraint de remplacer au pied levé M. Obama, a juré que «rien ne pourra saper l'engagement du président Obama envers un rééquilibrage vers l'Asie». «Personne ne peut remplacer les USA. Pas la Chine, pas le Japon, aucune autre puissance», a cependant souligné le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong. Participer à l'Apec «aurait été une occasion en or pour l'Amérique et le président Obama lui-même de montrer son leadership et de mettre l'accent sur l'Asie», a regretté le Premier ministre malaisien Najib Razak, chez qui M. Obama a également annulé une visite.
La non-participation du président compromet également les efforts de Washington de faire approuver avant la fin de l'année le TPP ou «Partenariat trans-Pacifique», un accord de libre-échange qui réunirait 12 pays du bloc, dont les USA mais à l'exception notable de la Chine.
Le Premier ministre malaisien, Najib Razak, a ainsi reconnu que l'échéance de la fin de l'année, voulue par les Etats-Unis pour faire approuver l'accord, était très ambitieuse. «C'est un calendrier très serré», a-t-il souligné dimanche. «Notre sentiment est que cela pourrait prendre plus longtemps», a-t-il lâché. Le TPP, qui veut regrouper 40% du PIB mondial, doit réunir l'Australie, Brunei, le Canada, le Chili, les Etats-Unis, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam. La crise à Washington ajoute de plus aux incertitudes entourant l'économie mondiale, déjà très fragile. Selon le brouillon du communiqué final du sommet, qui s'achève aujourd'hui, les dirigeants devraient ainsi appeler à une «série de réformes structurelles visant à accroître la productivité, la participation de la main-d'oeuvre et la création d'emplois qualifiés». La perspective d'un défaut de paiement si aucun accord n'est trouvé sur le relèvement du plafond de la dette américaine d'ici au 17 octobre ajoute encore à l'incertitude. Cela «toucherait l'ensemble de la planète et pas seulement ces pays qui ont des liens géographiques et économiques étroits avec les Etats-Unis», a averti le président mexicain Enrique Pena Nieto. A l'inverser, l'économie chinoise se porte bien, a assuré le président Xi. Le ralentissement de la croissance chinoise, passée en quelques années d'un taux à deux chiffres à moins de 8%, se fait «en douceur» et sous contrôle, a-t-il assuré, rejetant les craintes d'un atterrissage brutal de la deuxième économie mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.